MGEN et Solidaris : les Français n’ont pas le moral

0
752

Les Français, notamment les jeunes, n’ont pas le moral. C’est ce qui ressort du septième baromètre « Confiance et bien-être » des mutuelles MGEN et Solidaris réalisé par OpinonWay.

Les Français expriment une grande défiance envers le système de santé (niveau le plus bas depuis le début des mesures du baromètre), tandis que la santé mentale pèse sur leur moral. Les résultats sont particulièrement préoccupants pour les moins de 40 ans.

L’indice de confiance et de bien-être s’établit à 55,8 contre 56,9 en 2021. Il n’est que de 53,6 pour les moins de 40 ans, soit 6,6 % de moins que l’année précédente et 5,2 points de moins que pour l’ensemble des Français.

L’accès aux soins est jugé particulièrement préoccupant. À la question « le système de santé est d’excellente qualité en France », 6 personnes sur 10 répondent par l’affirmative, c’est le plus bas niveau depuis le début des mesures du baromètre.

65,4 % des répondants pensent même que la qualité des soins est actuellement menacée pour des raisons de coûts (72,9 % lors de la 1re mesure en 2016), ce sentiment progresse à nouveau alors que les deux « années COVID » semblaient avoir eu un léger impact positif. Le temps d’attente trop long pour voir un spécialiste est dénoncé par 77,7 % des sondés, ce qui constitue une évolution de 9,3 points sur un an.

La santé mentale au plus bas

La santé mentale des Français est au plus bas en 2022. 23,8 % des Français expriment souvent ou très souvent ressentir de l’anxiété, de la dépression ou de l’angoisse (+2,7 points par rapport à 2021, plus bas niveau depuis 2017). Sur l’échelle du PHQ9 (échelle de dépression), 23,7% des Français peuvent être classés en dépression modérée à sévère (taux le plus haut depuis le début des mesures en 2016, +3,8 points sur un an).

Pour les moins de 40 ans, l’indice de santé mentale interpelle très fort : 51,9 (ce niveau est à 60 pour les 40/59 et 71.5 pour les 60 ans et plus).  Près de 4 personnes de moins de 40 ans sur 10 (38,9 %) peuvent être classées en dépression modérée à sévère (contre 1 une sur 4, 23,7 %, en moyenne dans la population et contre 25 % un an plus tôt pour cette tranche d’âge).

Le rôle des mutuelles

« La multiplication des crises sociales, sanitaires, environnementales… a fait perdre le sens commun : beaucoup ne savent plus à qui faire confiance, en quoi croire pour l’avenir. Sans parler des problématiques de pouvoir d’achat qui se confrontent aujourd’hui à la question du pouvoir de vivre dignement. Les mutuelles ont un rôle à jouer : elles amènent du lien, de la proximité et ce sont des lieux d’engagement démocratique. La protection sociale est vectrice de cohésion sociale et c’est aussi un amortisseur social des crises », souligne Matthias Savignac, président MGEN.

Rappel :

Après un petit sursaut en 2021, l’indice composite confiance et bien-être, établi sur une échelle de 0 à 100, est à nouveau en recul sur 1 an, de 1,9 % pour s’établir à 55.8. Le rapport à la société est le sous-indice qui baisse le plus sur un an (-5,5 % pour s’établir à 30.8).

  • l’image de soi passe à 47,4 (-3,7%) et arrive à son plus bas niveau sur 7 années.
  • les conditions objectives de vie accusent un recul de 3.3%, à 55.3.
  • l’image de soi recule de 3,7% sur un an : 47,4
  • la santé physique se détériore : 64,1 (-1,4%)
  • la santé mentale atteint 61,2 (la deuxième plus basse mesure depuis 7 années d’enquête).

Source : baromètre MGEN Solidaris

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P