Deux-roues & assurance : un marché qui évolue

0
1349

Le Mondial de la Moto, qui se tient du 17 au 23 octobre porte de Versailles à Paris, en marge du Mondial de l’Auto, est l’occasion de faire le point sur l’économie du secteur. Alors que les ventes de deux-roues sont en repli, le prix des assurances est en nette croissance.

Les ventes en France de deux-roues motorisés et immatriculés, en neuf ou en occasion, ont reculé depuis le début de l’année : -7,2 % à 936 316 unités par rapport à 2021. Un marché qui résiste toutefois mieux que celui de l’automobile, en plein marasme. C’est le principal enseignement de l’étude menée par l’Observatoire Solly Azar-AAA Data.

Ce léger recul s’observe tant pour les deux roues neufs (-6,7 % à 230 655 unités immatriculées) que pour les occasions (-7,3 % à 705 661 unités).

Des assurances pour les modèles électriques

La grande nouveauté de cette deuxième édition de l’Observatoire Solly Azar – AAA Data, c’est la forte hausse (+54,6%) des immatriculations de motos et cyclos électriques en France avec 36 506 unités vendues en 2022.

Un marché nourri majoritairement par les particuliers (+76,9 %). Le prix constituant un frein important par rapport aux tarifs des deux roues en thermique et l’offre étant plus riche, il est à noter une grosse progression des petits modèles (moins de 50 cc) avec 8 306 immatriculations de cyclos électriques neufs chez les particuliers, en progression de 51,5 %. « Notre travail étant de proposer des couvertures adaptées à l’évolution des usages des utilisateurs de deux-roues motorisés, motos et cyclos, neufs ou de plus en plus d’occasion, nous allons devoir nous adapter à ces évolutions du marché et notamment à cette arrivée des modèles électriques, souvent un peu plus cher et pour lesquels des solutions comme la LOA (location avec option d’achat) ou la LLD (location longue durée) peuvent se révéler adaptées », explique Christophe Michal, directeur technique du courtier français en assurance Solly Azar. « Nous réfléchissons aussi à des garanties mieux adaptées pour les petits rouleurs réguliers qui font peu de kilomètres par jour mais avec un usage fréquent, par exemple les urbains ou péri-urbains. »

530 euros de prime d’assurance en moyenne

Globalement, le prix des assurances augmente, comme en atteste le baromètre des assurances motos établi par LeLynx.fr, comparateur d’assurances en ligne.

L’addition est de plus en plus salée pour les conducteurs de deux-roues, qui ont dû débourser en moyenne 530 euros de prime d’assurance sur l’année, soit 5,7 % de plus que l’année précédente.

Conséquence directe de la crise sanitaire, le coût des matières premières et donc des réparations s’est envolé, poussant les assureurs à aligner leurs tarifs. L’accidentalité, également en augmentation, fait elle-même gonfler les primes d’assurance.

Si les deux-roues ont le vent en poupe depuis quelques années pour circuler plus facilement en ville, les utilisateurs doivent faire face à une pratique de plus en plus onéreuse. « Depuis quelques années, l’essor des mobilités « vertes » vient bousculer la structuration de la mobilité urbaine. Piétons, cyclistes, motards, automobilistes et trottinettes électriques fréquentent les mêmes voies de circulation sans pour autant adopter le même comportement de conduite responsable, engendrant une circulation accidentogène », analyse Itzal Arbide, directrice générale de LeLynx.fr. « Comme en témoigne le baromètre mensuel de l’accidentalité en Ile-de-France, les piétons et les usagers de deux-roues sont malheureusement les plus vulnérables en cas d’accident ».

Des assurances plus onéreuses en Île-de-France

Comme chaque année, l’Île-de-France se place en tête des régions où s’assurer coûte le plus cher : il faut compter en moyenne 653€/an, soit 30% de plus que la moyenne nationale. Les jeunes conducteurs payent plus du double de la moyenne nationale avec une prime d’environ 739€/an.

Les modalités de stationnement engendrent une vraie différence sur le coût de l’assurance. Selon l’endroit où le deux-roues est stationné, les risques de vols ou de dommages diffèrent, faisant ainsi varier la prime. Pour un garage fermé individuel, la prime moyenne s’élève à 471€/an, contre 638€/an pour un garage public surveillé. Les stationnements de type public sont jugés plus à risque. Ainsi, dans le haut du classement, on retrouve les parkings fermés collectifs (599€/an) ou encore les parkings collectifs en plein air (557€/an).

Des assurés suffisamment prudents ?

La prudence semble être de mise pour les conducteurs de deux-roues : près de la moitié choisit une couverture tous risques pour leur moto. Ils sont seulement 29 % à faire le choix d’une formule au tiers. Pour une formule tous risques, un assuré déboursera en moyenne 638€/an, contre 316€/an pour une couverture au tiers.

Lelynx.fr conseille aux utilisateurs de deux-roues de faire le point sur leurs besoins avant de choisir une formule d’assurance. Il rappelle que privilégier des formules moins couvrantes fait courir le risque d’assumer des factures très élevées en cas de sinistre.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P