Japon : un aperçu du secteur unique de l’insurtech

0
367

Insurtech Connect Asia se penche sur l’écosystème de l’insurtech au Japon et sur les tendances clés qui y sont repérées sur la base d’un rapport récemment publié par Plug and Play Japan.

Le fait que le Japon compte moins de 20 insurtechs peut en surprendre plus d’un. Après tout, le marché japonais de l’assurance est le troisième au monde en matière de primes d’assurance et le pays s’efforce de devenir une plaque tournante financière internationale. Cela soulève la question de savoir si le secteur de l’insurtech d’un pays doit être jugé par le nombre de startups qui y opèrent ou par le succès de ces dernières. L’avenir s’annonce prometteur pour les acteurs japonais qui bénéficient d’une attention accrue de la part des assureurs, d’investissements en capital continus et de talents de premier plan.

Un écosystème insurtech florissant

Au cours des dernières années, les principales insurtechs japonaises ont commencé à recevoir des financements de la part de grandes sociétés de capital-risque et de compagnies d’assurances. Le développement va de pair avec un plus grand nombre de sociétés de capital-risque dans le monde couvrant le domaine de l’insurtech et des activités d’investissement de plus en plus actives. À l’échelle mondiale, les investissements dans ce secteur ont battu tous les records et dépassé les 10 milliards de dollars en 2021.

Il existe aussi une tendance croissante des insurtechs internationales à venir sur le marché japonais et à travailler avec des acteurs du pays. Ces tendances semblent permettre à l’écosystème des insurtechs japonaises de se développer et de prospérer davantage.

Différents modèles économiques

Les insurtechs japonaises ont vu le jour vers 2016 et actuellement, il en existe 16 qui peuvent être classées en six modèles commerciaux distincts, à savoir la distribution numérique, l’outil de gestion des politiques, le backend en tant que service (BaaS), l’assurance peer-to-peer (P2P), l’assistance à la vente et l’assurance à la demande.

L’une des premières à s’être implantée au Japon, JustinCase, est la seule de l’écosystème à opérer trois business models (BaaS, on-demand, assurance P2P) dans ce domaine. Un autre fournisseur d’assurance à la demande notable est l’insurtech Warrantee qui offre une garantie et une assurance gratuites à ses utilisateurs.

Grâce à un système breveté, les entreprises qui cherchent à promouvoir leurs produits et services versent à Warrantee des frais de parrainage. Les utilisateurs sont couverts par ces frais par la garantie s’ils rencontrent des problèmes et ils consentent à donner leurs données aux sociétés sponsors à des fins de marketing en échange de ne pas avoir à payer de primes.

Assureur x Startup

En dehors du secteur de l’assurance, les assureurs japonais adoptent activement les startups et accordent plus d’attention aux startups en général. Il y a une augmentation significative des approches proactives des assureurs japonais envers les startups qui vont au-delà du domaine de l’assurance, les assureurs étant particulièrement intéressés par les entreprises qui ont des données comme avantage concurrentiel.

Un exemple de ceci serait MS&AD Insurance Group approchant GIC, une startup américaine prenant des images aériennes, pour attirer Geosite, une plateforme SaaS d’entreprise pour les données spatiales, pour entrer sur le marché japonais et former un partenariat commercial basé sur le développement de photographies aériennes, solutions de prévention et d’atténuation des catastrophes et traitement accéléré des déclarations de sinistres.

De tels exemples de collaboration entre les assureurs japonais et les startups technologiques mondiales ou locales pourraient ouvrir la voie à des innovations et apporter de nouveaux produits assurantiels ainsi que de nouvelles méthodes de gestion des sinistres dans le domaine de l’assurance japonais facilitées par l’insurtech.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P