USA : assurances vie et futures expériences clients

0
462

LIMRA, organisme américain de recherche, de conseil et de développement professionnel, et Life Happens, association d’aide à la prise de décision financière, ont mené des enquêtes sur les ventes d’assurances vie futures et les expériences client aux États-Unis. Ce sont à présent les générations Y et Z qui cherchent à protéger leurs intérêts financiers et les besoins de leur famille. Les baby-boomers et la génération X atteignent aujourd’hui la sécurité économique derrière leur carrière professionnelle et avec moins d’enfants chez eux.

Baromètre sur les assurances-vie aux USA

L’enquête des deux acteurs a permis de révéler que la pandémie mondiale du Covid-19 a eu des impacts sur la population des États-Unis. En effet, dû au virus, 31 % des personnes sont plus susceptibles de souscrire une assurance-vie, en particulier les millenials de sexe masculin.

L’écart entre « j’ai besoin » et « j’ai » une assurance vie est de 18 %, un taux qui a doublé en 2 ans. Le premier cas concerne 70 % des 2 000 répondants, il y a donc un réel besoin sur le marché, notamment de la part des femmes dont le revenu moyen du foyer est inférieur à 50 000 dollars annuels.

Les principales raisons des personnes non assurées sont le coût qu’elles trouvent trop élevé, les priorités à d’autres postes financiers et la non-connaissance de ce qui est vraiment nécessaire. De plus, en l’espace de 10 ans, les baisses générales des prestations d’assurance-vie collective payées par les employeurs américains ont diminué le nombre de bénéficiaires de ce type d’assurance.

Entre habitudes d’achat et expériences client

Dans une autre enquête de LIMRA, il est énoncé que les plus jeunes générations ont grandi dans un univers largement numérique, ce qui entraîne une forte attente au niveau des transactions financières en ligne. L’achat de produits doit se réaliser de manière fluide, la moitié des personnes interrogées ont déclaré utiliser les médias sociaux pour recueillir des informations sur des sujets économiques. Facebook et YouTube figurent parmi les réseaux les plus connus.

L’assurance-vie est une formule protectrice dont le processus de souscription n’a pas d’autres choix que d’être simple. La rapidité, la facilité, la fourniture d’explications transparentes sur les risques et les prix, et l’allégement des contraintes médicales sont des éléments clés dans la distribution du produit.

L’usage des réseaux sociaux est désormais indispensable à l’interaction entre les professionnels de la finance et les consommateurs. 45 % des utilisateurs se servent des outils numériques pour rester en contact avec leur agent ou leur conseiller.

De plus, pour espérer que les futurs assurés souscrivent à l’assurance-vie, le processus de vente doit rendre la prise de décision immédiate. Les individus veulent réaliser leurs démarches en un rien de temps, car souvent ils ont vu passer le produit dans un canal numérique et sont intéressés pour y souscrire. Cette manière de réaliser des affaires ne fonctionne pas pour tous les acteurs, mais cela peut grandement aider à convertir un pourcentage plus élevé de jeunes acheteurs en bonne santé qui font l’acquisition de leur première couverture ou d’une supplémentaire.

En France aussi, le sujet de l’assurance vie est au cœur des débats et notamment concernant la transparence des frais auprès des épargnants.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P