Italie : le changement climatique dans la gestion du risque

0
303

L’Italie est considérée comme l’un des pays d’Europe les plus exposés aux risques liés au changement climatique, qui se manifeste par une augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes. L’Italie est le 6e pays du monde qui a enregistré le plus grand nombre de morts liés à des événements météorologiques extrêmes.
Selon une étude récente sur l’impact du changement climatique en Italie, cinq domaines ont été identifiés comme étant les plus exposés au changement climatique : l’environnement urbain, le risque géo-hydrologique, les ressources en eau, l’agriculture et les feux de forêt.
Les plus grands assureurs italiens, dont Unipol Gruppo et Generali, fournissent de nombreuses informations spécifiquement dédiées au changement climatique. Leurs rapports donnent un bon aperçu de la manière dont le secteur italien de l’assurance intègre le changement climatique dans ses systèmes de gestion des risques et se positionne pour faire face à ses effets à long terme.
Dans la gestion des risques physiques liés au changement climatique, les assureurs s’attachent à identifier les changements dans la fréquence et l’intensité des catastrophes et à reconnaître leur impact potentiel sur le risque de souscription. Certains des principaux assureurs ont indiqué que les impacts du changement climatique ont été intégrés dans leurs processus d’évaluation du risque et de la solvabilité (Own Risk and Solvency Assessment) et ont affecté leurs stratégies de réassurance. En ce qui concerne les risques de transition liés au changement climatique, les grands assureurs italiens s’attachent à minimiser le potentiel de pertes dans leurs portefeuilles d’investissement, qui pourraient découler d’expositions à des entités ne répondant pas aux attentes en matière de repositionnement vers des économies plus vertes.
DBRS Morningstar note que l’expertise substantielle des assureurs en matière d’atténuation du risque de catastrophes naturelles (Cat Nat), développée au cours de nombreuses années d’activité en Italie, les positionne bien pour faire face aux risques liés au changement climatique à long terme.

Une exposition relativement élevée aux risques liés au changement climatique en Italie

Le risque de changement climatique est associé à l’augmentation de la température moyenne, à la modification du régime des précipitations et à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes tels que les inondations, les sécheresses, les vagues de chaleur, les cyclones, les tempêtes ou les phénomènes à plus long terme tels que l’élévation du niveau de la mer. En tant que tel, il a le potentiel d’affecter substantiellement le secteur de l’assurance non-vie, qui couvre les clients contre les pertes résultant de tels événements.
Une récente étude portant sur l’impact du changement climatique en Italie a identifié cinq domaines les plus menacés par le changement climatique : l’environnement urbain, le risque géo-hydrologique, les ressources en eau, l’agriculture et les incendies de forêt.
Les zones urbanisées pourraient souffrir du changement climatique en raison des vagues de chaleur et des précipitations intenses. La chaleur intense présente un risque pour la santé de la population, et les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées sont les premières victimes probables des effets les plus négatifs.
Les risques géo-hydrologiques reflètent le danger que la hausse des températures et les précipitations intenses entraînent le débordement des bassins et des glissements de terrain. Le changement climatique, par le biais de périodes de sécheresse prolongées et de modifications du régime des précipitations, présente également un risque pour la qualité et la disponibilité des ressources en eau en Italie.
Dans le domaine de l’agriculture, le changement climatique pourrait avoir un impact négatif sur la productivité du secteur, car l’augmentation des températures moyennes peut modifier les saisons de croissance et entraîner des déplacements potentiels des zones de culture. Une nouvelle exacerbation des risques d’incendie est attendue en raison de l’augmentation des températures moyennes et de l’intensification des périodes sèches, combinées à la diminution des précipitations moyennes.

Incorporation des risques liés au changement climatique dans la gestion des risques

