Assurance : l’engagement via les fondations d’entreprises

0
690

La majorité des sociétés d’assurance se sont dotées d’une fondation qui porte leurs valeurs de solidarité et d’engagement et favorisent le mécénat des salariés. Tour d’horizon non exhaustif de quelques initiatives récentes en faveur de la RSE sous l’égide des fondations. Quelques exemples :

Covea lutte contre les violences faites aux femmes

Le groupe Covéa s’engage aux côtés de la Fondation des Femmes pour soutenir les droits des femmes et lutter contre les violences faites aux femmes.

Des dons financiers ont permis de financer du matériel de téléphonie pour élargir le dispositif d’écoute du 3919, des nuitées dans des hébergements d’urgence et la distribution de denrées alimentaires. Le programme « Sororité » vise à augmenter le pouvoir d’agir des femmes les plus vulnérables et d’accroître leur autonomie.

Ce programme finance des associations qui visent à faciliter l’accès aux biens et services aux femmes vulnérables partout en France. Il se concrétisera notamment par la création de lieux de type « Maisons des femmes », par l’organisation de collectes, par des dispositifs d’écoute. Le programme « Audacieuses » s’est donné pour mission d’élever le niveau de conscience des inégalités femmes-hommes et de faire évoluer les stéréotypes et le sexisme grâce à des actions de sensibilisation. Ce programme se concrétisera à travers des événements de sensibilisation comme le lancement d’un train pour l’Egalité, la création de rapports et de contenus multimédia et la réalisation de l’Observatoire « Priorités Femmes ».

MAAF engagée pour les personnes en situation de handicap

Créée il y a plus de 20 ans, la Fondation MAAF Assurances est devenue en 2018 la Fondation MAAF Initiatives et Handicap. Un nouveau nom qui rend plus visibles et lisibles son action et son domaine d’intervention : le handicap. Depuis sa création, la Fondation a financé plus de 70 projets et versé plus de 2 millions d’euros de subventions. La Fondation MAAF Initiatives et Handicap a pour vocation d’améliorer les conditions de vie des personnes en situation de handicap grâce au financement de projets d’intérêt collectif à caractère innovant et reproductible.

Elle a notamment financé des podcasts sur l’amour et la sexualité chez les personnes en situation de handicap et contribué au développement de nouvelles solutions techniques tels que des boîtiers d’informations Phitec dans les transports publics, des fauteuils électriques à six roues pour les terrains accidentés ou encore un nouveau joystick de commande Montblanc Mobility Quadrix pour les fauteuils tout terrain permettant de pratiquer le sport en montagne.

La Fondation OCIRP mobilisée pour les familles

La Fondation OCIRP, qui œuvre en faveur des familles et des jeunes orphelins a réalisé un appel à projets thématiques visant à favoriser l’autonomie grâce au lien intergénérationnel, dont les lauréats ont été connus en juin. La Fondation apporte ainsi son soutien à quatorze nouveaux projets autour de l’habitat, du soutien aux aidants, de la lutte contre l’isolement, de la création artistique, de l’expérimentation et de la prévention santé.

MAIF, la prévention comme ligne directrice

Fondée par la MAIF en 1989, la Fondation MAIF est une parfaite illustration de l’éthique humaniste de la MAIF : mettre l’Homme au centre de ses préoccupations et appliquer au pied de la lettre le célèbre adage «il vaut mieux prévenir que guérir ». Créée initialement pour soutenir les recherches sur les risques routiers, elle a élargi son champ d’intervention aux risques de la vie quotidienne, puis aux risques naturels en 2005 et enfin aux risques liés au numérique depuis 2014. Avec la volonté de faire progresser la prévention.

La protection du risque routier demeure une priorité de la Fondation MAIF. Des recherches incluant les sciences comportementales sont menées sur les nudges, en anglais « coup de pouce ». Sous forme d’images, de clins d’œil, les nudges modifient l’environnement et donc l’architecture de choix pour inciter la personne à prendre la bonne décision. Ainsi, il serait possible de préparer en amont un conducteur à la présence dans plusieurs mètres d’un passage piéton grâce aux innovations technologiques afin de le faire s’arrêter à ce dernier.

Quant au projet EuroNcasque, il vise à améliorer les casques de moto et de vélo afin de mieux protéger en cas d’accident. Parmi les autres projets soutenus, une solution pour protéger les données personnelles avec le projet PyGuard qui identifie les traces laissées volontairement ou non sur Internet en fonction des sites qui sont en lien masqué avec le site principal visité et permet à l’utilisateur d’empêcher la propagation de ses données vers ces sites tiers. Un jeu gratuit GAO & BLAZE sensibilise les usagers et notamment les jeunes aux enjeux de la protection des données personnelles.

