L’avenir de la banque dans le métavers : 4 cas

0
736

Plusieurs banques entrent dans le métavers pour se connecter avec les jeunes générations, ainsi que pour mieux comprendre son fonctionnement. Grâce à cet univers virtuel, elles espèrent attirer de nouveaux clients et potentiellement créer de nouveaux modèles commerciaux et produits.

Lucia Uribe, associée chez Oliver Wyman, une firme de conseil en stratégie, a déclaré que si un professionnel est face à un consommateur final qui joue ou explore le métavers, il le rencontre là-bas et cela renforce cette relation de marque. Beyond Games nous dévoile aujourd’hui quatre façons dont les banques expérimentent actuellement ce monde numérique.

HSBC acquiert un terrain virtuel

La banque hongkongaise HSBC a fait l’acquisition d’un terrain virtuel dans le métavers populaire, The Sandbox. Ce dernier a récemment dépassé les 2 millions d’utilisateurs depuis sa récente ouverture. La banque HSBC prévoit d’utiliser le territoire numérique pour atteindre les utilisateurs passionnés d’e-sports et de jeux.

Suresh Balaji, directeur du marketing chez HSBC pour la partie Asie-Pacifique, a soutenu que dans son entreprise, les équipes voient un grand potentiel pour créer de nouvelles expériences grâce aux plateformes émergentes.

Zelf construit un système bancaire embarqué

L’isolement causé par la pandémie a stimulé l’intérêt pour le métavers. En raison de celui-ci, Zelf a créé un système bancaire embarqué. En effet, le dispositif permet aux utilisateurs de transférer des devises vers des comptes bancaires réels à partir du monde virtuel.

Le fondateur de la société lettonne, Elliot Goykhman, a expliqué que les individus ont souvent commencé à dépenser plus pour les tenues et les caractéristiques de leurs personnages virtuels que pour eux-mêmes.

American Express fait allusion aux futurs plans du métavers

American Express a déposé plusieurs demandes de marque auprès de l’Office américain des brevets (USPTO pour United States Patent and Trademark Office) portant sur le métavers et les NFTs. L’une de ses applications concerne un marché en ligne où les utilisateurs peuvent acheter et vendre des actifs numériques et d’autres médias.

De même, une autre application concerne les logiciels de commerce électronique qui traiteront les transactions commerciales basées sur le métavers.

J.P. Morgan ouvre une boutique à Decentraland

Le dernier cas concerne le métavers Decentraland qui héberge désormais le salon Onyx de J.P. Morgan, comprenant d’ailleurs un portrait de Jamie Dimon, PDG de la banque de Wall Street. Les utilisateurs peuvent le visiter virtuellement.

En outre, ils peuvent aussi voir un tigre numérique arpenter la pièce et des écrans muraux. L’interaction avec l’un de ces écrans provoque la lecture d’une vidéo qui explique comment les paiements peuvent être effectués avec des contrats intelligents à l’avenir.

Vous pouvez trouver plus de plus amples informations dans notre article consacré à J.P. Morgan.

Source d’innovation dans le secteur de la banque, nul doute que le métavers sera également un fort levier de créativité et d’innovation dans le secteur de l’assurance.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P