Home Start-up La startup Testamento facilite la succession patrimoniale

La startup Testamento facilite la succession patrimoniale

Lors du décès d’un proche se pose la question de la succession patrimoniale. Respecter les volontés du défunt tout en prenant en compte les obligations juridiques n’est pas forcément aisé pour les proches qui ne sont pas des spécialistes en droit de succession. Il est donc fortement conseillé de préparer la succession patrimoniale en anticipant au maximum cet événement . Dans ce sens, la startup Testamento a mis en place une plateforme d’anticipation successorale, déployée en B2C et B2B2C. Nous nous sommes entretenus avec Virgile Delporte, CEO de Testamento.

Alors qu’est-ce que Testamento ? Et comment est né le projet ?

Testamento est une plateforme d’anticipation successorale, déployée en B2C et B2B2C. Notre objectif est de démocratiser la protection des personnes et apporter de la sérénité en sécurisant les volontés et la transmission de patrimoine.

Le projet est né, comme souvent, d’une histoire personnelle. La veille d’un départ pour un trek en Amazonie avec ma femme et sans mes enfants, j’ai essayé de faire un testament, juste au cas où. Au retour du trek, j’ai présenté mon testament à un notaire, qui m’a dit que l’intention était bonne mais que mon document n’avait aucune valeur juridique. Cela a été le déclic pour que je m’intéresse au sujet de la succession, qui est à la fois tabou et générateur d’énormément de conflits et de complexité administrative.

Quels sont les parcours des créateurs de cette startup ?

J’ai créé la société avec 2 associés qui m’ont aidé à démarrer le projet : 1 notaire moderniste, frère de l’un de mes meilleurs amis, et 1 ingénieur avec une solide expérience en sécurité informatique, mon frère, qui vit aux États-Unis depuis 20 ans.

Pour ce qui me concerne, j’avais avant de lancer Testamento un parcours d’entrepreneur au sein de 2 startup, depuis 1999 : Virtools, un éditeur de logiciels dans le secteur du jeu vidéo et de la réalité virtuelle, racheté par Dassault Systèmes, dont j’ai entre autres monté la filiale nord américaine. Ensuite, j’ai rejoint une autre aventure entrepreneuriale en Belgique, chez SoftKinetic, pour bâtir l’équipe marketing et commerciale. SoftKinetic est un spécialiste de l’analyse d’image, récemment racheté par Sony.

Après quelques discussions avec mes associés, et fort de nos expériences respectives et complémentaires, le projet est devenu une évidence et nous nous sommes lancés. Ce projet présentait des opportunités importantes à la fois en France, en Europe, et dans le monde.

Quels sont vos produits/services et quelle(s) innovation(s) apportez-vous aux « assurés » ?

Concrètement, nos services reposent sur 2 grands axes :

  • La sensibilisation : la plupart d’entre nous considère, souvent à raison, que les sujets de succession sont complexes. Notre postulat est qu’il est donc nécessaire d’expliquer ce qu’il se passe au moment d’un décès, avec une simulation personnelle, très rapide et ludique. Nous avons analysé le code civil avec des juristes et non juristes et réussi à utiliser des termes compréhensibles à tous pour parler de la succession, en utilisant également des schémas clairs. La pédagogie constitue une de nos grandes forces.
  • Un moyen d’agir : si une personne identifie des carences (et globalement, nous en avons tous), nous proposons des solutions. Cela va d’un outil intelligent de génération de modèle de testament, qui pourra être enregistré par un notaire, à un inventaire de son patrimoine pour ne rien oublier au moment d’un décès (comptes bancaires, assurance-vie, comptes de réseaux sociaux etc.), en passant par la saisie des dernières volontés en ligne.

