Home Innovation Les freins qui empêchent un secteur d’activité à se remettre en cause...

Les freins qui empêchent un secteur d’activité à se remettre en cause volontairement ?

Je reprends volontiers cette contribution de René Duringer, Associé gérant chez Observatoire des tendances publiée sur Linkedin « Quels sont les 3 freins qui empêchent un secteur d’activité à se remettre en cause volontairement ? »

Liste indicative de freins possibles (vous pouvez en rajouter d’autres…)

  1. Effet tunnel (avec des sollicitations de menaces ou objectifs à moins d’un an, l’attention va se rétrécir sur un point minuscule à l’horizon et efface les informations vitales à la périphérie)
  2. Déni / peur du changement / peur de l’inconnu / politique de l’autruche / effet bunker
  3. Des décideurs appartenant à l’ancien monde et ayant du mal à visualiser le « monde d’après » (syndrome des taches brunes dans les organes de direction)
  4. Auto-intoxication avec des infos venant uniquement de l’intérieur du secteur d’activité (pas de veille à l’extérieur du secteur)
  5. Des prestataires spécialistes du secteur qui recyclent des tendances as usual ou des stratégies obsolètes pour pas bousculer les décideurs et assurer une continuité…
  6. Des dirigeants coupés du monde réel (n’ayant jamais traversé le périphérique de leur ville et faisant peu de voyages à l’étranger)
  7. Des organisations en silo (de type militaire) coupant les organes de direction du terrain et filtrant les infos qui « remontent » au top management
  8. Allergie aux risques
  9. Absence de visionnaires
  10. Manque de curiosité
  11. Absence de fonction prospective dans l’organisation
  12. La sidération face à un monde sous le signe de la Volatilité, Incertitude, Complexité et Ambiguité
  13. Absence de transition générationnelle pour les lieux de décision
  14. L’excès de confort donnant un sentiment d’invulnérabilité
  15. Scepticisme générique face aux innovations et à la modernité (rouler avec le frein à main implique de rattraper le train avec plusieurs années)
  16. Dispersion croissante de l’attention / saturation des agendas / surcharge neuronale permanente

Nous nous permettons d’ajouter :

  • Un modèle économique soumis à des exigences de rentabilités immédiates
  • La résistance au changement, le travail en silo et l’absence de stratégies.
  • La non-responsabilisation des collaborateurs

 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.