Le métavers remodèle-t-il l’avenir du secteur bancaire ?

0
617

La société évolue rapidement vers l’ère du métavers qui verra les individus expérimenter des instants numériques aux côtés de leurs vies réelles dans des univers virtuels connectés et persistants.

Les individus utiliseront de plus en plus la technologie fictive dans des domaines liés au travail, aux loisirs et aux réseaux sociaux. Essentiellement, tout ce que les personnes peuvent faire dans le monde réel aura un jumeau numérique dans le métavers avec lequel elles interagissent sans sortir de chez elles.

Un marché qui a du potentiel ?

Mark Zuckerberg a également récemment démontré son intérêt pour le cosmos numérique en annonçant que Meta, anciennement Facebook, se transformera efficacement d’une société de médias sociaux en une organisation métavers en l’espace de cinq ans seulement. Ce PDG lui a donc certainement donné un grand coup de pouce.

Selon Gartner, plus de 25 % des personnes passeront au moins une heure par jour dans le domaine du monde virtuel d’ici 2026 à des fins professionnelles, de réseautage social, de loisirs et autres. De plus, Bloomberg Intelligence prévoit aussi que davantage d’entreprises rejoindront bientôt le train en marche, portant la taille du marché à 800 milliards de dollars d’ici 2024.

Il semble prudent d’affirmer que le métavers a ouvert un vaste éventail d’opportunités dans pratiquement toutes les autres autres industries. Explorons avec The Times Of India la portée de ce monde virtuel dans le secteur bancaire en particulier et comment la technologie changera la manière dont les banques interagissent et innovent.

Amélioration du parcours client

Alors que la banque est devenue plus utilitaire, elle est encore beaucoup trop déconnectée émotionnellement. Ironiquement, le métavers fournit aux banques un moyen indispensable pour réintroduire l’humanité dans cette industrie et renforcer les relations clients existantes en les rencontrant de manière plus significative.

Le métavers ouvre de nouvelles voies pour toucher de nouveaux publics, en particulier une génération plus jeune et plus technophile. Une chose est certaine : les banques et autres institutions financières devront trouver de nouvelles façons de communiquer avec ce public féru de NFTs et autres biens digitaux.

Comment la prochaine génération utilisera-t-elle le métavers ? Peut-être qu’elle aura un service client de haut niveau, pourra effectuer une visite de propriété en temps réel avec un courtier spécialisé, discutera de la retraite avec un conseiller avatar, assistera à un séminaire sur l’investissement ou s’engagera dans une initiative communautaire parrainée par la banque.

Les établissements bancaires devront commencer à former leur personnel sur la technologie dès que possible afin d’explorer ce domaine. Ils devront créer des prototypes rapides pour aider les dirigeants à réaliser le potentiel du métavers qui relie les personnes, les lieux et les éléments. Les personnes existent dans ce monde et elles sont la seule raison pour laquelle ce dernier existe.

Création d’un nouveau marché

Les actifs numériques ont explosé et ils sont maintenant échangés et évalués sur le marché. En d’autres termes, de l’argent réel est déjà dépensé pour acquérir des actifs virtuels. Le chanteur Daler Mehndi, par exemple, est récemment devenu le premier Indien à posséder des terres dans le métavers en leur donnant le nom de Balle Balle Land.

Les banques seront en mesure de virtualiser les interactions avec les clients telles que les retraits d’espèces aux guichets automatiques virtuels, les succursales et les parrainages réels d’événements. Les individus pourraient facilement quitter un rendez-vous avec leur conseiller avatar pour se rendre à un guichet automatique, entrer leur code PIN pour obtenir des fonds dans leur portefeuille virtuel, puis acheter un sac à main virtuel.

L’économie en expansion du métavers est une source de croissance inexploitée, offrant aux banques la possibilité d’assurer et de prêter contre des cryptomonnaies, des NFTs et des biens immobiliers virtuels. Les institutions financières doivent décider quel rôle elles joueront et comment elles tireront parti de cette chance d’étendre leur marque.

Développement de nouveaux produits

Les banques ciblent déjà les personnes averties en NFTs, mais les rôles vont changer dans le métavers en matière de marketing. Dans celui-ci, le marketing se fera avec les clients plutôt que vers eux à mesure que les individus y deviendront des collaborateurs.

Les établissements bancaires devront découvrir de nouvelles façons d’instaurer la confiance. Alors que les consommateurs créent des espaces dans les domaines du métavers, il sera essentiel que toutes les institutions ne se contentent pas d’emménager et de monétiser seulement. Au lieu de cela, elles devront travailler pour établir des relations positives et pourraient chercher l’inspiration en dehors de leur domaine.

En considérant la récente acquisition par Nike de RTFKT, une boutique de design numérique, pour renforcer sa réputation et communiquer de manière authentique avec la communauté, Métavers offre sans doute un potentiel passionnant pour les banques. Toutefois, celles-ci doivent agir avec prudence, car s’engager sur la mauvaise voie pourrait considérablement nuire à la confiance des clients.

Pour résumer, partout où il y a des échanges de biens et de services, y compris dans l’univers virtuel, il y aura toujours des opportunités pour les services bancaires.

L’écosystème, cependant, doit être développé davantage, la confiance doit être établie, tandis que le métavers a besoin de normes et de lignes directrices pour répondre aux attentes bancaires et financières. Bien entendu, tout cela inclut également une proposition de valeur claire pour les clients.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P