France Assureurs s’engage au service de l’emploi

1
574

Récemment en conférence de presse, la Présidente de France Assureurs Florence Lustman a détaillé le bilan 2021 du secteur de l’assurance et son rôle joué face aux différentes crises, sanitaires et climatiques.

Présentant les assureurs comme des partenaires solides et durables pour construire l’avenir, France Assureurs a souligné le rôle joué par le secteur pour protéger les populations, investir dans l’économie et soutenir l’emploi. L’occasion d’effectuer ici un focus sur ce dernier aspect, avec la conclusion de deux accords de branche structurants : le premier en faveur de la diversité au travail et le second relatif au télétravail.

Un accord de branche en faveur de la mixité et diversité professionnelles

Conclu en février 2021 en présence de la ministre déléguée Elisabeth Moreno, cet accord en faveur de la mixité, de la diversité et de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes a été signé entre France Assureurs et cinq organisations syndicales : la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, FO et l’UNSA. Quatre objectifs ont été fixés :

  • favoriser les politiques d’inclusion et lutter contre toute forme de discrimination
  • atteindre une égalité professionnelle et de rémunération réelle entre les femmes et les hommes ;
  • lutter contre le harcèlement sexuel, les agissements et les violences sexistes au travail ;
  • poursuivre une politique inclusive en faveur des publics spécifiques.

« Pour se développer de façon responsable et durable, et permettre aux salariés de travailler dans les meilleures conditions possibles, l’entreprise d’aujourd’hui doit être partie prenante des combats sociétaux de son époque, » a commenté Florence Lustman.

Un accord de branche relatif au télétravail

Conclu en novembre 2021, cet accord a été signé entre France Assureurs et quatre organisations syndicales : la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC et l’UNSA. Il vise à « faciliter, sécuriser et intensifier le télétravail au sein des entreprises d’assurance », avec les objectifs et moyens suivants :

  • clarifier l’environnement juridique régissant le télétravail,
  • faciliter la négociation d’entreprise
  • prendre en compte les risques du télétravail en matière de santé et de sécurité.
  • La mise en place d’une période dite « d’adaptation » au moment du passage en télétravail
  • L’instauration d’un délai de motivation de la réponse en cas de refus de l’employeur de mettre un salarié en télétravail
  • Une augmentation du forfait télétravail, exonéré de charges sociales

France Assureurs relève que le secteur de l’assurance a été ainsi l’une des toutes premières branches à se doter d’un accord sur le télétravail. « Cette forme d’organisation du travail pourra participer à la fois à la performance économique et sociale de l’entreprise, et à l’amélioration de la qualité de vie des salariés, de manière équilibrée et dans le cadre d’un dialogue social harmonieux, » a souligné Florence Lustman.

Promouvoir l’apprentissage et les métiers de l’assurance auprès des jeunes

L’emploi des jeunes en alternance constitue une donne essentielle pour les entreprises d’assurance, afin de former au métier les nouvelles générations. Florence Lustman a rappelé avoir publié dans Le Monde.fr une tribune cosignée avec les présidents de la Fédération Syntec et de la Fédération bancaire française, visant à encourager davantage le développement de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur, afin de  « lutter efficacement contre les inégalités sociales et territoriales ». Ainsi toutes les branches de l’assurance (sociétés d’assurance, agents généraux, courtiers et sociétés d’assistance) ont conclu un partenariat avec l’opérateur de compétences Atlas ayant abouti à la création du portail Internet de référence Jassuremonfutur.fr, « destiné à promouvoir le secteur et ses métiers, notamment auprès des jeunes. » Parmi les objectifs de cette initiative, la diversification des profils de recrutement et la recherche de nouveaux talents.

Revaloriser les métiers de l’assurance auprès des cadres

Suite à la signature d’un premier accord avec l’APEC en 2015, France Assureurs a conclu une nouvelle convention de partenariat de deux ans en mai 2021, afin de « valoriser les métiers de l’assurance et les opportunités d’emploi du secteur auprès des cadres, en ciblant notamment les jeunes diplômés. » Cet objectif reste assorti à l’idée de favoriser la diversité et l’égalité hommes-femmes au sein du secteur, avec un effort particulier sur l’insertion professionnelle « des publics rencontrant des difficultés sur le marché de l’emploi. »

Ainsi ce partenariat a permis de déployer des actions concrètes et innovantes sur l’ensemble du territoire : ateliers de présentation des métiers de l’assurance, organisation d’événements spécifiques à l’attention des cadres ou futurs cadres en situation de handicap, ou des actions ciblant le jeune public issu de quartiers prioritaires de la Politique de la Ville…

Vers une meilleure intégration des personnes en situation de handicap ?

France Assureurs a également créé en son sein un Comité Handicap chargé de définir et de mettre en œuvre la politique « handicap » de la branche. Regroupant les référents handicap des différentes entreprises d’assurance, ce comité construit sa politique autour de trois axes forts : « la communication, les partenariats et la sensibilisation. » Cela se traduit par des participations à de nombreux événements et forums dédiés à l’insertion professionnelle des handicapés, par l’animation de webinaires dédiés aux publics handicapés avec l’aide de partenaires spécialisés, ou par la mise en place d’ateliers thématiques à destination des managers et recruteurs de l’assurance. L’objectif est d’une part de mieux faire connaître au plus grand nombre les métiers de l’assurance accessibles aux travailleurs handicapés, d’autre part d’encourager les entreprises d’assurance à développer une politique pro-active d’inclusion en la matière.

Chiffres-clés sur l’emploi dans le secteur de l’assurance

  • 250 000 salariés dans le secteur de l’assurance sur l’ensemble du territoires français (plus de 93% en CDI).
  • 52 % de femmes parmi les cadres de l’assurance.
  • Près de 5 900 alternants accueillis dans les entreprises d’assurance au 31 décembre 2021.

En conclusion, Florence Lustman a souligné le rôle clé des assureurs dans la transformation de nos sociétés : « Au fil des crises qui se succèdent, les assureurs accompagnent leurs assurés au quotidien, en protégeant leurs proches, leur santé, leurs biens comme leur épargne. Les assureurs sont également des acteurs clés de la relance économique et de l’indispensable transition écologique. Enfin, ils s’impliquent dans le débat public pour porter des propositions innovantes au service de tous les Français, que ce soit en matière d’emploi qualifié, de santé ou de dépendance. »

1 COMMENTAIRE

  1. L’assurance, un secteur qui recrute ? Vraiment ? J’ai du mal à y croire. Après 17 ans de carrière dans le domaine des systèmes d’information, j’ai cherché à me reconvertir dans le domaine des assurances, et en particulier le métier de gestionnaire de sinistre. Ce projet ne vient pas de nulle part. Il est le fruit d’un travail et d’une réflexion menés avec l’Apec. Pour pouvoir suivre la licence pro Assurance, il me fallait trouver un contrat de professionnalisation. J’ai envoyé de nombreuses candidatures chez les acteurs majeurs du secteur. Résultat : pas de réponse dans la majorité des cas, et surtout aucun de ces acteurs ne m’a répondu positivement. Suis-je trop vieux (41 ans) ? Suis-je trop diplômé (bac+5) ? Ou alors, n’ayant pas fait le BTS assurance, le problème est que je ne suis pas directement opérationnel ?
    Bref, difficile de quitter une profession « intellectuelle » pour une autre.
    Alors, l’assurance, un secteur qui recrute ? Mouais, pas convaincu.
    Ou alors des jeunes pas chers…

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P