La Fondation MAIF se mobilise également contre les risques naturels, notamment la prévention des inondations grâce aux solutions fondées sur la nature ou encore le renforcement de l’implication individuelle.

La Fondation MUTAC combat l’isolement des personnes âgées

Créée en 2013 à l’occasion des 40 ans de la prévoyance obsèques MUTAC, la Fondation MUTAC lutte contre l’isolement des personnes âgées au travers du lien intergénérationnel. L’isolement est en effet la première cause de dégradation de l’état de santé des personnes âgées.

A compter de 2015, la Fondation MUTAC a lancé les Prix Fondation MUTAC pour valoriser les initiatives innovantes, concrètes et de qualité d’associations, d’organismes solidaires de l’économie sociale, de sociétés coopératives. Parmi les lauréats, un camping-car connecté à Tournon qui permet de former les seniors à la communication numérique, une émission de radio, « Mots croisés », lien entre les générations à Montpellier ou encore l’atelier Remuménage à Bordeaux qui accompagne les personnes en situation de vulnérabilité dans leurs déménagements, mais aussi dans leur maintien à domicile.

Toutes ces initiatives contribuent à porter la politique RSE des assureurs, mais aussi et surtout à améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes, souvent parmi les plus fragiles.

Santé : s’engager pour mieux soigner

L’engagement sociétal des assureurs se traduit notamment dans le secteur de la santé où les besoins sont élevés. Les innovations technologiques, mais aussi organisationnelles favorisent une meilleure prise en charge, plus inclusive, de tous les patients. Les relations entre l’environnement et la santé sont également de plus en plus prises en considération.

CMSI : le bon soin au bon endroit

Les urgences hospitalières sont débordées, les médecins de ville ne suffisent pas pour répondre à la demande : un nouveau maillon dans la chaîne des soins se développe. Déjà installés dans de nombreuses villes françaises et en plein déploiement, les Centres médicaux de soins immédiats (CMSI) apportent une réponse novatrice. AÉSIO Santé a ouvert en 2019 un premier CMSI, le CMSI 42, au sein de la clinique mutualiste de Saint-Etienne.

« Le CMSI constitue un partenariat entre des médecins libéraux locaux et un établissement de santé. Cette structure novatrice, intermédiaire entre la médecine de ville et les services d’urgences saturés prend en charge des urgences relatives nécessitant notamment le recours à un plateau technique (matériel de suture et d’immobilisation, biologie, imagerie médicale), en collaboration avec l’ensemble des praticiens de spécialités de la clinique mutualiste, d’un réseau de soins en ville, et en collaboration étroite avec le SAMU et le CHU de Saint Etienne. C’est une vraie réponse aux attentes de la population et une aide pour les équipes des urgences sur-sollicitées » expliquait Marina Thevenon, Directrice communication d’AÉSIO Santé.

Ouvert tous les jours de 8h à 20 h, 365 jours par an, le CMSI est en capacité d’accueillir entre 20 000 et 22 000 patients par an. Un second CMSI porté par AÉSIO Santé doit ouvrir ses portes à la clinique Beausoleil de Montpellier.

Les Citoyens de choc sauvent des vies

La Fondation d’entreprise CNP Assurances s’engage pour la santé publique en soutenant notamment le projet SAUV Life « Citoyens de choc ». Issus de la communauté SAUV Life qui compte aujourd’hui 505 000 personnes, les Citoyens de choc sont formés aux gestes qui sauvent et équipés d’un défibrillateur (DAE) mobile connecté de dernière génération.

La chaire RESPECT pour un monde en santé

Le dérèglement climatique fait peser de nouveaux risques sur le système sanitaire français. Pour garantir une accessibilité durable et responsable à la santé pour tous, AÉSIO mutuelle et l’EHESP ont créé la Chaire RESPECT : RÉsilience en Santé, Prévention, Environnement, Climat et Transition. Épidémies, canicules, pollution… La dégradation de notre environnement fragilise notre santé, comme le souligne le dernier rapport du Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC).

Alors que le système sanitaire français est déjà soumis à de fortes tensions, il est urgent de comprendre les impacts de l’environnement sur la santé humaine pour garantir sa résilience. L’objectif de cette Chaire est d’étudier les risques que fait porter le dérèglement climatique sur notre santé, les conditions de leur assurabilité pour tous et de proposer un système de santé sobre en carbone et adapté aux besoins en termes d’offre de soins, d’accessibilité et de prévention.

