Asie : l’assurance a un rôle clé dans la bataille climatique

0
406

L’Asie du Sud-Est devra trouver plus de 800 milliards de dollars d’investissement pour l’approvisionnement énergétique afin de répondre à sa demande d’électricité prévue en 2050, selon un rapport de Malaysian Re.

Ce rapport, intitulé ASEAN Insurance Pulse 2022, indique que les gestionnaires et les preneurs de risques, les investisseurs et le secteur de l’assurance joueront un rôle clé pour faciliter la transition de la région vers une économie à faibles émissions de carbone. Reinsurance News nous en dit plus.

Un changement progressif

Zainudin Ishak, président et chef de la direction de Malaysian Re, a déclaré qu’en décembre 2021, la Malaisie a été frappée par une grande inondation, la catastrophe naturelle la plus meurtrière et la plus coûteuse de leur histoire. Toujours en décembre, les Philippines et le Vietnam ont été frappés par des typhons tandis que dans toute la région et en Asie du Sud, ils subissent des pluies de plus en plus dévastatrices pendant les saisons de mousson.

Il a ajouté que les assureurs de cette partie du monde soutiennent la décarbonisation de leurs économies, se fixent des objectifs pour contribuer à réduire les émissions et à mieux comprendre, gérer et tester leur exposition aux risques climatiques, une tendance fortement encouragée par les régulateurs.

La base de ce développement est le cadre environnemental, social et de gouvernance (ESG) devenu une norme de gouvernance par laquelle les assureurs mesurent et rapportent leur impact sur le risque climatique, mais font également preuve de responsabilité sociale et de pratiques commerciales transparentes.

Les économies de cette région n’ont malheureusement pas encore réussi à soutenir les objectifs de l’accord de Paris en raison d’obstacles institutionnels et d’un financement insuffisant alors qu’elle a connu une augmentation constante des pertes résultant du changement climatique. De ce fait, la plupart des assureurs ont déjà pris des mesures stratégiques pour intégrer cet accord. En outre, une taxonomie générale permettant de classer les actifs et les passifs selon un classement clair est toujours en cours d’élaboration sur la plupart des marchés. Cela s’applique à la fois à leurs stratégies d’investissement et de souscription.

La société a également écrit que du côté des actifs, les assureurs visent à éliminer progressivement le charbon et les centrales thermiques ou la cargaison de charbon, et à augmenter les énergies renouvelables.

Des enjeux encore présents

Cependant, les défis liés à la constitution d’un portefeuille d’investissement résilient au changement climatique ou conforme aux critères ESG l’emportent toujours sur les opportunités. Les assureurs se voient à l’avant-garde de la transformation énergétique, canalisant les investissements vers des projets d’énergie renouvelable, tels que l’énergie hydraulique, éolienne ou solaire, ou vers des technologies innovantes qui permettent un modèle économique moins intensif en carbone.

Le réassureur a ajouté que du côté de la responsabilité, la plupart des assureurs considèrent les exclusions comme la mesure la plus avancée pour décarboner leur portefeuille de souscription. Les exclusions les plus répandues sont les centrales électriques au charbon, les mines de charbon, les forages dans l’Arctique ou les tests sur les animaux. Étant donné que ces pays sont en grande partie des exportateurs de combustibles fossiles, les assureurs ne se retireront pas des contrats établis ou ne retireront pas la capacité des clients existants. Toutefois, ils se sont fixé des objectifs stricts pour réduire au minimum leur portefeuille de combustibles fossiles.

Il y a plusieurs façons d’avancer, selon Malaysian Re. Tout d’abord, il a annoncé que les assureurs de l’Asie du Sud-Est s’attendent à une demande croissante découlant de l’émergence de technologies vertes. De plus, les produits assurantiels peuvent couvrir les produits d’énergie renouvelable, leur fabrication, leurs dérivés, les pools d’énergie verte ainsi que les produits de masse comme les voitures électriques. Les assureurs développent des produits de crédit pour garantir les prêts émis pour les investissements dans les énergies renouvelables. Sur de nombreux marchés, les polices immobilières doivent être affinées ou développées pour couvrir les risques hydrauliques, solaires ou éoliens. Les assureurs introduisent également des dérivés climatiques pour les énergies renouvelables si la production éolienne ou solaire envisagée est inférieure aux attentes.

Les régulateurs sont également un moteur clé, sinon la principale force, pour promouvoir et encourager l’intégration des objectifs ESG ou de décarbonation dans les opérations et les rapports.

La Malaisie et Singapour semblent les nations les plus avancées, ayant introduit des taxonomies ou des lignes directrices fondées sur des principes sur la gestion des risques environnementaux, s’attendant à ce que les assureurs du pays surveillent et soumettent à des tests de résistance leur exposition aux risques climatiques. D’autres commissions d’assurance attendent des informations sur le risque climatique, ont fait des rapports réglementaires sur la durabilité une norme et ont été invitées à remplir des questionnaires pour gagner en transparence sur les risques de leurs assureurs.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P