Les plus grands assureurs italiens, dont Generali et Unipol, fournissent de nombreuses informations spécifiquement consacrées au changement climatique. Leurs rapports donnent un bon aperçu de la manière dont le secteur italien de l’assurance intègre le changement climatique dans ses systèmes de gestion des risques et se positionne pour faire face à ses effets à long terme. DBRS Morningstar considère comme positif le fait que les principaux assureurs italiens ont mis en place des cadres complets pour réduire les risques liés au changement climatique. Cela reflète une mise en œuvre relativement précoce des cadres environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et une bonne avancée dans la création de procédures d’atténuation du changement climatique et des autres risques ESG.
Les risques découlant du changement climatique sont classés en risques physiques et en risques transitoires. Le principal risque physique est le risque technique et de crédit dû à l’augmentation de la fréquence et de la gravité des sinistres liés aux conséquences du changement climatique. Les risques de transition impliquent des pertes potentielles dans le portefeuille d’investissement en raison d’expositions à des entreprises ne répondant pas aux attentes en ce qui concerne la voie de transition vers une économie à faible émission de CO2. Ils comprennent également les risques de réputation découlant du fait de faire des affaires avec des entreprises dont la voie vers une économie à faible émission de carbone est jugée insuffisante.
Les efforts des assureurs pour intégrer le changement climatique dans la gestion de leur risque de souscription se concentrent sur l’identification des changements dans la fréquence et l’intensité des événements catastrophiques et sur la reconnaissance de leur impact potentiel sur le risque de souscription.
Pour ce faire, les assureurs italiens surveillent les risques physiques et collectent des statistiques qui sont ensuite intégrées dans des modèles actuariels et utilisées pour estimer les pertes potentielles liées au changement climatique et améliorer la souscription. L’une des difficultés rencontrées dans l’analyse des données statistiques consiste à isoler les impacts du changement climatique des effets de la variabilité naturelle du climat.
Les processus ORSA ont également commencé à intégrer les impacts émergents du changement climatique. Unipol a indiqué que des tests de résistance spécifiques axés sur les impacts du changement climatique ont été intégrés dans son ORSA 2019. Les tests de résistance étaient spécifiquement axés sur les projections de tempêtes sévères liées aux dommages causés par la grêle, le vent et la foudre à moyen et long terme (2020-2050). Sur cette base, des pertes moyennes supplémentaires ont été estimées selon divers scénarios climatiques.
Les risques liés au changement climatique sont également intégrés dans les stratégies de réassurance des assureurs italiens. Unipol a indiqué qu’au cours des dernières années, il a augmenté sa couverture de réassurance pour les événements Cat Nat en adoptant une couverture de type “agrégat annuel” sur les événements naturels de taille moyenne. Outre les contrats de réassurance, Unipol et Generali ont eu recours à des instruments alternatifs de transfert de risque tels que les cat bonds.
En ce qui concerne les risques de transition liés au changement climatique, les grands assureurs italiens s’attachent à minimiser les pertes potentielles dans les portefeuilles d’investissement, qui pourraient résulter d’expositions à des entités ne répondant pas aux attentes en matière de transition vers des économies plus vertes.
Generali a indiqué qu’elle a réduit l’exposition de ses portefeuilles d’investissement à certains émetteurs des secteurs du charbon et des sables bitumineux, notamment ceux dont plus de 30 % des revenus ou de la production d’électricité proviennent du charbon ou dont plus de 5 % des revenus proviennent des sables bitumineux, et aux projets de construction de nouvelles centrales électriques au charbon.
Generali a également indiqué qu’elle cherche à minimiser son exposition de souscription à ce secteur et, depuis 2018, elle ne propose plus de couverture d’assurance de biens et d’ingénierie pour la construction de nouvelles centrales électriques et mines au charbon. En outre, elle ne se charge pas de la couverture des centrales électriques au charbon existantes appartenant à de nouveaux clients. Elle ne fournit pas non plus de couverture d’assurance aux entreprises opérant dans le secteur des sables bitumineux.

Une expertise significative dans l’atténuation du risque Cat Nat devrait permettre de faire face au changement climatique

DBRS Morningstar note que les assureurs sont bien positionnés pour faire face aux risques liés au changement climatique, étant donné leur expertise considérable en matière d’atténuation de ce risque, acquise au cours de nombreuses années d’activité sur le marché italien. Cette expertise couvre la gestion d’un large éventail de risques prévalant en Italie. L’impact des périls Cat Nat  sur les assureurs italiens a été évident dans les résultats techniques des dernières années. En 2019, Unipol a subi des pertes dues à des événements météorologiques d’un impact considérable dans l’activité Incendie et autres dommages aux biens à la suite des tempêtes de grêle qui ont frappé de nombreuses villes en Italie.
En 2018, Unipol a été affecté par des pertes liées aux dommages causés par la tempête ” Vaia “. Cattolica Assicurazioni a subi l’impact des événements météorologiques qui ont affecté le secteur des cultures agricoles en 2019. Malgré une ampleur substantielle, l’impact global a été bien géré. L’exposition des assureurs italiens aux risques liés au changement climatique est également atténuée par le renouvellement annuel des polices d’assurance, qui leur permet d’intégrer des hypothèses de pertes évolutives et d’atténuer l’incertitude inhérente aux projections d’impact du changement climatique.

Facteurs ESG dans l’analyse de notation de DBRS Morningstar

DBRS Morningstar a développé un cadre d’évaluation ESG qui englobe jusqu’à 17 facteurs de risque ESG qui sont actuellement pris en compte dans l’analyse de notation de DBRS Morningstar et qui peuvent potentiellement affecter la solvabilité d’un émetteur.
L’évaluation des risques environnementaux est une composante majeure de l’analyse pour l’activité d’assurance dommages. Cela comprend l’impact des catastrophes assurées sur la solidité financière d’une compagnie d’assurance, ainsi que des considérations concernant la prévisibilité, la fréquence et la gravité des sinistres. Les compagnies d’assurance et de réassurance IARD ont fait des progrès en intégrant les facteurs environnementaux dans leurs processus de planification stratégique et de gestion des risques.
Source : Italian Non-Life Insurance—Incorporating Climate Change into

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here