Home Signature Assurance vie et fonds en euros : les assureurs mutualistes calment le...

Assurance vie et fonds en euros : les assureurs mutualistes calment le jeu

Lors de leur rencontre avec la presse, à l’occasion de l’assemblée générale de l’Association des Assureurs Mutualistes, le président (1) Thierry Martel et les vice-présidents (2) Adrien Couret, Pascal Demurger et Sylvain Mortera, ont rappelé les multiples défis auxquels sont aujourd’hui confrontés les assureurs : climat, nouvelles mobilités, environnement société (crise des gilets jaunes par exemple) et bien entendu taux d’intérêts négatifs qui impactent aussi bien l’assurance dommages que l’assurance vie.
Les taux d’intérêt très bas vont perdurer et dans cet environnement, nos modèles n’ont pas prévu le cas où ils seraient négatifs alors que dans le même temps, nous garantissons un rendement égal à 0. Et bien évidemment, le modèle et seulement le modèle, ne fonctionne plus s’il n’y a pas de limite à la baisse des taux.

Pas de problème de solvabilité
Au-delà, les représentants de l’association ont expliqué que l’amalgame avec la situation japonaise des années 1990- 2000 est un peu rapide car à l’époque la crise des assureurs-vie japonais était principalement liée à la présence de garantie de rendement élevé sur les contrats d’assurance vie. La France n’est pas dans cette situation car la réglementation a évolué pour accompagner cette baisse des taux.
« Il n’y a aucun risque de faillite sur nos sociétés vie en France. Nous avons un bon matelas de plus-values latentes, justement à cause de cette baisse des taux. Le problème est lié à l’importance de la collecte et à l’afflux des liquidités sur les fonds en euros qui diluent la performance. D’où le message que nous adressons aux épargnants : étudiez d’autres supports plus intéressants plutôt que de contribuer à diminuer les rendements des performances de vos placements en euros. », explique Thierry Martel.
« Nous disposons des fonds propres nécessaires pour assurer la sécurité des épargnants. L’enjeu est de réformer l’outil de mesure de la solvabilité de l’assurance vie dans « Solvabilité II » complète Sylvain Mortera.

Que faire des fonds en euros ?
Contrairement à certaines compagnies qui ont largement communiqué qu’elles allaient appliquer à présent des restrictions drastiques sur la collecte des fonds en euros, les mutualistes sont plus mesurées et invitent à la prudence. « Interdire les fonds en euros, nous sommes contre, renchérit Adrien Couret, car nos réseaux doivent garder des marges de manœuvre pour pratiquer convenablement leur devoir de conseil. »
Pour Pascal Démurger, il ne pas oublier les fondements du métier. « Même s’il faut être raisonnable sur les montants de versements en euros, n’oublions pas le devoir de conseil. L’expérience montre que les assurés ont souvent eu des déconvenues par le passé en achetant des unités de compte lorsque les marchés financiers étaient aux plus hauts ».
Avec les unités de compte, le risque est transféré aux assurés, ce qui fragilise la mutualisation qui est le propre de l’assurance rappellent les responsables de l’AAA.

Réintroduire de la prévoyance dans le moteur
Entre l’assurance vie en unités de compte et l’assurance vie en euros, peut-être y-at-il une troisième voie à explorer, comme celle du contrat eurocroissance, modernisé récemment par la loi PACTE. Sur ce sujet Thierry Martel émet quelques doutes en se demandant « si la marche n’est pas un peu trop haute à monter en termes de complexité. »
Plus simplement, les assureurs mutualistes, pensent que l’assurance vie doit revenir à ses fondamentaux, c’est-à-dire marcher sur ses deux jambes : celle de l’épargne (mais sans aller jusqu’à devenir un produit d’épargne de précaution), et celle de la prévoyance, ce qui sous-entend de réinjecter dans le produit du risque biométrique (longévité, mortalité), et intégrer plus de couvertures de prévoyance.
« Dans nos contrats d’assurance vie, nous proposons déjà des garanties planchers et nous pouvons aller plus loin. Nous avons un vrai rôle à jouer pour faire en sorte que l’assurance vie soit aussi un produit de prévoyance non pas uniquement une solution d’épargne », conclut Sylvain Mortera.

Jean-Charles Naimi – Journaliste indépendant

(1)
• Thierry Martel, Directeur Général de Groupama Assurances Mutuelles,
• Adrien Couret, Directeur Général du Groupe MACIF
• Pascal Demurger, Directeur Général de MAIF
• Sylvain Mortera, Directeur Général du Groupe AREAS Assurance

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.