Transition énergétique, focus sur quelques assureurs qui s’engagent

0
488

Dans un contexte d’évolution du climat et de crise de l’énergie, tous les Français, entreprises comme particuliers, sont invités à faire des efforts. La mobilisation concerne également les assureurs qui s’engagent vers plus de sobriété énergétique. Focus sur quelques initiatives.

Dès 2020, MAIF a adopté une stratégie climat volontariste visant à aligner, d’ici à 2030, ses portefeuilles d’investissement au plus près d’une trajectoire de réchauffement climatique limité à +1,5°C. Après avoir validé une stratégie de sortie des énergies fossiles, le Conseil d’administration de la Mutuelle entérine de nouveaux objectifs dans le cadre de l’adhésion de MAIF à la Net Zero Asset Owner Alliance (NZAOA).

Avec l’ambition de contribuer à l’atteinte de l’objectif mondial de neutralité carbone d’ici 2050, MAIF se fixe trois objectifs prioritaires d’ici à 2025 (à savoir du 31/12/2020 au 31/12/2024) : réduire l’empreinte carbone de ses investissements de 25 % d’ici 2025, financer la transition énergétique et écologique, en s’engageant à atteindre au moins 15 % de part verte pour le groupe d’ici 2025 et mobiliser ses parties prenantes autour des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

MAIF mènera une démarche d’engagement auprès des 20 entreprises les plus émettrices de GES de son portefeuille obligataire géré en direct. Elle impliquera également dans sa démarche les 20 principales sociétés auxquelles elle délègue la gestion d’une partie de ses actifs. Concrètement, elle poursuivra son action déployée au sein de l’initiative Climate Action 100+ ainsi que le dialogue avec les émetteurs et les sociétés de gestion.

« Dans une société faisant face à des défis majeurs, notre rôle d’investisseur responsable est de contribuer à l’accélération nécessaire des transitions. En rejoignant la NZAOA en 2021, nous avons franchi une étape supplémentaire dans le déploiement de notre stratégie climat des investissements. La définition d’objectifs intermédiaires donne un nouveau cadre à notre démarche, dans le but de contribuer à l’objectif ambitieux de limiter le réchauffement climatique au plus proche de + 1,5 °C », explique Carole Zacchéo, directrice des investissements et des placements MAIF.

Matmut : plus de sobriété énergétique

De son côté, le groupe Matmut mène également une politique RSE axée autour de 3 axes principaux : l’environnement / l’inclusion et l’accessibilité /la santé et le bien-être. En matière de lutte contre le réchauffement climatique et ses conséquences, il a notamment adhéré en 2021 à la Net-Zero Insurance Alliance (NZIA), une initiative portée par des assureurs, réassureurs et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Le groupe Matmut est aussi signataire des ‘’Principes pour une assurance responsable’’. La trajectoire est d’aller vers une activité à zéro émission carbone, nette, avec des objectifs intermédiaires mesurables tous les 5 ans.

En octobre, le groupe Matmut a annoncé participer à l’effort de sobriété énergétique en adoptant un plan, déclinant des actions dans les domaines du chauffage, de l’éclairage et des équipements électriques de ses sites. Le groupe remplacera notamment progressivement, dans les mois à venir, les enseignes lumineuses de ses 480 agences ouvertes au public, sur tout le territoire, par du matériel sans éclairage ni rétro éclairage. Par ailleurs, en ce qui concerne le chauffage des sites Matmut (siège social, agences, annexes, plateformes…) la température d’occupation et d’inoccupation sera réduite de 1 à 2 degrés, selon les lieux, entraînant une baisse significative de la consommation de gaz et d’électricité. Pour l’éclairage, le plan de sobriété prévoit une systématisation de l’installation de leds et de détecteurs de présence dans les parties communes.

En ce qui concerne les équipements électriques, le Groupe Matmut met en place une large campagne de sensibilisation de ses collaborateurs aux bonnes pratiques de sobriété énergétique. Pour les équipements électriques collectifs, enfin, l’accent sera particulièrement mis sur la maîtrise énergétique des data centers, sur la rationalisation des imprimantes, ou encore sur une meilleure gestion des impressions de masse.

Transition écologique : une formation AXA Climate

L’action passe aussi par la formation. AXA Climate lance une formation dédiée aux enjeux de la transition écologique pour les professionnels de la communication et du marketing.

Le marketing et la communication peuvent-ils servir l’environnement ?

Comment concevoir une offre durable ? Comment bien la positionner ? Comment éviter le greenwashing ? Ou comment décarboner les pratiques marketing ? Avec cette nouvelle formation, qui vient compléter le contenu de sa Climate School, AXA Climate entend répondre aux questions que se posent les responsables communication et marketing des entreprises engagées dans la transition écologique. AXA Climate a conçu cette formation avec l’aide de professionnels du marketing, d’experts et d’universitaires reconnus. Le parcours en ligne s’articule autour de sept étapes : pourquoi le marketing durable ? Votre métier en 2030 ; réinterroger sa stratégie de marque ; concevoir une offre durable ; réduire l’impact environnemental de vos pratiques ; adapter sa communication et, enfin, une étude de cas, l’éco-innovation chez Forclaz (Decathlon). « Nous accompagnons les entreprises engagées dans les transitions durables », explique Antoine Poincaré, responsable de la Climate School d’AXA Climate. « Notre conviction est que les collaborateurs de ces entreprises sont le levier le plus puissant de la transformation. Avec cette formation, nous leur donnons les moyens d’agir à leur niveau, en tant que communicant ou responsable marketing, en faveur d’un monde plus durable ».

Rappel : Ce que pensent les Français du réchauffement climatique et des risques naturels

Ce que pensent les Français : réchauffement climatique et risques naturels

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P