Home Les Trophées de l'Assurance Patrick Evrard : « Le phygital, nouveau modèle de la relation agent-assuré »

Patrick Evrard : « Le phygital, nouveau modèle de la relation agent-assuré »

Patrick Evrard, Président d’agéa, a reçu son Prix de Personnalité de l’Année 2018, lors de la cérémonie des Trophées de l’Assurance. Retrouvez ses premières réactions.

Après François Venturini, Directeur Général du Groupe Harmonie en 2016, Thierry Martel, Directeur Général de Groupama SA, vous avez été élu par le Jury de journaliste des Trophées de l’assurance, Personnalité de l’Année 2018. En simplifiant à l’extrême la délibération du jury, deux mots ont été très souvent prononcés : convictions et leadership, auxquels il faut associer une phrase souvent entendue lors de cette délibération « engagements concrets pour la transformation du métier d’agent général ».

Revenons un instant sur la transformation du métier d’agent général. Vous portez le projet de « Refondation » du métier de l’agent général. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 J’ai toujours été convaincu que la distribution par agents généraux était la plus apte à fournir au client un service de qualité aussi bien au niveau du choix du produit, que de la gestion du sinistre. Depuis plusieurs années, beaucoup ont douté de cette réalité face à l’arrivée de nouveaux intervenants, et en particulier  d’internet et certains ont pu estimer que nous étions dépassés. Ce projet de Refondation a pour but de réinventer le modèle de l’agent général d’assurance pour l’adapter aux mutations que connait le secteur de l’assurance et aux évolutions qui restent à venir et de démontrer sa modernité.

Ce chantier propose des pistes de réflexion organisées autour de quatre thématiques principales : une promesse client renforcée, une relation rénovée avec les compagnies,un entrepreneur d’assurance mieux reconnu au sein d’une agence multi-canale.

Nous  souhaitons  également  élever le niveau global de la profession et attirer de jeunes talents, c’est pour cette raison que nous allons créer un diplôme d’agent général qui sanctionne l’entrée dans la profession et mettre à la disposition de chaque  agent tous les outils modernes leur permettant d’améliorer leurs conditions d’exercice.

Vous avez été récemment renouvelé pour 3 ans à la présidence d’agéa. Pouvez-vous nous évoquer vos prochains engagements ?

Nous avons encore de nombreux défis à relever.

Nous devons d’abord finaliser le projet de Refondation du métier en nous appuyant sur le Socle commun, accepté par l’ensemble des syndicats d’agents généraux, et les aider ou les accompagner dans leurs négociations avec leurs compagnies mandantes.

Il nous faut également mieux peser dans l’écosystème assurantiel et dans les milieux d’influence pour faire entendre notre voix.

Notre société est en pleine mutation ce qui est anxiogéne pour certains. Nous devons donc renforcer l’accompagnement de nos adhérents. Cela passe par un accompagnement au long cours. Enfin, nous devons être attentifs aux évolutions législatives (réforme des retraites, de la formation professionnelle, loi pacte).

Pour terminer, pouvez-vous nous préciser quels  sont,  selon  vous, les prochains défis pour les agents généraux ?

Tout change en ce monde. La nouveauté réside plus dans la rapidité des changements que dans ce simple constat.

La réglementation est de plus en plus prégnante et cela ne s’arrêtera pas, après la DIA 2, nous connaîtrons  sans aucun doute une DIA III. Une nouvelle fois on reparlera des modes de rémunération des intermédiaires, à l’aune de leurs missions. Nous devons d’ores et déjà nous y préparer. Et puis, je fais confiance aux politiques qu’ils soient européens ou français, d’autres réglementations viendront, car la mondialisation doit être régulée. Nous devrons faire de ces normes des chances et des atouts pour demain.

Les innovations technologiques et numériques vont continuer à révolutionner le secteur de l’assurance dans les années à venir, boostées notamment par l’intelligence artificielle. Les agents généraux doivent donc prendre le train en marche pour s’adapter aux nouvelles attentes du consommateur. Il faut davantage de souplesse et de fluidité dans les parcours clients. Les systèmes IT des compagnies qui restent lourds doivent impérativement être modernisés et mis au service des utilisateurs que nous sommes. L’agent général devra rester au centre de la relation entre le client et la compagnie. Ainsi, un nouveau modèle émergera autour du « phygital » qui combine les outils digitaux et l’accompagnement humain de l’agent.

Enfin, les agents généraux et leurs compagnies mandantes doivent se faire mutuellement confiance, c’est ainsi qu’ils favoriseront un service de qualité au seul profit de leurs clients. Je n’ai aucun doute sur la capacité de mes confrères à répondre à tous ces défis.

Suivez-nous sur Twitter : @Les_Trophees et #TropheesAssurance

Les Trophées de l’assurance sont organisés par  @LAMBIJOUEmma & @jeanlucgambey

 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.