Mobilisés contre la douleur

Créée par le groupe de protection sociale APICIL en 2004, la Fondation APICIL est entièrement dédiée à la prise en charge de la douleur, dans le respect des personnes vulnérables et de leur entourage. A l’écoute des besoins et des avancées de la science, la Fondation APICIL aide les soignants et les chercheurs à proposer de nouvelles solutions à travers un accompagnement financier et une valorisation des actions innovantes. Depuis sa création en 2004, la Fondation APICIL a accompagné plus de 800 projets dans toute la France autour de trois axes : la recherche, l’accompagnement du soin et la qualité de vie du patient, l’information et la sensibilisation. Parmi les projets concrets soutenus, la réalité augmentée pour réduire la douleur, Itara, qui vise à l’égalité territoriale dans l’accès aux soins innovants en cancérologie, la musique pour adoucir les maux ou encore l’hypnose pour soulager la douleur. En 2022, la Fondation a également lancé un appel à projets sur les conséquences douloureuses de la Covid‑19.

L’épigénétique, un intérêt pour le secteur de l’assurance

Alors que la génétique correspond à l’étude des gènes, l’épigénétique s’intéresse à une « couche » d’informations complémentaires qui définit comment ces gènes vont être utilisés par une cellule… ou ne pas l’être. En d’autres termes, l’épigénétique correspond à l’étude des changements dans l’activité des gènes, n’impliquant pas de modification de la séquence d’ADN et pouvant être transmis lors des divisions cellulaires. Contrairement aux mutations qui affectent la séquence d’ADN, les modifications épigénétiques sont réversibles.

RGA, un des leaders mondiaux de réassurance en assurance de personnes, communique déjà depuis plusieurs années sur la génétique et les avancées de la recherche sur l’amélioration de la santé et la lutte contre les maladies chroniques. Analysant comment les facteurs exogènes ont un impact sur la santé, l’épigénétique est apparu comme une évidence pour comprendre les différentes composantes de ces facteurs en partant à l’origine de l’ADN.

En 2020, colloque RGA était sur le thème « Mutation des environnements et santé : les réponses apportées par l’épigénétique ». Eric Gaubert, directeur adjoint, innovation et partenariat chez RGA France sur l’épigénétique précisait « Analysant comment les facteurs exogènes ont un impact sur la santé, l’épigénétique est apparu comme une évidence pour comprendre les différentes composantes de ces facteurs en partant à l’origine de l’ADN et les champs d’investigation sont multiples et passionnants. ».

Quand à Lionel Fournier, Directeur Santé et Ecologies Membre du Comité de Direction Générale d’Harmonie Mutuelle, il précisait début 2022 « Je suis parti de la notion de santé : au-delà de notre patrimoine génétique, celle-ci dépend aussi de nos conditions de vie, du climat, de la qualité de l’air, de l’alimentation, sans oublier la dimension sociale. C’est ce qu’illustre l’étude longitudinale menée par Harvard depuis 1938. »

Santé mentale : apporter des réponses à des enjeux majeurs

Une personne sur cinq est touchée chaque année par un trouble psychique, soit 13 millions de Français. Le taux de suicide en France est l’un des plus élevés des pays européens de développement comparable. Avec plus 23 milliards d’euros par an, les dépenses remboursées au titre de la détresse psychique et des maladies psychiatriques sont le premier poste de dépenses de l’assurance maladie, devant les cancers et les maladies cardiovasculaires. Conscients que le bien-être mental est une composante essentielle de la santé, les assureurs se mobilisent. 

Créée en 2021, la Fondation AÉSIO a pour mission d’agir pour le bien-être mental des individus tout au long de la vie, quels que soient leur genre, leur âge, leur santé physique ou mentale, leur situation sociale, familiale ou professionnelle. Elle soutient des structures d’intérêt général dans leurs projets de sensibilisation au bien-être mental, de prévention en santé mentale et d’accompagnement des personnes en souffrance psychique. En 2022, elle a lancé un appel à projets qui vise à libérer la parole autour du bien-être mental, déstigmatiser les personnes en souffrance psychique et sensibiliser le grand public à ce sujet.

La fondation AÉSIO soutient également la formation Premiers secours en santé mentale (PSSM) France. Le programme de Premiers secours en santé mentale (PSSM) permet de former des secouristes capables de mieux repérer les troubles en santé mentale, d’adopter un comportement adapté, d’informer sur les ressources disponibles, d’encourager à aller vers les professionnels adéquats et, en cas de crise, d’agir pour relayer au service le plus adapté. Il s’inspire de la formation aux premiers secours physiques, mais intègre une logique d’urgence différente : un secouriste en santé mentale devra souvent intervenir à plusieurs reprises pour écouter, rassurer et accompagner la personne concernée vers le soin. La formation de base de secouristes dure 14 heures. Un fonds solidaire a notamment été constitué afin de permettre aux personnes concernées par des troubles psychiques d’accéder à ces formations.

