Home Organisation Comment adapter son offre d’assurance à une économie d’usage ?

Comment adapter son offre d’assurance à une économie d’usage ?

Mobilité, hôtellerie, restauration, mode, grande distribution : tous ces secteurs ont déjà été fortement transformés par le passage d’une économie de la propriété à une économie de l’usage. Accélérée par les nouvelles technologies, cette transformation fait la fortune des nouvelles plateformes qui ont su optimiser l’expérience client. En permettant aux consommateurs de choisir, de commander et de bénéficier d’exactement ce dont ils ont besoin, au moment précis où ils en ont besoin, et en seulement quelques clics, Uber, Deliveroo, Air bnb, ou encore Vinted ont bouleversé les codes de leurs secteurs. Laissant à leurs concurrents peu de temps pour s’adapter, ils grignotent leurs parts de marché jusqu’à menacer parfois leur pérennité.

Si le secteur de l’assurance a été plus longtemps préservé, désormais il voit lui aussi arriver de nouveaux concurrents, qui transforment ses codes avec des offres plus attractives. Flexibles, adaptées aux usages, disponibles sur mobile, accessibles parfois en marque blanche lorsqu’elles sont associées à d’autres produits ou services, ces solutions d’assurance de nouvelle génération sont personnalisées et simples d’utilisation. Dans l’assurance comme ailleurs, les leaders de demain seront les entreprises capable d’élaborer et de commercialiser très rapidement des offres adaptées à cette nouvelle économie de l’usage, en tirant pleinement parti des nouvelles technologies et des APIs.

Nouvelles attentes, donc nouvelles opportunités de croissance ?

Les défis sont nombreux pour le monde de l’assurance : il faut à la fois remodeler les offres pour s’adapter aux besoins des assurés et repenser la relation client, tout en arrivant à accélérer et à fluidifier l’ensemble des processus à partir des systèmes d’informations en place. En effet, le digital fait naître de nouvelles attentes en matière d’assurance. Selon notre dernière étude, les trois facteurs les plus importants pour les consommateurs cherchant une police d’assurance sont la possibilité d’acheter les produits et services en ligne (44 %), la possibilité de bénéficier de tarifs dynamiques basés sur leurs besoins spécifiques (42 %) et l’existence d’une application mobile facile d’utilisation (32 %).

Ces nouveaux besoins d’une offre taillée sur mesure entraînent de nouveaux défis mais aussi de nouvelles opportunités de business pour l’ensemble de l’écosystème de l’assurance. D’un point de vue technologique pour commencer, répondre en temps réel aux attentes des consommateurs implique le recours à des solutions technologiques innovantes, permettant de repenser toute l’infrastructure en place et de la faire évoluer rapidement, de manière agile. Fort heureusement, le recours aux APIs permet aujourd’hui de tester et de faire ensuite passer à l’échelle des projets novateurs, sans avoir à mener un changement radical des systèmes informatiques déjà installés.

D’autre part, les assureurs doivent réussir à adapter leurs offres aux besoins des particuliers, par exemple pour leur permettre de louer ponctuellement et sans risques un véhicule ou un appartement, d’être couverts s’ils exercent une activité de livreur à vélo, de pouvoir accéder à une assurance sur-mesure au moment de l’achat d’un nouveau smart phone, etc. En 2021, l’enjeu n’est plus de posséder le contact client, mais d’intégrer l’assurance dans de nouveaux services, au bénéfice de tous les partenaires, dans des modèles B2C comme B2B2C

La mobilité, un exemple clé de la transformation par l’usage

Le secteur de la mobilité est un très bon exemple de ces transformations qui impactent directement l’offre d’assurance. Il y a quelques années, les grands acteurs historiques de la mobilité ont été bouleversés par l’arrivée des VTC, par l’essor de l’auto-partage entre particuliers, le développement des véhicules électriques, ou encore la généralisation des pratiques de covoiturage longue distance.  Quelques années plus tard, cette évolution des usages révèle aussi des opportunités de croissance, par exemple avec le développement de nouvelles offres de location longue durée, le lancement de services liés aux dispositifs de recharge des véhicules électriques, l’engouement pour les modes de transport alternatifs, etc.

Pour les assureurs, ces évolutions sont aussi une aubaine, à quelques conditions. Pour pouvoir assurer les nouveaux types d’usage des véhicules, comme lors de covoiturages ou de trajets en VTC, il faut pouvoir adapter son offre très rapidement, et couvrir chaque usage fait par chaque conducteur. Grâce aux données disponibles, un chauffeur VTC peut par exemple vouloir différencier l’usage de son véhicule à titre privé de son usage professionnel mais être couvert dans tous les cas. Il faut également pouvoir proposer aux conducteurs des produits d’assurance personnalisés, avec des tarifications en fonction du kilométrage, de leur comportement au volant, de l’heure du jour à laquelle ils conduisent, et désormais du motif de leur déplacement. Pour répondre à ces défis, il est essentiel de pouvoir analyser les bonnes données au bon moment. Les nouvelles technologies, et notamment celles basées sur des plateformes cloud ouvertes, capables de connecter un grand nombre d’APIs, permettent justement de le faire.

On le voit, l’innovation technologique est aujourd’hui une alliée indispensable pour adapter sa stratégie à l’évolution des comportements, que ce soit à l’échelle d’un individu ou d’un groupe de personnes. Les assureurs, longtemps freinés par les lourdeurs inhérentes à leurs systèmes d’information historiques, disposent aujourd’hui de solutions adaptées pour tester rapidement des projets et, s’ils sont concluants, généraliser leur commercialisation à grande échelle. On ne peut donc que les encourager à suivre les évolutions liées à l’économie de l’usage et à adapter leurs business models en conséquence, pour bénéficier, directement ou avec d’autres partenaires, des opportunités de croissance qui sont déjà là. Faute de quoi, gageons que les nouvelles plateformes sauront se les approprier.

Par Olivier Vaysse, Senior VP Sales Europe chez EIS

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.