Qiti, courtier labellisé Deeptech, se développe et recrute

0
731

Moins de sept mois après sa création, Qiti, l’assurtech niçoise spécialisée dans les assurances des expatriés et nomades digitaux, reçoit le label Deeptech décerné par BPI France et le label 3iA décerné par l’institut interdisciplinaire de recherche en intelligence artificielle de Sophia Antipolis.

Assurtech niçoise spécialisée dans les assurances des expatriés et nomades digitaux, QITI se réjouit de ses deux distinctions.  » Ces deux labels nous propulsent dans la cour des grands, c’est une reconnaissance de la maîtrise de l’IA par nos équipes et de notre capacité à développer des technologies de rupture.  »

C’est également une preuve que le moteur de recommandations que nous construisons avec le 3iA et l’INRIA de Sophia Antipolis est bien une technologie de rupture ! Le label deeptech a été décerné à moins de 500 startups, il récompense les entrepreneurs qui construisent le monde de demain, et les financements associés vont nous permettre d’aller plus vite, plus loin, plus fort » souligne Christophe Bremard, cofondateur de Qiti.

Quatre questions et un contrat dans l’heure

Le fonctionnement de Qiti repose sur un assistant virtuel intelligent, breveté auprès de l’INPI. Les expatriés ou les candidats au départ sont invités à répondre à quatre questions simples. Très rapidement, le plus souvent dans l’heure, trois contrats sont proposés au client.

Si la démarche semble simple, elle est rendue possible grâce à l’intelligence artificielle, qui analyse les contrats, les compare et les actualise. Les spécificités géographiques et la situation politique sont prises en considération.

Dans les pays en guerre ou en tension, les conditions d’assurance évoluent particulièrement vite. Le rôle de conseil du courtier s’avère encore plus essentiel. Plus de 500 contrats sont disponibles à ce jour sur Qiti.

Une révolution dans l’univers des assurances

Qiti considère que son moteur de recommandations est, « pour le secteur des assurances, une révolution à la hauteur des voitures autonomes dans l’automobile ». « C’est un secret de polichinelle, les acteurs historiques du marché ne répondent plus à la demande de réactivité, de connectivité et de tarifs enfin maîtrisés des assurés. Les consommateurs ne veulent plus être enfermés dans un contrat dont ils ne comprennent pas les termes. La digitalisation et l’intelligence artificielle font sauter les cloisonnements historiques. Les Chinois sont très actifs dans ce domaine, suivis de près par les GAFAM. Le chinois Pin An est devenu le premier assureur mondial à la vitesse de l’éclair, Amazon a lancé récemment son offre Amazon Care sur le marché américain et les rumeurs vont bon train du côté de Google et Apple déjà très investis dans la santé connectée. C’est une question de temps, ces acteurs viennent secouer le marché européen comme ils l’ont déjà fait avec la voiture électrique ou le e-commerce » assure Guillaume Dion, Directeur Général en charge du programme de recherche et d’innovation.

Qiti recrute des profils d’horizons divers

Prévoyant un développement rapide, Qiti recrute. « Nous recherchons des profils d’horizons divers, hyper motivés souhaitant écrire avec nous l’histoire des assurances de demain. Nous cherchons majoritairement des développeurs, mais aussi des techniciens, des ingénieurs et des chercheurs ; tout candidat souhaitant apporter sa contribution à l’édifice, apporter son expérience et son savoir-faire à Qiti est le bienvenu, quels que soient sa formation et son parcours. Ce qui nous importe, c’est qu’il partage nos valeurs de Liberté, de Responsabilité, d’Engagement et de Solidarité et qu’il ait envie de grandir, de construire et de permettre à Qiti d’assurer la liberté de nos concitoyens » partage Guillaume Dion.

Qiti vient de lever 1,4 million d’euros auprès d’institutionnels tels que la région Sud, mais aussi d’investisseurs privés présents dans l’assurtech. Le marché de l’assurance santé des expatriés devrait atteindre 22,3 milliards de dollars en 2025, soit une croissance de 29 % en cinq ans.

 

Source : communiqué de presse Qiti.

Pour en savoir +

L’expatriation en chiffres

  • 80% des expatriés français sont concentrés dans 20 pays.
  • Seulement 10% des expatriés ont été envoyés par leur entreprise.
  • 1/3 des salariés est prêt à envisager l’idée de partir travailler à l’étranger.
  • Selon les chiffres des Nations Unies, le nombre d’expatriés français a augmenté de 52 % en 20 ans, et a presque doublé en 40 ans (+89 %).
  • D’après l’Insee, c’est entre 18 et 29 ans, lors des études ou au début de la vie active qu’ont lieu 80 % des départs à l’étranger de personnes nées en France.
  • Près de 80 % de ces Français travaillent sous divers statuts professionnels. On retrouve notamment des professions libérales, des cadres d’entreprises ou de la fonction publique ou encore des entrepreneurs.

Données fournies par Qiti

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P