Canada : le suivi biométrique pourrait-il révolutionner l’assurance ?

1
461
Optimity est une application canadienne axée sur le développement d’un mode de vie sain pour une meilleure santé. Sa PDG, Jane J. Wang, et Digital Insurance énoncent ce thème et celui de la biométrie en mettant en avant leurs actions dans l’industrie de l’assurance.
L’apport de la technologie dans le milieu de la santé

La technologie mobile a changé la donne pour les industriels de la santé et du fitness. Aujourd’hui, les individus associent leurs smartphones à des traceurs biométriques pour compter leurs pas, planifier leurs entraînements et suivre leurs objectifs de santé globaux. Ces appareils collectent des données utilisables par les particuliers et peuvent, par exemple, aider les entreprises dans leurs études de marché.

L’avancée des outils technologiques est également en train de modifier le secteur de l’assurance en accompagnant d’une part les assureurs dans l’élaboration de modèles plus précis, et d’autre part les assurés à contrôler leurs coûts d’assurance en adoptant des habitudes de vie plus saines. Les applications de suivi de la santé n’en sont qu’à leur début.

Ces méthodes se servent de diverses entrées telles qu’une montre connectée pour récolter des données biométriques, notamment la fréquence cardiaque, les pas effectués ou encore la température corporelle. Des fonctionnalités supplémentaires comme les conditions de sommeil, la fertilité, l’oxygène dans le sang et la glycémie sont à venir. Prochainement, nous pourrions voir ces outils surveiller la fonction rénale et hépatique,et détecter un certain nombre de maladies, notamment le cancer et la maladie d’Alzheimer.

Plus la technologie évolue, plus les utilisateurs auront une vision précise de l’efficacité de leur santé globale, et plus les données collectées seront approfondies et diversifiées.

L’utilisation grandissante des outils numériques

Il n’est pas surprenant que les assureurs se tournent vers la technologie de suivi de la santé pour créer de nouvelles possibilités de tarification précise et d’incitation à une vie meilleure. Les compagnies d’assurances utilisent déjà les outils de l’information pour évaluer les tarifs et les primes. Cela, essentiellement dans le secteur de la protection auto, où les conducteurs peuvent installer des capteurs dans leur voiture et être récompensés par des cotisations plus faibles pour une conduite plus sûre.

De même, les acteurs de l’assurance santé et de l’assurance vie peuvent utiliser le suivi biométrique pour inciter à un mode de vie plus sain, en réduisant les taux pour les assurés qui présentent des signes de vie plus forts ou qui font régulièrement de l’exercice. Les personnes qui investissent dans leur bien-être peuvent récolter les fruits d’assurances moins chères, tandis que de l’autre côté, les assureurs recueillent des données sur les tendances en matière de santé.

Un panel d’éléments aux multiples avantages

Les applications de santé et d’engagement donnent également aux assureurs des avantages dépassant leur capacité à offrir des incitations fiscales. En utilisant les principes de ludification et d’engagement social, ces programmes peuvent amener les utilisateurs à s’investir davantage dans leur santé et leur bien-être, améliorant ainsi la santé du groupe assuré dans son ensemble et le taux de sinistralité.

Les meilleures méthodes et les plus populaires ont souvent, par exemple, des partenariats avec des entreprises comme HelloFresh, Amazon ou Starbucks, permettant aux utilisateurs qui atteignent ou maintiennent certains niveaux de remise en forme de bénéficier de récompenses. Ces incitations offrent également une connectivité sociale telle que l’engagement avec d’autres individus et des objectifs communs.

Alors que les utilisateurs qui restent en forme économisent de l’argent sur les primes, se font de nouveaux amis ou gagnent des repas, les assureurs profitent des avantages considérables des flots de données. À chaque étape du parcours de bien-être, les entreprises peuvent collecter et analyser les informations.

La propulsion du suivi biométrique

En encourageant l’utilisation d’applications de suivi des conditions physiques, les organismes peuvent déterminer les statistiques de santé globales de groupes démographiques entiers, prédire les tendances en termes de bien-être et repérer les augmentations ou les baisses de la santé de la population. À cela s’ajoutent l’engagement social et l’efficacité des récompenses. Aucune innovation n’a jamais offert aux assureurs une vision aussi large et approfondie de la santé de leurs clients, permettant des modèles actuariels beaucoup plus précis.

De plus en plus d’entreprises financières, d’assurances et de bien-être cherchent à se lancer dans l’industrie du suivi biométrique. La technologie intelligente permet aux consommateurs, comme aux organisations, d’en savoir plus sur la santé. Les acteurs de l’assurance qui trouvent le bon partenaire en biométrie créeront non seulement une base d’utilisateurs plus complète, mais accéderont à des données qui construiront des modèles puissants de santé et de bien-être pour des populations entières, ce qui réduira les coûts et gérera les risques plus efficacement.

NB : L’assurance en Mouvement et l’ensemble de supports de diffusion Vovoxx traiteront en 2022 la thématique TECHNOS & ASSURANCE. N’hésitez pas à nous contacter.

 

1 COMMENTAIRE

  1. N’importe quoi ! Un « modèle puissant » ne pourra jamais tenir compte de la spécificité de chaque personne. Ca reste un modèle, et la vie n’est pas modélisable. Ce qui est nommé intelligence artificielle n’est pas intelligent, c’est un dévoiement de langage ; il est primordiale de bien nommer les choses. Une immense puissance de calcul n’est pas pour autant intelligente ; penser cela est du domaine de la croyance, ce n’est pas intelligent.
    On voit bien l’idée cupide de pouvoir sélectionner les personnes à très faibles risques, et ainsi collecter les primes contre peu de probabilité. Les plus à risques seront laissés de côté, voir pour les moins exclus paieront des primes exagérées. Le principe fondateur de l’assurance consiste à collecter des primes qui serviront aux sinistrés ; plus on segmente, plus on s’éloigne de l’assurance.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P