Cyberattaques : des ETI exposées et moins assurées

0
778

L’AMRAE (Association pour le Management des Risques et des Assurances des Entreprises) vient de terminer la deuxième édition de son étude « Lumière sur la cyberassurance » (Lucy). (Voir les résultats de la 1ère édition)

En résulte que l’association est inquiète quant à la couverture du risque cyber des ETI françaises.

Santé, transport, industrie ou alimentation, tous ces secteurs reposent sur des systèmes informatiques qui ont fait l’objet de cyberattaques… L’AMRAE a publié son étude annuelle « Lumière sur la cyberassurance » sur le marché de l’assurance avec des focus sur les différents types de contrats, dont la cyber assurance.

Menée de manière collaborative auprès des courtiers spécialistes du risque d’entreprise (AON, Diot, Filhet Allard, Marsh, S2H, Verlingue, Verspieren et Gras Savoye-WillisTowerWatson), avec le soutien de Planète CSCA (syndicat professionnel des courtiers), l’enquête a été faite auprès de 9 acteurs du secteur et sur 2 028 polices d’assurance.

Il semblerait que l’assurance du risque cyber a enregistré de solides performances en 2021. Les primes réglées par les entreprises (185,4 millions d’euros) ont augmenté de 44,4 % en un an, le nombre de sociétés couvertes a franchi la barre des 12 000 (+37,9 %), porté par une ruée des plus petites d’entre elles (+48,5 % au sein des structures réalisant moins de 2 M€ de chiffre d’affaires).

« Le marché est redevenu rentable » 

« Le marché est redevenu rentable » explique aussi L’Amrae. Alors que la cyber assurance avait cessé d’être un créneau rentable pour les assureurs il y a quelques années, son taux d’indemnisations sur souscriptions est désormais de 88 %.

En revanche, le chiffre est disparate selon la catégorie de taille des entreprises (grandes entreprises : 58 %; ETI : 261 %; PME/TPE : 325%). Le marché devrait donc encore connaître des évolutions alors même que les mesures prises par les assureurs pour gagner en rentabilité ont conduit à la situation préoccupante d’aujourd’hui.

Nul doute que le risque cyber des ETI doit être un véritable champ d’investigation pour l’innovation dans le secteur de l’assurance.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P