Des assureurs dans les meilleurs employeurs ?

0
1159

Une enquête menée pour Capital par l’institut d’études Statista auprès de 20 000 Français travaillant dans des entreprises de plus de 500 personnes a établi un classement des meilleurs employeurs de France, en fonction du degré de satisfaction des collaborateurs.

Une occasion, après deux ans de pandémie, d’évaluer les efforts d’adaptation des entreprises aux transformations en cours dans le monde du travail. Concernant le secteur de l’assurance, le groupe SMA, la MAIF et le groupe COVEA figurent dans le Top 20.

Un contexte de guerre des talents et d’ « empowerment » des candidats

La pandémie a largement transformé le rapport au travail des salariés, avec l’explosion du télétravail, de nouveaux questionnements sur la quête de sens au travail, ainsi que de nouvelles exigences relatives aux conditions de travail et à l’épanouissement personnel, notamment portées par les générations Y et Z.

Cette tendance est vouée à durer puisque d’après une enquête menée par Harris Interactive, les étudiants sont également très attentifs à ces sujets : 37% des personnes interrogées ont indiqué chercher avant tout à « trouver du sens dans leur métier. »

En outre en France, différents secteurs éprouvent des difficultés de recrutement et sont en proie au phénomène de la « guerre des talents » : ainsi à l’issue de la pandémie, les actifs sont en position de force pour mieux imposer leurs conditions à l’embauche et sont davantage susceptibles de quitter leur entreprise en cas d’offre attractive de la concurrence.

Ce phénomène d’ « empowerment » des candidats n’est pas sans conséquences sur les politiques de ressources humaines et de management des entreprises, contraintes de s’adapter à cette évolution de la relation employeur/employé.

Parallèlement à cette évolution, les confinements et déconfinements successifs, conjugués aux changements incessants d’organisation et de protocoles sanitaires de ces deux dernières années ont inévitablement pesé sur les organisations et le bien-être au travail : un défi supplémentaire à gérer pour les DRH, d’où l’intérêt de se pencher sur les palmarès des meilleurs employeurs en France.

L’enquête de Statista pour Capital a été établie à travers l’étude de plus de 2000 entreprises, issues de près de 30 secteurs d’activité différents.

Une appréciation moyenne des salariés en hausse, mais des exigences à venir

Sur l’ensemble des entreprises étudiées, l’étude n’a dévoilé que les 500 les mieux notées, avec un écart allant de 8,53/10 pour Mercedes-Benz, grand vainqueur tous secteurs confondus, à 6,66 pour le dernier.

Ce palmarès donne une note moyenne de satisfaction des salariés de 7,22/10, traduisant une légère progression depuis l’an dernier. Sous la plume du journaliste Bruno Declairieux, les auteurs de l’enquête y voient « le signe sans doute que les salariés ont fait preuve de mansuétude dans leur jugement, même si le quotidien n’a pas toujours été simple. Le fort rebond de l’activité constaté l’an dernier dans la plupart des secteurs a probablement aussi joué, le fait de conserver son emploi étant un vrai soulagement pour beaucoup. »

Pour autant, Capital avertit que cette mansuétude n’est pas vouée à durer indéfiniment, les salariés estimant généralement avoir largement contribué aux rebonds d’activité dont ont bénéficié les entreprises l’an dernier : « bien des entreprises ont dégagé de plantureux résultats grâce aux efforts de leurs troupes. Celles-ci apprécieraient sans doute un juste retour d’ascenseur, cette année, avec une amélioration sur leur fiche de paie. »

Il est vrai que l’ensemble des enquêtes menées sur l’efficacité du personnel bénéficiant de nouvelles conditions, type télétravail ou meilleure flexibilité horaire, vont toutes dans le sens d’une productivité accrue : par exemple d’après une récente étude de Gartner, les entreprises accordant à leur personnel une meilleure flexibilité horaire ont vu 55 % de leurs effectifs devenir « très performants. »

Conclusion : de façon générale, les salariés n’entendent pas revenir à une organisation du travail ou à des méthodes de management « à l’ancienne. » Comme l’avertit Bruno Declairieux, « rendez-vous dans un an pour savoir s’ils auront obtenu satisfaction sur le retour d’ascenseur espéré. »

La Satisfaction Collaborateur, base de la Satisfaction Client

Sur le même sujet, le classement annuel de Glassdoor des meilleurs employeurs de France livre un certain nombre d’enseignements complémentaires. Issu là encore des notations des salariés, ce classement dévoile plusieurs similitudes avec d’autres palmarès comme celui des entreprises préférées des Français : des marques fortes telles que L’Oréal, Apple ou Hermès semblent ainsi recueillir à la fois les faveurs du public comme de leurs personnels.

Si les moyens conséquents de ces grandes entreprises constituent un facteur déterminant, cette concordance est également significative du fait qu’expérience client et expérience collaborateur sont étroitement corrélées, comme le confirment les experts du sujet. Dirigeante de CX Lab, cabinet spécialisé dans l’expérience client, Françoise Terrenes avait expliqué l’an dernier en détail en quoi « cette interdépendance entre expérience client et expérience collaborateur n’est plus à prouver : ce sont les collaborateurs qui délivrent l’expérience client. Or la performance des collaborateurs peut augmenter jusqu’à 54% si certaines conditions de l’expérience collaborateur sont réunies. Ils délivrent alors plus facilement et régulièrement une expérience client positive. »

Cinq assureurs dans le Top 50

En ce qui concerne le secteur de l’assurance, force est de constater que celui-ci fait plutôt bonne figure au sein du palmarès de Capital, en plaçant 3 assureurs dans le Top 20 et 5 dans le Top 50. Comme le commente Bruno Declairieux, « la culture réputée protectrice envers les salariés dans le monde de l’assurance n’est pas usurpée. Même en 2020, au cœur de la crise sanitaire, l’essentiel des recrutements prévus ont été maintenus. »

De quoi donner des motifs d’espoir pour le secteur face à la crainte d’une « grande démission » ? L’enquête démontre en effet que « le degré de satisfaction des salariés de l’assurance est à la hausse sur un an. » En outre, si le CEO et cofondateur de Testamento Virgile Delporte avait souligné sur le plateau de l’AssuranceTV que « la population travaillant dans le secteur de l’assurance est vieillissante », Capital indique suite à cette étude que le renouvellement des générations semble en marche, notamment par l’essor de l’emploi en alternance : « dans l’assurance, un recrutement sur deux de jeunes de moins de 30 ans est réalisé par la voie très formatrice de l’alternance. » La campagne nationale de communication J’assure mon futur autour de la diversité des métiers de l’assurance aurait-elle porté ses fruits ?

Ainsi en tête du classement des assureurs figure le groupe SMA, dont le cœur de métier est la protection sociale des professionnels du bâtiment. 7ème au classement général avec une note de 8,22/10.

Vient ensuite la MAIF, 12ème au classement général avec une note de 8,15/10 : son classement est notamment dû à son excellent score obtenu de 99/100 au dernier Index officiel sur l’égalité hommes-femmes. A noter que cet assureur truste par ailleurs régulièrement les podiums de la plupart des classements et labels relatifs à l’expérience client, faisant là encore concorder la Satisfaction Collaborateur et la Satisfaction Client.

Enfin, le groupe COVEA (détenteur des assurances MAAF, GMF et MMA) complète le podium des assureurs avec une note de 8,12/10 lui valant la 17ème position du classement général.

Les groupes AXA et ALLIANZ figurent également dans le Top 5 des assureurs, étant présents dans le Top 50 du classement général.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P