Home Signature Give Data Back d’AXA, un outil de prévention inédit au service des...

Give Data Back d’AXA, un outil de prévention inédit au service des Français

Axa a innové récemment en créant un site, Give Data Back, pour délivrer des conseils aux assurés en termes de prévention, concernant des vols ou des dégâts des eaux se déroulant au domicile. Virginie Babinet, Responsable Groupe Gestion de sinistres Axa Groupe, lors du mag Assurance TV du 8 février dernier, nous explique son fonctionnement.

AXA partage sur ce site publiquement ses données sur les dégâts des eaux et les cambriolages dans six pays européens. Chacun peut donc mesurer les risques auxquels son habitation est exposée.

Expliquez-nous comment Give Data Back fonctionne ?

Nous sommes partis des données Axa dans 6 pays européens pour une expérience de 3 ans en sinistre. Nous avons déterminé des zones qui en France correspondent aux codes postaux, pour connaitre une fréquence de sinistres en termes de dégâts des eaux ou en vol, ainsi que des probabilités par rapport aux zones qui sont mitoyennes. L’objectif est de faire prendre conscience à chacun des risques qu’il encourt et donc des axes de prévention à mettre en place. Le principal avantage de ce site est de délivrer des conseils pour agir contre ces risques. Chaque internaute peut agrémenter le site en y rajoutant ses propres conseils en prévention.

Comment selon vous un internaute peut réagir à ce type d’information ? 

Quand l’internaute est sur le site, il peut demander comment améliorer sa situation face à ces risques. Par exemple pour le vol, une grande partie des cambriolages ont lieu dans la semaine entre Noël et le Nouvel An. 35% des cambriolages ont lieu quand l’habitant est présent à son domicile. Il faut donc penser à fermer ses portes même quand on est chez soi. 80% des vols ont lieu en journée. Il est donc primordial de ne pas prévenir que nous sommes absents même sur les réseaux sociaux. Give Data Back délivre donc des conseils simples, mais auxquels nous ne pensons pas forcément dans notre quotidien. Notre rôle en tant qu’assureur est donc de faire de la prévention en délivrant notre savoir à la communauté, pour les vols mais aussi pour les fuites d’eau. Une fuite d’eau représente 20% de consommation en plus.

Give Data Back permet-il d’ajuster son contrat d’assurance ?

Non pas du tout. L’objectif est avant tout sociétal, de transmission de savoir pour aider les assurés. Nous avons constaté un certain succès avec 215 000 visites sur le site depuis le 12 octobre 2017.

Aujourd’hui, le métier d’assureur ne consiste plus seulement à payer une prime. Partagez-vous ce point de vue ?

Chez Axa, nous sommes tout à fait d’accord avec ce point de vue. Nous devons faire évoluer notre métier et avoir des clients partenaires. Notre objectif est de les aider tout au long de la vie de leur contrat, et pas seulement recevoir leur prime ou payer en cas de sinistre.

Cela induit-il une modification à venir du modèle économique des assureurs ?

Pas forcément. Même si une évolution possible serait que les assurés fassent appel à des sociétés recommandées par Axa pour améliorer leur prévention. Notre réseau de sociétés partenaires pourra nous aider dans ce sens.

Quelles sont les prochaines étapes de Give Data Back ?

La 1ère étape était d’observer s’il y avait de l’appétence. Nous constatons donc un grand succès : 125 000 adresses regardées, 38 000 conseils. Nous nous posons donc la question de savoir si nous devons étendre cet outil à d’autres domaines de la protection de l’habitation. Doit-on mettre en place des cartes de zones qui ont des risques d’inondation, de sécheresse, d’autres conseils en prévention ? Nous regardons également si nous devons ajuster la prime, en prenant en compte les garanties que l’assuré possède, par rapport aux risques sur lesquels il doit être couvert. Nous regardons sur plusieurs pays ce que nous pouvons faire.

Pensez-vous étendre Give Data Back à d’autres types de risques ?

C’est une possibilité. Nous pourrions également étendre ce processus à destination des PME. Notre but est de mieux protéger nos assurés, nous devons être des partenaires de nos assurés.

Retrouvez Virginie Babinet :

Contact : Jean-Luc Gambey 

Compte Twitter

Compte LinkedIn 

 

 

Laissez un commentaire