Le succès fulgurant de la téléconsultation

0
421
La téléconsultation existe depuis une dizaine d’année mais ce n’est pourtant qu’en 2020 qu’elle s’est réellement fait connaitre. En cause, la crise sanitaire qui a fait évoluer l’utilisation de la télémédecine, conjuguée à de plus grandes offres de services numérisés.

Nouveau service, proposé notamment par la plupart des complémentaires santé, elle rencontre depuis deux ans un succès grandissant.

Les avantages de la téléconsultation

D’après l’article L.6316-1, la consultation médicale en ligne est « une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication ».

Depuis la crise sanitaire, elle connait un fort succès, « Le Covid a clairement accéléré la diffusion de la télémédecine en France, ça a débloqué des verrous culturels», se réjouit Laure Millet, responsable du programme santé à l’Institut Montaigne.

L’engouement pour cette nouvelle pratique perdure aujourd’hui, notamment grâce à des avantages notables comme :

  • apporter une solution aux déserts médicaux ;
  • faciliter les consultations pour les patients confrontés à des problèmes de mobilité ;
  • éviter de patienter inutilement en salle d’attente ;
  • améliorer le suivi des malades victimes de pathologies chroniques ;
  • obtenir des conseils médicaux rapidement
Comment marche la téléconsultation ?

Il existe différentes applications en ligne permettant d’avoir recours à la consultation. Ces plateformes peuvent être généralistes comme Doctolib ou plus spécialisées comme Biloba, dédiée à la santé des enfants. Pour y accéder il suffit de créer un compte ou télécharger l’application. Depuis ces plateformes, des conditions s’appliquent quant aux remboursements par la sécurité sociale. Les services proposés par les assurances de santé peuvent constituer une bonne alternative dans ce cas.

La téléconsultation via la complémentaire santé, une opportunité

L’Assurance Maladie prend en charge 70% de la téléconsultation*, mais ce à certaines conditions (à l’exception de la crise du Covid-19 où elle prend tout en charge) :

  • Le patient doit être pris en charge par son médecin traitant, ou un médecin appartenant à une organisation territoriale proche du patient.
  • Le patient doit avoir consulté le praticien physiquement dans les 12 mois précédents.

Il est par ailleurs parfois difficile pour les patients de remplir ces conditions comme dans les cas d’urgence, d’absence du médecin, le week-end, à l’étranger…

C’est dans ces moments que le service proposé par les complémentaires santé est un vrai plus. En effet, aujourd’hui, la téléconsultation est inclus et entièrement pris en charge par la plupart des mutuelles, à l’exemple de MesDocteurs, la solution télémédecine du Groupe VYV, téléconsultation de La Mutelle Familale, ou encore Téléconsultation de Malakoff Humanis.

Beaucoup de ces services sont accessibles 24/24h et 7/7j, pouvant intégrer des conseils médicaux accessibles via messagerie dédiée ou par téléphone.

Pour les assurés, avoir un service de télémédecine intégré dans l’offre de garantie a une forte valeur ajoutée, c’est un moyen de se soigner et être rassuré sans attendre, où qu’ils se trouvent.

Du côté des assureurs santé, ces services numériques constituent également des opportunités. Gage de service de qualité, ils fidélisent leurs clients, en leur apportant des solutions adaptées à leurs besoins. C’est également pour eux un moyen de se démarquer, notamment par la qualité de l’offre.

Sur le marché de la téléconsultation, les applications ont la côte, mais comme le souligne Cédric Aubouy, consultant et manager au sein du cabinet mc2i « les assureurs ont un avantage indéniable avec leur portefeuille de cotisants. Et ce, bien qu’ils n’interviennent que sur une partie du parcours de soins. De même, leur légitimité pour la fourniture de services de santé additionnels constituerait un atout. »

« En janvier 2022, tous les Français auront leur espace numérique de santé »

* L’Union nationale des organismes complémentaires santé (UNOCAM) et les principales fédérations de complémentaires santé (FNMF, France Assureurs – ex-FFA – et CTIP) dénoncent la prolongation sans concertation de la prise en charge à 100 % des téléconsultations par l’assurance maladie obligatoire « jusqu’à une date fixée par décret au plus tard jusqu’au 31 juillet 2022 ».
⇒ Note Vovoxx : Notre planning rédactionnel 2022 prévoit de traiter sur nos nombreux supports de la thématique des nouvelles technologies pour le secteur de l’Assurance Santé sur le T1 et T2 2022. Si intérêt nous contacter.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P