Produits structurés : vers des actifs sous-jacents plus ciblés et plus sélectifs

0
554
La Fintech Feefty dévoile les résultats de son baromètre de fin octobre concernant les offres de produits structurés, grands gagnants de la crise du Covid-19 qui a fait bondir la volatilité des marchés. Le baromètre met en lumière les évolutions en cours dans la conception de ces produits, principalement à travers de nouveaux sous-jacents, avec de nouveaux indices plus ciblés.

Les produits structurés ont l’avantage de pouvoir être modulés afin d’obtenir le bon équilibre entre le niveau de rendement escompté et le risque encouru, selon les profils des investisseurs. Ces derniers connaissent en amont au préalable leurs gains potentiels, tout en étant prêts à en assumer le risque. Plateforme multiservices exclusivement dédiée aux professionnels concevant ce type de produits (assureurs, conseillers en gestion de patrimoine, banques privées…), Feefty a lancé son baromètre dédié en mars 2020, afin de simplifier le suivi des produits et leur comparaison dans le temps, via un indicateur de référence.

Ce baromètre se concentre sur les trois types de produits les plus utilisés, dénommés « autocall » « phoenix » et « reverse ». Son indice de référence est construit à partir des caractéristiques des produits structurés les plus traités, à savoir l’indice boursier Euro Stoxx 50, une maturité de 10 ans et une fréquence d’observation annuelle. Dans le contexte actuel marqué par la forte baisse des fonds en euros et une recherche de protection du capital, ce baromètre permet de mettre en lumière les différentes tendances et facilite l’identification des meilleures opportunités d’investissement.

Le Baromètre FEEFTY au 30 octobre 2021 

De nouveaux sous-jacents, notamment des indices propriétaires

Pendant longtemps, l’innovation apportée par les ingénieurs financiers portait sur de nouvelles typologies de produits très complexes. Cependant « depuis 2010, la réglementation limite les produits à 3 mécanismes dans le cadre d’une Offre au Public. L’innovation des émetteurs s’est donc concentrée davantage sur les sous-jacents que sur les types de produits. On assiste ainsi à une hausse très importante du nombre de nouveaux sous-jacents », expliquent les co-fondateurs de Feefty dans leur communiqué. L’Autorité des Marchés Financiers souhaitait en effet tendre vers plus de transparence du produit structuré, pour améliorer la compréhension du risque pris par l’investisseur.

Ainsi, les émetteurs de produits structurés se sont mis à proposer des alternatives aux indices classiques en créant des indices propriétaires. S’ils font souvent référence à un indice traditionnel, ces nouveaux indices diffèrent sur leur niveau de dividendes, et sont généralement équipondérés : chaque constituant de l’indice représente le même poids, ainsi l’indice est mécaniquement plus volatil. L’actif peut donc être plus risqué, mais offre un meilleur rendement potentiel. Ces indices propriétaires sont organisés autour de zones géographiques, de secteurs d’activité ou portent sur une thématique commune, avec notamment une progression constante des investissements responsables ESG.

Des comportements plus sélectifs de la part des opérateurs de produits

Invité le 8 novembre sur le plateau de BFM Business, le cofondateur de Feefty Guillaume DUMANS a commenté les résultats du dernier baromètre en soulignant l’évolution de la manière dont les produits structurés sont conçus : « Les marchés allant de record en record, les opérateurs utilisant nos services sont de plus en plus sélectifs : ils ne vont plus acheter le marché de façon globale mais effectuent des recherches beaucoup plus précises, soit sur des indices thématiques, soit sur des titres en particulier. »

Le marché se situant à plus 7 000 points, Feefty confirme une tendance à la baisse de l’intégration d’indices classiques comme l’Eurostoxx 50 dans les produits structurés, au profit d’indices tournés vers des thématiques prenant de plus en plus d’ampleur : les cryptomonnaies mais aussi l’intelligence artificielle ou la pharmaceutique. Certains titres précis, ayant connu des consolidations depuis le début de l’année comme Atos, Engie ou Orange, sont aussi particulièrement recherchés pour constituer des produits.

Emergence des cryptomonnaies

Parmi les valeurs se distinguant particulièrement, les cryptomonnaies sont en demande croissante. Leur cours étant naturellement très volatile et fluctuant, des rendements de près de 10% peuvent vite être obtenus, au prix d’une protection du capital à 50%. C’est notamment le cas en ce qui concerne la valeur Coinbase, plateforme d’achat/vente de cryptomonnaies, inexistante en début d’année et qui suscite de vraies demandes et interrogations depuis quelques semaines.

Quelles demandes pour les mois à venir ?

Peut-on prévoir l’avenir des produits structurés au travers de l’évolution des offres ? D’après le baromètre, les opérateurs de produits s’attachent à répondre à une demande croissante des investisseurs portant sur le renforcement des mécanismes de protection du capital, de manière que l’investisseur soit remboursé même en cas de baisse du marché.

Dans le même état d’esprit, Feefty observe une augmentation des recherches de solutions de produits structurés réplicant à l’inverse du marché : ce type de produit de couverture permet de récupérer un coupon de 6-7% en cas de baisse du marché, tout en apportant une protection du capital jusqu’à 30% de hausse.

Autre évolution observée, celle de l’augmentation des opérateurs s’intéressant à la trésorerie d’entreprises. Les recherches s’y rapportant représentaient jusqu’à présent 10 à 15 % des interrogations, elles atteignent maintenant 30 à 40% pour des produits à capital et rendement garantis.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P