Home Sanitaire Téléconsultation : prise en charge des femmes

Téléconsultation : prise en charge des femmes

Depuis quelques années, obtenir un rendez-vous chez un gynécologue est devenu extrêmement difficile. En décidant de supprimer, en 1987, le diplôme de gynécologie médicale, qui était une spécificité française, pour s’aligner sur les formations européennes, les pouvoirs publics ont fait une erreur d’appréciation qui se paie cher aujourd’hui. En dix ans, le nombre de ces spécialistes de la santé des femmes a baissé de plus de 40%. Un chiffre assurément amené à augmenter dans les années qui viennent, puisque deux gynécologues sur trois partiront à la retraite sans être remplacés. Les conséquences de la raréfaction des gynécologues sont nombreuses : augmentation des prix des consultations, délais trop longs pour obtenir un rendez-vous, nécessité de changer de département pour consulter… Faute de pouvoir rencontrer un spécialiste dans des délais raisonnables, de nombreuses femmes finissent par renoncer à consulter.

À cela s’ajoutent une crise sanitaire et un premier confinement qui ont profondément nui au suivi médical d’une manière générale, et au suivi gynécologique en particulier. Le fait est que la santé numérique a connu une reconnaissance certaine avec la crise et connaît, depuis l’entrée en vigueur du second confinement, un succès tel que le nombre hebdomadaire de téléconsultations a doublé durant le seul mois de novembre.

Troubles du cycle (dysménorrhée, aménorrhée, syndrome prémenstruel…) ménopause, sexualité, contraception… Il est parfois difficile d’oser aborder certains problèmes intimes en face-à-face, et ce d’autant plus que le temps d’écoute des médecins s’est largement réduit au cours des dernières années. C’est un fait : la téléconsultation libère la parole, ce qui est loin d’être anodin en matière de prévention et de prédiction.

C’est dans ce contexte politique et sanitaire que Livi a décidé de porter une attention toute particulière aux problèmes de santé féminins.

Le service en ligne s’engage plus spécifiquement dans la prise en charge des femmes. Les patientes sont entendues par un généraliste ou un psychiatre formé aux questions de santé du féminin. L’objectif est de gagner du temps (renouvellement de la pilule contraceptive, par exemple) et d’écarter tout problème de complications (infection urinaire, notamment). D’autant que, dans un souci de qualité et de continuité du parcours de soin, le compte-rendu pourra être transmis au médecin traitant à l’issue de la téléconsultation.

Lire la source (doctissimo) intégralement

Relire les ITW sur la téléconsultation et le secteur de l’assurance.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.