Angleterre : KYND et le risque cyber

0
525
La société anglaise KYND a bien compris que les organisations de toutes tailles sont ou seront impactées par le risque cyber. Même s’il est connu, cet événement causant de graves conséquences n’est pas toujours considéré comme il devrait l’être.

KYND désire donc changer cela en accompagnant les institutions dans la surveillance et la compréhension. Elle s’est donc positionnée en tant que fournisseuse de solutions de gestion de ce risque, entre autres, pour l’industrie de l’assurance.

L’insurtech KYND a été fondée en 2018 et ne cesse depuis de croître. Elle a développé des partenariats avec des assureurs et des intermédiaires tels que Beazley, Howden Broking, Paragon Insurance Holdings et Alliant Insurance Services.

Comment KYND protège-t-elle les organisations ?

L’entreprise a créé une technologie innovante qui permet de prendre les mesures nécessaires et d’être alerté sur les dangers avant qu’un sinistre ne survienne.

Les produits sur mesure offrent aux organisations de toutes tailles une solution simple, facile d’utilisation et rentable, et placent la gestion du risque cyber au cœur de chacune d’entre elles.

La plateforme est basée sur une API et fournit des informations significatives sur les risques et les attaques possibles. KYND a récemment effectué une levée de fonds de 3,25 millions de livres sterling pour continuer sa croissance et développer plus de produits à destination des clients anglais et étrangers.

Elle se différencie avec son offre, son équipe de direction de haute qualité, son modèle de distribution convaincant et sa plateforme pionnière. KYND se dit être rapide, intuitif et puissant.

Des outils complets pour chaque entreprise

Plus précisément, KYND propose divers outils, à savoir :

  • une sécurité de la messagerie pour vérifier les e-mails et éviter les tentatives d’escroquerie ;
  • une surveillance et des alertes permanentes pour suivre l’évolution constante du paysage des risques cyber ;
  • la diminution du risque de violation de domaine web ;
  • une évaluation de la situation autour des vulnérabilités connues et des certificats de sécurité expirés ;
  • des données placées dans un endroit sûr et confidentiel ;
  • un service client disponible pour tirer le meilleur parti de la plateforme.

L’ensemble de ces éléments a pour mission de rendre les dommages potentiels complexes faciles à comprendre et à gérer. Plus de 5 000 clients et 30 industries utilisent déjà KYND.

Des entreprises de plus en plus menacées

Le rapport 2021 d’Hiscox, en collaboration avec Forrester Consulting, dévoile des chiffres impressionnants sur la cybercriminalité. En effet, la part d’entreprises attaquées est passée de 38 % à 43 % pour 61 % d’organisations de plus de 1 000 salariés. 16 % d’entre elles ont d’ailleurs subi une attaque par ransomware, courante et qui consiste en l’envoi d’un logiciel malveillant à la victime chiffrant l’ensemble de ses données.

Une société sur 6 a énoncé que sa survie était menacée et 16 % d’entre elles ont subi et les budgets alloués à la prévention ont augmenté de 63 %. La souscription d’une assurance a progressé, mais les entreprises espagnoles restent les plus fortement ciblées et celles allemandes règlent le plus lourd tribut.

Au contraire, ce sont les organisations américaines qui s’avèrent être les plus expertes en la matière et celles britanniques sont parmi les moins nombreuses à subir des attaques en empêchant les dommages.

Enfin, 73 % des entreprises expertes effectuent un retour à la normale en une semaine contre 59 % pour les plus novices. Cela démontre qu’il y a de réelles initiatives à prendre dans la gestion des risques cyber pour faire face à l’augmentation de ces actes illégaux.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P