Assurance conducteurs Uber : âge rehaussé en Californie

0
261

Dans un contexte de hausse des coûts de l’assurance automobile commerciale en Californie, Uber a annoncé une nouvelle exigence d’âge minimum de 25 ans pour la plupart de ses nouveaux conducteurs dans l’État.

Cette modification vise à faire face aux préoccupations liées aux coûts excessifs de l’assurance.

Uber face à des bouleversements juridiques et réglementaires

Ces derniers mois, Uber a été confronté à une série de revers juridiques et de défis liés au travail. Le mois dernier (juillet 2023), la Cour suprême de Californie a rendu une décision clé, statuant qu’Uber ne pouvait pas restreindre la capacité de ses chauffeurs à intenter des poursuites contre l’entreprise pour des violations des lois du travail. Cette décision a été prise malgré la signature d’un accord obligeant les chauffeurs à traiter leurs revendications légales liées au travail en arbitrage privé avec la société.

Des coûts d’assurance en hausse

De plus, les compagnies d’assurance, qui étaient légalement tenues de maintenir leurs tarifs inchangés pendant plusieurs années en raison de la pandémie, ont vu ces restrictions levées. Cette situation, associée à une inflation croissante, a entraîné une augmentation des tarifs, avec de nombreuses compagnies d’assurance excluant même des assurés en raison des coûts élevés.

Des nouvelles règles pour les conducteurs d’Uber en Californie

La nouvelle règle s’applique exclusivement aux conducteurs souhaitant transporter des passagers via la plateforme de covoiturage d’Uber, excluant ainsi ceux effectuant des livraisons avec Uber Eats. Auparavant, les conducteurs âgés de seulement 21 ans étaient autorisés à s’inscrire pour conduire des passagers, tandis que la limite d’âge pour les livraisons était fixée à 19 ans. Cette décision a été motivée par le fait qu’Uber Eats représente un tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise, et que les conducteurs de cette filiale ne sont pas responsables de passagers.

Les coûts de l’assurance en Californie

Uber a souligné que les exigences de couverture d’assurance en Californie pour les services de covoiturage sont nettement plus élevées que celles imposées à presque tous les autres types de véhicules sur la route. En effet, elles sont jusqu’à dix fois supérieures à celles des taxis et trente fois supérieures à celles des véhicules personnels.

Uber Explique sa décision de relever l’âge minimum

L’entreprise a déclaré : « En raison de ces exigences déséquilibrées, les avocats spécialisés dans les blessures corporelles ont créé une industrie florissante spécialisée dans les poursuites contre les plateformes de covoiturage comme la nôtre, ce qui a fait grimper les coûts d’assurance commerciale d’Uber en Californie de plus de 65 % en seulement deux ans. En augmentant l’âge requis pour les nouveaux conducteurs à 25 ans, nous espérons atténuer la croissance de ces coûts. »

Vers des discussions législatives et réglementaires

Uber a également exprimé son intention de discuter de changements législatifs et réglementaires visant à améliorer l’expérience de tous les conducteurs californiens. Cette décision intervient alors que de nombreuses entreprises envisagent des changements similaires en réponse à la hausse des tarifs d’assurance.

Des garanties pour les conducteurs actuels

Il est important de noter que tous les conducteurs actuels de moins de 25 ans ne perdront pas leur emploi, et ils seront préservés malgré le changement de politique. Cette modification signifie aussi qu’Uber est désormais en phase avec Lyft, son principal concurrent, qui impose depuis longtemps un âge minimum de 25 ans pour ses conducteurs.

Un aperçu des défis actuels

Pour de nombreux observateurs de l’industrie de l’assurance en Californie, la décision d’Uber n’a pas été une grande surprise. De nombreuses entreprises ayant des conducteurs envisagent dorénavant des changements identiques en réponse à la hausse des tarifs d’assurance.

Des changements attendus dans d’autres entreprises

Esteban Gomez Jr., avocat en droit du travail, commente cette tendance : « Uber ne sera pas la dernière entreprise à opérer un tel changement en réponse à ces taux d’assurance plus élevés. Si vous vous souvenez, plus tôt cette année, plusieurs compagnies d’assurance ont annulé des nouvelles polices d’assurance habitation ou ont fortement limité le nombre de nouvelles offres. Ce n’était pas juste parce qu’ils en avaient envie, mais car la Californie a facilité les poursuites, et les risques d’incendie de forêt touchent de plus en plus de personnes. Ils ont atteint leur point de rupture et ont dû prendre des mesures drastiques. Eh bien, la même chose s’est produite avec Uber aujourd’hui. Les taux d’assurance grimpent, ils peuvent être plus facilement poursuivis, et il y a de plus en plus d’accidents sur la route. Ils ont atteint leur limite. »

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P