Portrait : David Bigot

0
811

David Bigot, Délégué général – Roam, dans le cadre du #3 magazine* “Dessine-moi l’assurance ” répond à nos questions .

Roam, association qui regroupe plus de 70 adhérents, accompagne et défend ses membres. La commission exécutive de l’association ROAM, présidée par André Renaudin, a nommé David Bigot en qualité de Délégué Général le 1er juin 2021. David Bigot, que nous avons récemment rencontré, succède à Mikaël Maslé. David Bigot, qui êtes-vous ?

J’ai 51 ans, je suis marié et j’ai deux enfants. Tout d’abord, quelques éléments sur mes « origines » :  Belge. Je suis né et j’ai grandi dans une ferme en Thiérache (Aisne) jusqu’à l’âge 8 ans année de la disparition brutale de mon père. J’ai ensuite vécu dans une famille recomposée. Mon beau-père gérait un petit garage automobile et j’ai appris ce qu’on n’appelait pas encore « l’expérience client ».

Concernant mes études : j’ai suivi un double cursus universitaire DEA informatique et MBA gestion à l’IAE Paris. Coté professionnel : j’ai eu des expériences polyvalentes qui allaient de l’opérationnel au management plus stratégique, Chez Axa, Malakoff – Humanis, au Crédit Agricole puis chez Groupama. Dans ma dernière expérience professionnelle avant de rejoindre ROAM, j’étais Directeur du marché Entreprises, des systèmes d’information et membre du Comex de Groupama Centre -Atlantique.

Je crois pouvoir dire que je suis pugnace et très attentif aux valeurs humaines. J’aime fédérer, connecter et jouer un rôle transverse pour faire avancer les sujets. Comme l’avait dit Grégoire Dupont à sa remise de prix de Jeune Manager de l’Année, j’aime exercer mon métier sérieusement sans me prendre au sérieux.

Vous êtes Délégué Général de ROAM depuis peu. André Renaudin a proposé votre nom pour la succession de Mickael Maslé ? Qu’est-ce qui vous a attiré dans cette nouvelle fonction ?

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous ». Je connaissais un peu Mickael Maslé et lorsqu’il m’a sollicité, je n’imaginais absolument pas le remplacer, ou plutôt lui succéder car il est irremplaçable ! Le Président André Renaudin a alors accepté ma candidature (je l’en remercie encore) et la Commission exécutive l’a validée fin mai 2021. André Renaudin a introduit, avec Mickael Maslé, une dimension nouvelle à ROAM à partir des années 2014/2015 : dynamisme, ouverture, services aux membres. Le Président a surtout redonné confiance en rendant ROAM attrayante par ses valeurs profondes fondées sur le mutualisme. Au fond, ce qui m’a attiré, ce sont ces valeurs et les challenges à venir.

Comment décririez-vous votre rôle au sein de la ROAM ?

Le Délégué général est avant tout « au service des membres », et c’est ce qui me plait.

Mon rôle est d’écouter, de comprendre les besoins, d’aller chercher des réponses voire des solutions, aux bénéfices des membres. Il est aussi de promouvoir ROAM dans l’écosystème assurantiel car de nombreuses entreprises d’assurance de petites et moyennes tailles ont besoin de ces services et ne sont pas (encore) membres de ROAM. Elles sont les bienvenues !

Promouvoir ROAM, c’est en réalité contribuer au maintien, dans le paysage assurantiel, des petites et moyennes structures implantées dans les territoires.

Quels sont vos sujets professionnels de prédilection ?

Pour ne rien vous cacher, tous les sujets d’actualité dans l’assurance, et ce quelle que soit la branche !

– A court terme, le changement de société que nous vivons après cette crise : relation avec le travail, télétravail, …ce sujet d’actualité soulève de nombreuses préoccupations ;

– La cyber sécurité qui m’apparait constituer le grand sujet à venir ;

– La RSE et l’ESG : il s’agit d’une réelle préoccupation de nos membres qui s’y sont très tôt intéressés ;

– Les évolutions réglementaires (Solvabilité II)

Par ailleurs, l’innovation rayonne dans tous les sujets et constitue désormais non pas un nouveau sujet, mais un fil rouge dans l’ensemble des dossiers.

Et d’un point de vue de l’homme en général, des sujets de prédilection, des causes qui vous tiennent à coeur ?

Je lutte contre beaucoup des souffrances notamment celles des enfants. Je peux citer le soutien apporté à l’association Marion la Main Tendue qui œuvre pour protéger nos enfants contre le harcèlement à l’école. Agir dans les établissements scolaires, auprès des enfants et des professeurs pour expliquer les conséquences graves et les mesures de prévention existantes est fondamental et nous sommes tous concernés.

Je suis également très attaché à la place de la femme dans notre société. Et en toute transparence, j’ai beaucoup évolué sur ce sujet. Alors même que je combattais voici quelques années les quotas, j’ai changé complètement d’opinion ! Force est de constater que c’est la seule solution pour changer notre société et pour que les femmes prennent leur place dans les fonctions à responsabilité.

Bien sûr, ce positionnement doit se faire sur les compétences, mais arrêtons de penser que cela se fera naturellement, ce n’est pas vrai !  Un mot de soutien aux associations (Parité Assurances, Financi’elles, ..) très actives et inclusives.

Pour revenir à l’assurance, quel est le sujet qui vous paraît le plus important ? Aujourd’hui ? Demain ?

Au final, le sujet qui m’apparait le plus important pour l’assurance est celui du rôle de l’assurance dans notre société. Nous devons tous, y compris ROAM, œuvrer ardemment pour redonner les lettres de noblesse à l’assurance. De ce point de vue, le rôle de l’ADAF peut s’avérer déterminant.

Les Présidents des 3 grands fédérations (F. Lustman, D. Laplane et E. Chenut) ont exprimé une position commune face à la menace « Grande sécu ». La FNIM soutient également cette position.

Il reste que nous ne devons probablement pas attendre d’être menacés pour être unis dans nos positions et veiller à nous rendre plus accessibles. Le travail mené par Franck Le Vallois est particulièrement encourageant. ROAM voit dans cette évolution des signes positifs et soutient la trajectoire.

Que contient votre liste de vœux (professionnels) pour ces 5 prochaines années ?

J’ai envie d’exprimer un « coup de gueule » : conserver des petites et moyennes structures dans l’écosystème et ne pas vouloir ne conserver que des énormes entreprises d’assurances. Il faut faire en sorte que des structures viables, à taille humaine et implantées dans nos territoires continuent d’exister. Nous savons que les évolutions réglementaires peuvent les tuer et ROAM défend ardemment le principe de proportionnalité dans Solvabilité II.

Nous prônons la diversité, celle-ci doit s’exprimer même dans notre marché BtoB !

Il faudra également que notre profession soit plus soudée et comme le souligne très souvent le Président André Renaudin, la trajectoire « d’unification » des codes constitue la cible, même si cela prendra plus de 5 ans, hélas !

Pour terminer sur les « vœux », je suis certain que ROAM va poursuivre, c’est la ferme volonté de ses membres, son développement dans les services et dans l’accueil de nouvelles structures.

*ITW du magazine « Dessine-moi l’Assurance », production Vovoxx, en Décembre 2021, que vous pouvez télécharger gratuitement et sans laisser de datas. Le #4 de ce magazine est prévu pour Mai/Juin 2022.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P