65 % des entrepreneurs continuent de travailler malades

0
578

65 % des entrepreneurs considèrent qu’ils ne peuvent pas s’arrêter de travailler lorsqu’ils sont malades. Un chiffre-choc !

Pour répondre à cette problématique, Easyblue, start-up dont la mission est de rendre le parcours entrepreneurial plus sûr, lance une solution totalement digitale, qui peut être souscrite en 20 minutes.

Lorsque l’on interroge les indépendants sur la raison de leurs choix de statut, tous prônent la liberté. Être libre de travailler d’où ils veulent, comme ils veulent, avec qui ils veulent. Artisans, développeurs, musiciens, tous sont alignés. Mais comment gèrent-ils leur activité et leurs revenus en cas d’accident ou de maladie ?

Contrairement aux salariés, les indépendants ne sont pas automatiquement affiliés à un contrat de prévoyance santé. En cas de maladie ou d’accident, leur statut ne leur permet pas d’être protégés.

Le sondage réalisé par Easyblue auprès de 1 700 entrepreneurs analyse les comportements des indépendants, en interrogeant leur niveau de couverture et en explorant leur passif vis-à-vis des différentes pertes de revenus.

Accident, covid, invalidité… la majorité des indépendants déclarent devoir continuer à travailler pour ne pas perdre de revenus. Ils sont moins d’un tiers à s’autoriser une pause (29 %). Sans aucun employé pour soutenir l’activité, un arrêt a beaucoup plus de répercussions sur l’activité.

Manque d’informations et parcours chronophage

Les entrepreneurs manquent d’information sur les solutions à leur disposition. Pour 58 % d’entre eux, même les remboursements de la sécurité sociale restent une donnée inconnue. 95 % des entrepreneurs, tous statuts confondus, déclarent qu’ils s’arrêteraient de travailler sans hésiter lorsqu’ils sont malades s’ils avaient la certitude de maintenir leur revenu.

Mais beaucoup renoncent aussi à souscrire une assurance parce que la démarche est trop chronophage. L’assuré doit rencontrer son assureur, faire un bilan de santé, revoir son assureur avec les résultats médicaux pour que celui-ci estime les risques et le coût de la couverture santé. Un parcours chronophage, incompatible avec le quotidien des entrepreneurs.

Avec Easyblue, un contrat en 20 minutes

Pour répondre à cette problématique et accompagner ses clients vers un maximum d’autonomie, Easyblue, néo-assurance, a développé une solution 100 % digitale : une intelligence artificielle qui analyse les risques de chacun des entrepreneurs au travers d’un questionnaire pour préconiser la solution adaptée.

Ainsi, en fonction de son activité, de son chiffre d’affaires, ou encore de son nombre d’employés, chaque utilisateur se voit proposer un pack ajusté sur mesure, avec un tarif personnalisé.

Easyblue a déjà coaché plus de 22 000 entrepreneurs depuis 2020. Le contrat prévoyance santé Easyblue a fait l’objet de 8 mois de R&D. Avec plus de 1 000 préinscriptions, ce produit très attendu est sorti en France le 8 mai.

Sans rendez-vous médicaux ni examens préalables, en 10 à 20 minutes, les entrepreneurs peuvent comprendre leurs besoins grâce à un calculateur, connaître le prix de leur contrat prévoyance santé personnalisé et souscrire au contrat. Le NPS (Net Promoter Score : indicateur de recommandation et de satisfaction client) de la startup est de 73 %, contre 18 % en moyenne dans ce secteur.

Source : communiqué de presse Easyblue.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P