"80% des assureurs sont enfermés dans réglementaire et le technique"

0
77

Nelly Brossard part à la rencontre de ceux qui réinventent l’assurance ! Et proposent des échanges avec les fondateurs et fondatrices d’insurtech qui réinventent et transforment l’assurance sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Nelly Brossard pose 10 questions à Magaly Siméon fondatrice de Lily facilite la vie, dont celle-ci, qui compte tenu de notre ligne éditoriale, a retenu toute notre attention : Quelle est votre vision de l’évolution du secteur de l’assurance ? (voir intégralité de l’interview)
L’assurance est un secteur où nous sommes collectivement enfermés dans toujours plus de réglementaire et de technique (conformité, capitaux propres, solvabilité) avec par ailleurs, une demande des clients de personnalisation et de relation très forte. C’est comme si nous faisions un grand écart avec des clients qui veulent qu’on s’occupe d’eux et des assureurs qui sont dans le réglementaire. Cette situation constitue un gros risque pour notre secteur.
La création de nouveaux courtiers ou nouveaux assureurs démontre que la barrière à l’entrée (réglementaire et fonds propres) est au final une fausse barrière et que avec les data et la connaissance clients, il est possible de faire de l’assurance, notamment de niche, là où c’est rentable. Quand on regarde les insurtech, elles se construisent autour de la connaissance clients et de la proximité forte. C’est ce qui manque globalement aux assureurs et les rend « colosses aux pieds d’argile ». La loyauté de nos clients a un impact positif sur la consommation de nos capitaux propres et investir dans la fidélisation et la rétention donne un retour sur investissement fort. Se développer pour alléger les besoins en fonds propres passe par de la diversification et de la fidélisation.
A l’heure actuelle, je pense que 80% des assureurs sont toujours enfermés dans réglementaire et le technique. Certains bougent et ils sont minoritaires. J’ai espoir que cela change… Il est crucial de s’intéresser aux services et aux clients pour penser et mettre en oeuvre des solutions… Seuls 5% des collaborateurs des compagnies d’assurance travaillent réellement sur la création de produits et services (la majorité des collaborateurs sont focalisés sur le technique, la gestion, la distribution). C’est un secteur qui manque cruellement de marketing et d’orientation clients. De ce fait, je ne suis pas forcément très optimiste sur la suite du coté des assureurs… Notre secteur est encore en silo et en branches très séparées, par construction, il est donc difficile de bouger. Et souvent, plutôt que de partir d’un sujet et le mettre en œuvre, les assureurs lancent d’énormes projets lourds et sur de nombreuses années.
Néanmoins, est-ce que l’on a tout essayé pour changer ? Une piste serait, pourquoi pas, pour les assureurs de développer « from scratch » avec des profils différents, une nouvelle compagnie avec une nouvelle façon de faire et de nouveaux process qui pourrait intégrer les clients « actuels » au fil de l’eau… Histoire de faire autrement ?

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here