Le COVID-19 a eu des effets profonds sur les soins de santé

0
328

Le bouleversement des prestations de santé et les changements durables dans les habitudes de travail découlant de la pandémie de COVID-19 auront un impact majeur sur le coût et l’offre des couvertures santé proposées par les entreprises, selon une nouvelle enquête de Mercer Marsh Benefits (MMB).
La sixième édition de cette enquête annuelle, intitulée  « MMB – Tendances mondiales en matière de Santé », a été réalisée auprès de 240 assureurs à travers 59 pays*. Elle révèle que 68 % des assureurs s’attendent à une augmentation des dépenses de santé en raison des tests, des soins et des traitements liés au COVID-19.
Pour eux, l’inflation médicale continuera en effet de dépasser largement l’inflation générale en 2021. En 2019, ils avaient fait état d’une augmentation des dépenses de santé de 9,7 %, soit un peu moins de trois fois le taux d’inflation. En 2020, ils s’attendent à une augmentation des coûts médicaux de 9,5 %, soit environ 3,5 fois le taux d’inflation. En 2021, 90 % des assureurs s’attendent à ce que la tendance se maintienne ou augmente.
Hervé Balzano, Leader international du département Santé pour Mercer Marsh Benefits, déclare : «  Le COVID-19 a eu des effets profonds à tous les niveaux de la société et de l’économie, y compris sur les soins de santé. Avec un rebond attendu sur des opérations considérées comme non prioritaires et reportées pendant la 1ère période de confinement, une augmentation des problèmes de santé liés au travail à distance et à la sédentarité, y compris les problèmes de santé musculo-squelettiques et psychologiques, et finalement les potentielles conséquences à long terme du COVID-19 sur la santé physique et mentale, nous nous attendons à ce que les coûts médicaux continuent d’augmenter ». Hervé Balzano poursuit :  « Afin de relever les nouveaux défis engendrés par le travail à distance et de contenir la hause des coûts, les entreprises doivent radicalement repenser les avantages sociaux qu’elles offrent à leurs salariés et la manière dont elles les fournissent ».
La crise du COVID-19 a mis en évidence une certaine fragilité des systèmes actuels d’avantages sociaux, dont beaucoup d’entre eux sont encore gérés via du papier et donc plus difficilement accessibles à distance. De nombreux employeurs cherchent aujourd’hui à déployer des stratégies de protection sociale comprenant des services tels que le soutien psychologique, des soins préventifs et des services digitaux.
L’enquête MMB révèle une augmentation du nombre d’assureurs proposant un service de téléconsultation, avec 59 % des assureurs interrogés déclarant qu’il s’agit pour eux d’un élément substantiel de leur offre, contre 38 % en 2019.
De plus, 55 % des assureurs proposent désormais des actions de prévention santé, telles que les dépistages, et 20 % supplémentaires indiquent qu’ils expérimentent ou ont le projet de lancer ces initiatives au cours des 24 prochains mois. Les services proposés par les employeurs continueront de jouer un rôle important dans l’offre de santé et de bien-être pour les salariés. À titre d’exemple, un peu plus de la moitié des assureurs s’attendent à ce que leurs régimes santé d’entreprise couvrent les vaccinations contre le COVID-19, en particulier en Amérique latine.
L’enquête a également mis en lumière des  insuffisances dans le soutien psychologique apporté aux salariés, malgré l’augmentation de la demande observée pendant la pandémie. Par exemple, la téléconsultation pour un accompagnement psychologique n’est pas encore très répandue, un tiers seulement des assureurs l’offrant dans le monde entier, et 32 % des assureurs ne proposant aucune solution. Dans tous les pays pourtant les assureurs estiment que les systèmes de soins privés, financés par l’employeur, sont plus efficaces que les systèmes publics pour assurer la prévention, le diagnostic et le traitement nécessaires aux troubles de santé mentale.
« Une réelle stratégie de protection sociale doit être déployée par les entreprises pour prendre soin de leurs collaborateurs.  Cette stratégie doit reposer sur la mise en œuvre de services adaptés aux enjeux et problématiques de chaque entreprise. Le courtier est le mieux placé pour accompagner l’entreprise dans l’élaboration et la mise en place de cette stratégie. En effet, il dispose des données de santé pour comprendre les comportements des salariés, de l’expertise technique pour la traiter, et enfin, il bénéficie déjà de canaux de communication pour échanger avec les salariés sur les sujets de santé » indique Camille Mosse, Directrice Technique et Offre, MMB France.
Amy Laverock, Responsable des conseils et solutions pour Mercer Marsh Benefits, ajoute :  « Alors que les coûts médicaux augmentent et que la récession se profile à l’horizon, il est important que davantage d’entreprises s’attachent à faire en sorte que les prestations qu’elles offrent améliorent la santé, le bien-être, la productivité et l’engagement de leurs employés. La santé des collaborateurs est un atout essentiel pour les entreprises, car elle les aide à améliorer leurs performances et à gérer efficacement les risques liés au personnel. Les couvertures de santé doivent être considérées comme un investissement dans les ressources humaines, et pas seulement comme un coût obligatoire ».
Selon CP

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here