La finance bleue, nouveau créneau de la finance à impact

0
680
Le 26 octobre prochain aura lieu la 7ème édition du Climate Finance Day organisée par Finance for Tomorrow à Paris. Le thème de cette année sera « It’s time for a real Impact ! ».

Cet évènement est un catalyseur des engagements des acteurs financiers (investisseurs, banques, entrepreneurs, autorités publiques) en faveur du climat pour explorer comment la finance d´impact fournira les outils pour un changement significatif, vers un avenir résilient et neutre en carbone.

En parallèle, Natixis a sorti le 21 septembre dernier Green Momentum, le 1er podcast consacré à la finance verte. Le 1er épisode proposé par la banque française évoque la finance bleue, concept encore récent dédié à l’investissement pour l’Océan. Natixis invite à protéger et financer cet « or bleu ».

La finance a impact qu´est-ce que c´est ?

La finance à impact se définie comme une stratégie d’investissement ou de financement qui vise à accélérer la transformation juste et durable de l’économie réelle, en apportant une preuve de ses effets bénéfiques. Elle s’appuie sur les piliers de l’intentionnalité, de l’additionnalité et de la mesure de l’impact, pour démontrer :

  • La recherche conjointe, dans la durée, d’une performance écologique et sociale et d’une rentabilité financière, tout en maîtrisant l’occurrence d’externalités négatives.
  • L’adoption d’une méthodologie via laquelle la stratégie contribue à des objectifs environnementaux et sociaux, la période pertinente d’investissement ou de financement, ainsi que les méthodes de mesure.
  • L’atteinte de ces objectifs environnementaux et sociaux s’inscrivant dans des cadres de référence, notamment les Objectifs de Développement Durable, déclinés aux niveaux international, national et local.

Cette définition est née du consortium Finance for Tomorrow, qui réunit l’ensemble des acteurs privés, publics et institutionnels de la Place de Paris désireux de s’engager pour une finance qui mise sur un avenir durable.

Crée en 2016 pour atteindre la neutralité carbone en 2050, ce groupe de travail regroupe des acteurs de différents secteurs dont 13 banques et assurances tels que la Banque de France, HSBC, BNP Paribas ou Allianz et Axa pour ne citer qu´eux.

Quelques chiffres : en 2019, la finance à impact en France représentait 1,8K millions d’euros dont 25% en France et 75% vers les pays en développement et 69% des investissements sous forme de dette (d’après l’État des lieux du marché français de l’investissement à impact, 2019).

Focus désormais sur la finance bleue, une catégorie encore récente qui prend de plus en plus d´ampleur.

Le financement de l´or bleu : Une ressource primordiale

L’eau est une ressource essentielle, considérée comme le deuxième poumon de la planète qui stocke et recycle le carbone, elle fournit 50 % de notre oxygène et régule le climat.

Doublement vitale pour l’homme : elle est nécessaire à son fonctionnement biologique mais permet aussi de produire l’agriculture car 70 % de l’usage de l’eau est dédié à l’irrigation.

Pourtant, chaque année, 8 millions de tonnes de plastiques sont déversées dans les océans.

Avec ce constat, on semblait oublier que la durabilité de notre système économique dépend essentiellement de nos écosystèmes naturels. En effet, aujourd’hui, 60 millions de personnes exercent une activité professionnelle en lien avec les océans. D’ici 2030, le poids de l’économie maritime mondiale représentera près de 3 000 milliards de dollars, selon les estimations de l’OCDE. La croissance de l’économie bleue doit ainsi aller de pair avec une meilleure gestion de l’eau et cela passe par des investissements intelligents.

Face à l’urgence climatique et environnementale, comment la finance peut-elle protéger les écosystèmes marins ?

Avec des mécènes tels que AG2R La Mondiale, Société Générale et BNP Paribas, la fondation Pure Ocean soutient des projets de recherches scientifiques, à la pointe de l’innovation, afin d’accroître les connaissances sur l’océan et contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Dernier projet en date : SPO Plastic qui étudie la capacité des éponges de mers à filtrer l´eau et dissoudre les particules de plastiques.

Ce type d´actions et d´évènements concrets, nous offre un regard positif sur l´avenir et illustre le travail entreprit par les acteurs financiers.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P