La formation Premiers secours en santé mentale a permis de former 5,3 millions de secouristes dans le monde, dont environ 30 000 en France. 596 formateurs accrédités organisent régulièrement des sessions partout en France métropolitaine et en outre-mer.

Les événements, les accidents de la vie peuvent affecter le bien-être mental. Santéclair propose à ses bénéficiaires de faire de leur bien-être mental une priorité. L’organisation, qui travaille avec 55 complémentaires santé et dont les services profitent à plus de 10 millions d’assurés, met à leur disposition six solutions « Bien dans ma tête ». « Bien dans ma tête » comprend notamment une analyse de symptômes et d’orientation pour savoir comment agir, un coaching bien-être, l’accès à des consultations psy en vidéo ou en cabinet et des informations en cas d’hospitalisation ou de crise. Le service est inclus dans les contrats de santé Santéclair.

Habitat : un toit pour tous

Selon le rapport de la Fondation Abbé Pierre publié début 2022, en France, plus de 4 millions de personnes sont non ou mal logées. Pourtant, avoir un toit est important pour se maintenir en bonne santé, pour trouver du travail, pour étudier… pour vivre sereinement, tout simplement. Par ailleurs, l’habitat reste un poste très générateur de gaz à effet de serre. De quoi inciter les assureurs à se mobiliser pour lutter contre le mal-logement et l’habitat durable.

  • 1 068 000 personnes ne disposent pas d’un vrai logement personnel, elles sont sans domicile fixe (SDF), vivent dans des habitations de fortune, sont hébergées chez des tiers ou sont en chambres d’hôtel ;
  • plus de 2 millions habitent des logements sans confort (pas d’eau courante, toilettes communes sur le palier, moyen de chauffage très dégradé…).

Depuis 2012, le nombre de personnes sans domicile a doublé : elles sont aujourd’hui 300 000. L’hiver, les hébergements d’urgence sont engorgés. Ainsi, en décembre 2021, près de 4 000 personnes ont appelé en vain le 115, faute de places en hébergement disponibles.

Le rapport note également que près de 12 millions de personnes vivent en précarité énergétique. La Fondation estime que la rénovation des 5 millions de logements  » passoires énergétiques  » doit faire l’objet d’une priorité nationale. Face à ces constats, la Fondation Abbé Pierre préconise de produire 150 000 logements sociaux et 15 000 par an pour l’outre-mer, de créer une Agence nationale des travaux d’office pour résorber l’habitat indigne et de réformer les prestations et minima sociaux.

Créée il y a presque 30 ans, en 1993, la Fondation MACIF a déjà soutenu plus de 5 000 projets socialement innovants.

À compter de 2022/2023, elle fait le choix de consacrer 50% de ses moyens à une nouvelle orientation emblématique : Habiter durablement, habiter autrement pour mieux vivre ensemble. Une thématique déclinée autour de trois axes.

  • Le premier, se loger, vise à permettre à chacun et notamment aux personnes les plus fragiles d’accéder à un logement approprié à chaque moment de vie.
  • Le second axe, vivre mieux, favorise l’amélioration des caractéristiques du logement des personnes les plus fragiles, pour améliorer la qualité de vie dans le logement et réduire l’empreinte carbone avec, notamment, l’accompagnement à la réduction des pollutions intérieures, à l’auto-réhabilitation, la lutte contre précarité énergétique ou encore l’intermédiation entre les parties prenantes…
  • Le troisième et dernier axe, vivre ensemble, contribue à l’amélioration du cadre de vie, en impliquant les habitants dans des projets concrets.

Jusqu’au 24 Août dernier, la Fondation MACIF lançait l’appel à projets « Quartiers d’avenir ». L’objectif : accompagner financièrement et techniquement la mise en œuvre de projets innovants, impactants et pérennes au bénéfice des habitants autour de trois thématiques : du déchet à la ressource, l’agriculture urbaine, la santé, le sport et le bien-être. Les lauréats pourront bénéficier d’un soutien financier de la fondation, à hauteur de 70 % des dépenses éligibles, respectant un plafond de 20 000 euros, complété par un accompagnement technique de France Tiers Lieux et de son réseau de partenaires.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P