Assureurs, à savoir avant d’être partenaire d’une startup

0
533

Lorsqu’on est un assureur traditionnel, il faut savoir suivre les tendances du secteur, notamment en matière d’innovation dans l’assurance. Parmi celles-ci figure l’insurtech. La cofondatrice d’Air Doctor, Efrat Sagi-Ofir, révèle ce que les compagnies devraient savoir avant d’être la partenaire d’une jeune pousse technologique. Voici 10 conseils recueillis par ITIJ pour que cette collaboration soit optimale.

Simplifier les processus et les systèmes

Les assureurs veulent innover, mais leurs processus et leurs systèmes internes sont la cause de leur blocage.

Bien que les processus internes aient un rôle crucial dans le fonctionnement des compagnies d’assurances, ils ne facilitent pas l’intégration des insurtechs lorsqu’ils sont longs et opaques.

D’après l’article, une étude de McKinsey a révélé que les assureurs peuvent potentiellement automatiser 50 à 60 % de leurs opérations de back-office. Plusieurs établissent déjà de nouveaux modèles avec des insurtechs.

Satisfaire pleinement le client

Les enquêtes sur l’assurance voyage montrent que les consommateurs sont insatisfaits de leur expérience. Celle menée par Cover Genius donne un chiffre de 43 % des voyageurs qui ont l’intention de passer par un autre canal pour souscrire leur protection.

Cela indique une disparité entre l’offre de l’assureur classique et les nécessités du client. Des solutions doivent alors permettre aux consommateurs d’obtenir une assurance groupée avec des produits et des services qui comptent pour eux.

Identifier les principaux défis commerciaux

Les acteurs assurantiels qui explorent des partenariats avec des insurtechs doivent déterminer les principaux défis commerciaux avant de rechercher des solutions technologiques.

L’un des principaux facteurs de succès est de savoir si la collaboration répond à un besoin identifié et à un cas d’utilisation. Y a-t-il un lien clair entre ce dont la compagnie a besoin, la solution de l’insurtech et l’acteur clé au sein de l’organisme assureur qui sera maître de sa mise en œuvre ?

Rechercher des partenaires potentiels

Grâce à la taille et à la maturité croissantes du marché, il devient plus simple pour les acteurs de l’industrie de rechercher leurs options technologiques et d’établir des relations.

Ils doivent constamment surveiller le marché et développer des liens en assistant à des conférences, en travaillant avec des fournisseurs de données et d’informations, et en réseautant avec des investisseurs et des accélérateurs technologiques.

Cela donne la possibilité de mieux comprendre les solutions disponibles et de suivre les tendances autour des produits émergents.

Puis, plusieurs interrogations sont à se poser, telles que :

  • L’insurtech dispose-t-elle de la structure interne, de la sécurité et des ressources nécessaires pour fonctionner avec succès ?
  • Est-elle susceptible d’être encore en activité dans les 6 à 12 prochains mois ?
  • Quel est son modèle économique et les coûts peuvent-ils être contrôlés si le partenariat se développe ?

Avoir une stratégie cohérente

De nombreux assureurs n’ont pas de stratégie pour s’engager avec les startups, ce qui peut amener à des confusions lorsque des discussions de partenariat sont en cours.

Avoir un point de contact clé pour aider les insurtechs à comprendre la stratégie d’innovation de la compagnie permettra à chacun de naviguer dans les processus internes.

Il est aussi avantageux de définir les besoins ou les défis spécifiques que l’assureur envisage et une démonstration claire de la manière dont l’entreprise collabore avec la startup.

Fixer des objectifs et des indicateurs clés

Les assureurs doivent avoir une idée claire des objectifs qu’ils espèrent atteindre lorsqu’ils débutent un partenariat stratégique avec une insurtech.

Les startups technologiques ont des forces et des technologies phares différentes et toutes ne sont pas adaptées aux exigences spécifiques d’une société.

Sans une compréhension claire de leurs objectifs, les compagnies pourraient tenter de forcer les solutions technologiques à s’adapter alors qu’elles n’apportent en réalité aucun avantage apparent à leur entreprise.

La définition d’indicateurs de performance clés mesurables, les KPIs, ouvrira également la voie à un partenariat positif. Sans les identifier, il peut être difficile d’évaluer le succès ou l’échec d’un investissement insurtech.

Centrer les innovations sur le client

Les consommateurs recherchent des expériences numérisées, simplifiées et holistiques.

Dans le domaine de l’insurtech des voyages et des soins de santé, les conclusions d’Air Doctor montrent que 20 % des voyageurs internationaux tombent malades à l’étranger, mais seulement 15 % d’entre eux chercheront réellement à se faire soigner.

Une grande partie de cela peut provenir du coût et de l’incertitude des processus médicaux à l’étranger, ainsi qu’aux différences culturelles et linguistiques. Les approches axées sur la technologie qui permettent aux clients d’obtenir facilement les services dont ils ont besoin sont le chemin à suivre.

Poursuivre la compréhension interculturelle

Il existe un fossé culturel entre les assureurs traditionnels et les insurtechs. Les deux acteurs ont souvent des idées très différentes sur les normes culturelles de comportement, telles que la tolérance au risque et la façon dont les décisions sont prises.

Cette fracture est indéniablement un obstacle majeur à l’innovation pour les compagnies, ainsi qu’à la croissance des jeunes pousses.

Avant que les assureurs décident de poursuivre un partenariat avec une insurtech, ils doivent rechercher une compréhension interculturelle. Chacun des organismes doit comprendre comment fonctionne l’autre.

Débusquer des modèles commerciaux dynamiques

Il existe de nombreuses manières de former des alliances avec des insurtechs, mais les assureurs doivent sélectionner un modèle commercial qui leur convient.

Il n’y a pas de meilleure façon de structurer une relation commune que de comprendre les compromis. Dans certains cas, la relation peut dépendre du degré de contrôle que l’une ou l’autre des parties est prête à abandonner, et dans d’autres situations, cela se résume à l’investissement.

En fin de compte, il s’agit de trouver une insurtech avec des modèles commerciaux dynamiques qui s’intègrent parfaitement dans l’écosystème de la compagnie d’assurances.

Avoir un plan de mise à l’échelle

Toute solution d’insurtech doit pouvoir facilement s’adapter, autrement dit, les startups et l’évolutivité doivent aller de pair.

Généralement, les partenariats ne sont pas florissants une fois que les parties passent des tests à la mise à l’échelle de la solution pour un déploiement plus large, et ce, pour diverses raisons.

De ce fait, les assureurs doivent créer le plus tôt possible un processus de mise à l’échelle pour positionner la solution dans le flux de production. Cela, en garantissant que le partenariat fonctionne avec une compréhension mutuelle de ce qui doit être réalisé afin de continuer à avancer.

 

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P