“La cyber assurance est un levier de croissance pour les agents généraux”

0
739
Christophe Caille, Président adjoint d’agéa en charge du modèle de distribution, agent général Allianz à Mâcon répond aux questions de Jean-Luc Gambey sur la Cyber Assurance.
En 2020, 50% des petites et moyennes entreprises françaises ont été la cible d’une cyber attaque. Souvent moins bien protégées que les grands groupes, elles sont la cible privilégiée des hackers. Pour les entreprises et quelles que soient leurs tailles, une très bonne connaissance des enjeux cyber est nécessaire pour bien en prévenir les risques. Selon vous, quelle est d’un point de vue général, le niveau de connaissance des risques cyber des entreprises ?

Au niveau de notre clientèle (principalement des TPE-PME) il est à la fois fort et faible. Fort car, en 2019, 74 % d’entre elles ont déjà subi une cyber attaque. Faible car on n’en parle pas et il s’agit plutôt de réaction que de prévention. Il est difficile de saisir l’importance de ce risque par manque de temps ou de moyen et alors que les actions de sensibilisation sont rares.

Pour toutes les entreprises, un risque principal est incontestablement la non-assurance dans la mesure où si une entreprise n’est pas assurée contre ce risque, elle supportera les conséquences pécuniaires des attaques, et les coûts importants pour pouvoir y remédier. Les entreprises ont-elles conscience du risque financier et du risque d’image en cas de cyber attaque ?

Pas réellement. Les cas les plus importants faisant l’objet d’un traitement médiatique (Orange, Air France, hôpitaux…), elles remarquent l’atteinte à l’image de ces entreprises. Sur le risque financier c’est encore pire alors qu’il s’agit parfois d’une question de vie ou de mort. Comme beaucoup, elles pensent que ça n’arrive qu’aux autres. D’où notre rôle et la signature de ce partenariat* avec le Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DGGN) et la FFA.

Les petites et moyennes entreprises sont-elles responsabilisées sur la nature du risque, l’hygiène informatique indispensable et les gestes barrières pour se prémunir des risques cyber ?

Les quelques notions qu’elles possèdent, elles les ont apprises dans la sphère privée (changement de mot de passe, sauvegardes régulières, mises à jour…). Mais elles sont de plus en plus à l’écoute.

La cyber sécurité est-elle au sommet des priorités quotidiennes de ces entreprises ? Des actions de sensibilisation, de prévention sont à mener régulièrement pour les entreprises. Le font-elles ?

Certaines mandantes font quelques actions mais ce n’est pas au cœur de leurs préoccupations. D’autres n’ont toujours pas établies d’offre. C’est tout l’enjeu de notre partenariat avec la DGGN et la FFA : sensibiliser les agents pour qu’ils appliquent les bons gestes dans leurs agences et, par capillarité, qu’ils les transmettent à leurs clients.

En tant qu’agent d’assurance, la cyber assurance est-elle pour vous un levier de croissance ? pourquoi ?

Oui c’est certain, la cyber assurance est un levier de croissance. De tout ce que je vous ai dit, vous pouvez déduire qu’il y a à l’heure actuelle une faible couverture du marché (5 % seraient aujourd’hui assurées).  Mais la prise de conscience des entreprises est réelle. Enfin, il y a une augmentation de la demande sur les PME de tailles importantes. Le marché est donc important. Encore faudrait-il qu’il y ai des produits qui répondent à la demande.

Les contrats de cyber assurance sont-ils, selon vous adaptés aux besoins de vos clients ? Présentent-ils des forces/faiblesses ?

Les contrats des réseaux d’agents sont très bons dans l’ensemble et adaptés au TPE PME. Il faut d’abord des contrats français qui aient une aussi bonne couverture du risque que les contrats anglo-saxons. La question qui subsiste c’est sur la gestion des sinistres en cas de forte commercialisation de la couverture. Enfin, il est vital que tous les acteurs fassent preuve de réactivité sur un risque hautement évolutif et polymorphe.

Le partenariat avec la DGGN et la FFA va permettre de mutualiser les connaissances et expertises pour affiner les produits aux réalités changeants du marché. Les contrats seront adaptés quand les règles du jeu seront claires pour tous les acteurs.

Comment se traduit concrètement votre rôle de conseil sur ce type de risques ?

Comme pour tous les produits, nous avons un véritable rôle de conseil et de prévention en amont de la vente. Assureur conseil nous maitrisons ‘l’ensemble des risques techniques d’une entreprise et le cyber risque s’inscrit dans cette lignée.

Sur ce type de risque vous sentez-vous assez formé, informé, … ?

Par les compagnies assez peu. Les produits sont souvent sortis avant que nous soyons sensibilisés sur le sujet. agéa alerte régulièrement, propose des formations mais il reste un long chemin à parcourir. Encore une fois, le partenariat sera une grande avancée. Dans le cadre de cet accord, des colloques régionaux seront organisés sur tout le territoire métropolitain et en outre-mer, en particulier entre les agents généraux et les référents départementaux cyber de la gendarmerie.

*Revoir le plateau agéa tv sur le sujet.

Avec :

  • Marc Boget, Général de division, commandant de la gendarmerie dans le cyberespace à la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale
  • Pascal Chapelon, Président d’agéa
  • Lionel Corre Sous-directeur des assurances à la Direction générale du Trésor
  • Christophe Delcamp, Directeur adjoint à la Direction des assurances de dommages et responsabilité à la FFA

 

 

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here