Home Citoyenneté Un Lab sur la perte d’autonomie doit pouvoir s’appuyer sur l’open innovation

Un Lab sur la perte d’autonomie doit pouvoir s’appuyer sur l’open innovation

Profitant de la transformation nécessaire, les Labs sur le secteur de l’assurance se multiplient. Le Lab est un outil idéal pour réussir sa transformation, trouver de nouvelles réponses à des besoins, créer de nouveaux services, de nouveaux modèles,…. . Concernant la perte d’autonomie, il faut réfléchir et certainement agir au sein d’un Lab sur la perte d’autonomie.

Un Lab sur la perte d’autonomie doit pouvoir s’appuyer sur l’open innovation. Il ne s’agit pas de rester entre collaborateurs internes ou spécialistes de la perte d’autonomie. Pour innover, il faut s’ouvrir sur l’extérieur. Il faut sortir de l’entre-soi ! De nombreux publics peuvent participer : salariés, DRH, dirigeants d’entreprises, designers, architectes, sociologues, experts, aidants, développeurs, universitaires, startups, étudiants, … .

Dans le nouveau paysage de l’innovation ouverte, les Labs connaissent un essor considérable. Labs éphémères ou plus pérennes, développés depuis une dizaine d’années, ils doivent désormais être très orientés « do tank » afin de créer une véritable dynamique pour répondre efficacement à l’indispensable besoin de transformation des entreprises.

Cependant la mise en place d’un Lab demande une démarche de réflexion stratégique préalable. Il est indispensable de définir le fonctionnement des démarches au sein desquelles s’intègrent les Labs et comment stimuler et accélérer l’innovation ? Quelles méthodes utiliser ? quels acteurs internes/externes impliquer ? Quel poids attribuer à l’idée d’un collaborateur, d’un client, d’un expert, d’une startup, d’un partenaire… ? Comment sélectionner/ prioriser/tester les projets d’innovation qui seront effectivement développés ? Il est indispensable de clarifier les objectifs, les process, les indicateurs de succès associés au Lab, et de communiquer en interne sur l’intérêt et les impacts prévisibles de ce dispositif. La crédibilité, la pérennité et la réussite de la démarche globale du Lab en dépendront.

Dans ce sens, quelles solutions nouvelles pour répondre à ce risque de perte d’autonomie ? Comment les assureurs peuvent apporter de nouveaux services, de nouvelles façons d’appréhender les besoins. D’ailleurs les solutions mises en place à l’étranger (Japon/Belgique/Pays-Bas/Luxembourg/Pays anglo-saxons/Pays du Nord de l’Europe/États-Unis/Australie,….) pourraient également servir d’outils de réflexions, voire d’expérimentations.

Jean-Luc Gambey 

Compte Twitter

Compte LinkedIn 

Laissez un commentaire