Parallèlement à ces services grand public sur Testamento.fr, nous avons lancé au premier semestre 2017 une solution déployée par nos partenaires grands comptes : un service unique de gestion de clauses bénéficiaires, qui peut être rapidement intégré dans des processus de souscription en ligne ou avec un réseau de conseillers. Cette solution remporte un franc succès, car elle répond à plusieurs problématiques :

  • répondre aux obligations réglementaires : l’ACPR a sanctionné plusieurs compagnies pour ne pas avoir recherché les bénéficiaires des contrats d’assurance vie. Notre solution permet à la fois de résoudre la problématique de connaissance des bénéficiaires sur un stock existant et sur les flux de souscriptions, car elle permet aux conseillers de disposer d’un outil simple et ludique pour générer des clauses bénéficiaires parfaitement adaptées aux besoins de leurs clients, sans risques juridiques.
  • opportunité de rebond commercial : contacter un client pour un acte de conseil et non pour lui présenter un nouveau produit est une excellente opportunité pour mieux le connaître, et connaître ses nouveaux besoins. La multi-détention est encore trop rare, alors que le coût de fidélisation est moins élevé que le coût d’acquisition.

Quel est votre business model ? Avez-vous fait ou allez-vous faire une demande de levée de fond ?

Notre business model est principalement axé sur l’inclusion de nos services dans des produits d’assurance, auprès de banques, assureurs, mutuelles et instituts de prévoyance. L’idée est d’offrir tout ou partie de nos services pour répondre à des obligations réglementaires, fidéliser leurs clients et apporter de nouveaux conseils. Sur un modèle proche de l’assistance, un assuré pourra accéder à nos services pendant toute la durée de son contrat, et recevra un suivi régulier pour vérifier que ses données et volontés sont à jour en fonction des évolutions de sa vie.

Parallèlement, il existe une version enrichie de notre plateforme pour les professionnels. Ceux-ci peuvent utiliser les mêmes services en face à face ou à distance avec un client. Cette plateforme est très utile comme outil d’aide à la vente de services et produits, en particulier des produits d’assurance liés à la vie. Avec un simulateur de droits de succession, il devient par exemple plus simple de proposer une assurance de type tempo-décès, avec un objectif très clair.

Concernant nos financements, nous avons été accompagnés par le Réseau Entreprendre et la Fondation Telecom, la BPI et avons réalisé une première levée de fonds en 2015 auprès de Business Angels, dont Thierry Petit, le président et co-fondateur de ShowroomPrive.com.

Quels sont vos objectifs à court terme ?
Notre objectif à court terme est de déployer nos partenariats déjà signés et d’accélérer la signature de plusieurs accords de partenariats stratégiques. Ceux-ci constituent le plus gros vecteur de croissance pour atteindre un maximum d’utilisateurs finaux.

Qu’attendez-vous des acteurs du secteur de l’assurance ?
Les acteurs du secteur de l’assurance sont chahutés par l’arrivée de nouveaux acteurs, grands ou petits. Nous sommes à leur disposition pour leur présenter nos solutions, qui vont leur permettre de se démarquer rapidement.

Quel message adresseriez-vous aux décideurs du secteur de l’assurance ?

Les décideurs du secteur de l’assurance l’ont déjà tous compris, mais je vais me permettre d’insister sur 2 points :

  1. Les produits d’assurance se ressemblent beaucoup sur leurs fondamentaux, en particulier en matière de produits liés à la prévoyance. Le marché est en train d’évoluer vers une différentiation par les services. Testamento offre justement des gammes de services réellement utiles à la fois pour l’assuré et pour l’assureur.
  2. Innovez avec des startups ! La créativité des startups est exceptionnelle dans le secteur de l’insurtech et de la fintech. Même s’il faut évidement faire du tri, raccourcir les cycles de décision est un enjeu pour concrétiser des beaux projets. Les fonctions de CDO (Chief Digital Officer) jouent un rôle essentiel dans ces relations, je salue les acteurs historiques qui ont donné aux personnes occupant cette fonction un siège à leur comex.

Si besoin, contactez Testamento en cliquant ici. 

Jean-Luc Gambey 

Compte Twitter

Compte LinkedIn 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.