« Les nouveaux visages de l’engagement »

0
538

Parmi les séries de podcasts de AÉSIO mutuelle figure celle nommée « Les nouveaux visages de l’engagement ». La Mutuelle énonce notamment que 1 jeune sur 5 s’investit bénévolement dans une ou plusieurs associations en France. Focus sur 2 jeunes qui expliquent pourquoi ils se rendent utiles et s’engagent, notamment depuis la pandémie.

Marie-Charlotte recrée du lien social

L’un des premiers exemples de ce podcast s’appelle Marie-Charlotte. Elle a 37 ans, habite à Nîmes, est la mère de 2 enfants et est salariée de AÉSIO mutuelle en tant que cheffe de projet en communication digitale.

Elle est bénévole au service social de la Croix-Rouge de Nîmes et effectue des maraudes 1 à 2 fois par mois, les soirs de 18 heures à 23 heures. Ses missions sont d’apporter de la nourriture et des boissons chaudes aux personnes sans-abri, d’échanger avec elles et de demander si elles ont besoin d’un accompagnement particulier.

Marie-Charlotte a d’abord été une secouriste au départ, mais elle ne réalisait pas beaucoup d’actions. Elle a ensuite fait des dons tous les mois avant de vouloir réaliser plus de choses, et de donner davantage de son temps. Grâce à cet engagement, elle considère qu’elle fait sa part. De plus, la trentenaire se sent utile et cela lui procure une sensation de bien-être. Les échanges qu’elle entretient lui font relativiser sur divers sujets.

Toutefois, elle peut passer des moments plus difficiles. Par exemple, lorsque des personnes sont exclues, car elles ont eu un mauvais comportement envers les autres, et qu’elles reviennent lors de la maraude. Un seul individu peut alors en priver plusieurs des aliments donnés.

Pour contrer cela, Marie-Charlotte est fière de pouvoir participer à la réinsertion de quelques personnes. Elle considère qu’aujourd’hui il existe plus de solidarité, due en partie au partage des connaissances sur les réseaux sociaux.

Elle encourage vivement les gens à faire de même pour continuer ce travail important de solidarité.

Julien est aux côtés d’une senior

Le second exemple concerne Julien qui crée du lien intergénérationnel entre étudiant et senior. Il a 19 ans, est étudiant à Paris et est membre d’une plateforme spéciale depuis mars 2020. Il y réalise une aide informatique, un accompagnement, un réconfort et des promenades auprès de personnes âgées.

Cette plateforme s’intitule « Granny & Charly » et crée des liens de confiance entre deux générations. Les personnes âgées ou leurs proches contactent la plateforme pour rencontrer des étudiants de façon personnalisée. Rien de mieux pour établir une relation de proximité.

Julien s’y est inscrit, car il veut être utile et rendre service en partageant son expérience et ses compétences. Il considère que c’est une belle aventure remplie d’histoires et d’anecdotes. Les seniors donnent envie que nous les aidions.

Pour son cas, il arrive à s’organiser facilement en allant voir sa Granny le soir ou le weekend, 1 à 2 fois par semaine et de 1 à plusieurs heures. Celle-ci a 6 petits-enfants, est veuve et habite à Paris.

Un lien fort s’est créé entre eux, la relation est indescriptible, tout en étant gagnant-gagnant.

L’écart entre les deux individus fait qu’il y a beaucoup de choses à apporter et que les compétences de chacun se développent.

Enfin, Julien trouve aussi que les missions d’aujourd’hui sont plus variées et que plusieurs moyens existent pour trouver celles qui conviennent. Il souhaite continuer à aider son prochain le plus longtemps possible.

Ecouter la série complète ici.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P