Métavers : entre insurtech et innovations

0
352

D’après Mondaq, le métavers offrira de nouvelles formes de divertissement immersif, des modes d’interaction sociale et des possibilités de collaboration. Nous nous attendons également à ce qu’il génère une énorme valeur économique.

Selon un récent rapport de Citi, le marché adressable total pour le métavers pourrait se situer entre 8 000 et 13 000 milliards de dollars d’ici 2030, le nombre d’utilisateurs pouvant atteindre 5 milliards cette année-là.

Toutefois, les participants à ce monde virtuel pourraient être confrontés à des risques importants de fraude, de vol et de dommages, en particulier aux premiers stades de son développement. La nature des relations numériques peut rendre difficile la détermination de qui est responsable en cas de problème, et la nature de la propriété numérique peut détériorer l’évaluation de la valeur et des dommages matériels.

La propriété intellectuelle, y compris les marques, peut être particulièrement vulnérable et les individus peuvent faire face à un risque accru de vol d’identité. De plus, les risques de sécurité changent à mesure que le métavers évolue, ce qui rend difficile pour les participants de comprendre leurs risques et leur exposition futurs.

Bien que l’assurance jouera sans doute un rôle important dans l’atténuation de ces risques, les assureurs n’ont pas encore proposé de produits spécifiques à grande échelle pour protéger les actifs ou les biens numériques dans le métavers. Il peut y avoir de nombreuses raisons à cela, mais deux défis se révèlent particulièrement importants, celui de l’incertitude concernant la réglementation et celui des méthodologies d’assurance dans l’espace.

En d’autres termes, il sera difficile pour les assureurs d’évaluer les risques et d’offrir de nouveaux produits jusqu’à ce que le paysage réglementaire soit plus stable, et les assureurs devront également apprendre à souscrire efficacement des produits et à évaluer les sinistres dans le métavers.

Incertitude réglementaire

La réglementation est inévitablement en retard sur l’innovation. Dans une certaine mesure, il s’agit plus d’une caractéristique que d’un défaut, car les régulateurs risquent de faire plus de mal que de bien en établissant des règles trop tôt. Cela dit, la véritable valeur des innovations transformatrices ne peut souvent être pleinement réalisée que lorsque le contexte réglementaire commence à prendre forme, et une ambiguïté persistante peut ouvrir la porte à une fraude généralisée.

Une première étape consisterait pour les régulateurs à assurer aux participants que les réglementations financières existantes s’appliquent dans le métavers, et seront appliquées, comme elles le sont dans le monde réel. Cela inclut la connaissance du client, la lutte contre le blanchiment d’argent et les lois sur les pratiques commerciales déloyales.

Bien entendu, les règles existantes peuvent ne pas être suffisantes. Certaines devront être adaptées à ce nouveau contexte, et les régulateurs devront peut-être développer de nouvelles règles pour relever les nouveaux défis présentés par le métavers. Pour certaines questions, la clarté ne commencera à émerger que grâce à de longs processus judiciaires. Aux États-Unis, le paysage réglementaire est compliqué par le fait que l’assurance est réglementée au niveau de l’État, ce qui signifie qu’il peut y avoir des variations dans les règles entre les États. De plus, l’application peut être un défi important dans les espaces numériques qui s’étendent dans le monde entier.

Incertitude méthodologique

L’incertitude réglementaire affecte certainement la modélisation des risques, mais il peut également être difficile pour les assureurs d’évaluer les risques dans le métavers, car l’espace est si nouveau qu’ils manquent de données et d’expérience pour concevoir des produits économiquement viables qui répondent aux besoins des clients.

La souscription pourrait être difficile, car les assureurs n’ont pas encore développé de modèles de tarification efficaces pour le métavers. Le règlement des sinistres pourrait être un autre défi, car il peut être difficile de documenter et de déterminer la valeur des pertes d’actifs et de biens numériques. Les assureurs développeront probablement leurs propres avatars pour atteindre les clients et mener des enquêtes sur les dommages, mais cela présente également de nouveaux défis étant donné qu’il n’existe aucun protocole pour utiliser les avatars de cette manière.

L’ajustement produit-métavers d’insurtech

Il existe des défis importants pour assurer la viabilité à long terme de l’assurance en tant que solution aux risques inhérents au métavers. Cependant, l’examen réglementaire augmentera à mesure que le métavers se développera, et les régulateurs et les tribunaux commenceront inévitablement à clarifier la manière dont les règles s’appliquent dans l’espace, comme ils ont déjà commencé à le faire dans d’autres contextes.

Les assureurs et les insurtechs surveillent de près l’espace et il ne fait aucun doute que beaucoup sont déjà en train de construire des bases factuelles et de tester des idées afin d’être prêts à lancer des produits le moment venu. Cela devrait être une perspective passionnante pour l’industrie, car leur succès peut accélérer le développement de la prochaine révolution numérique.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P