Rendre autonomes les souscripteurs d’assurance vie

0
443

Les compagnies d’assurance vie s’engagent à accroître l’efficacité de la souscription et à améliorer l’évaluation des risques.

Pour cela, elles collectent davantage de données et investissent dans de nouveaux processus numériques. Accenture nous en dit plus.

Une combinaison de processus et d’informations

Une récente enquête menée auprès de plus de 500 souscripteurs a révélé que les assureurs donnent la priorité à l’usage des informations tout en introduisant l’automatisation des processus robotiques, ou robotic process automation (RPA), et des plateformes modernes.

Ces systèmes utilisent une variété de sources de données, certaines non conventionnelles, comme les réseaux sociaux et les applications de santé et de bien-être, pour compléter celles existantes et bénéficier de plus de détails.

En collaborant ensemble, ces nouvelles technologies peuvent non seulement améliorer l’efficacité de la souscription, mais également créer des opportunités en extrayant une plus grande valeur d’un panel de données plus profond. C’est une bonne nouvelle pour les souscripteurs, car cela leur permet d’examiner le risque de manière plus approfondie qu’auparavant.

Un besoin d’efficacité

L’amélioration de cette étape est un objectif pour les assureurs, l’enquête ayant révélé que les nouvelles technologies ont augmenté la charge de travail des souscripteurs.

La technologie a eu un impact positif sur leurs performances, mais jusqu’à 40 % de leurs temps sont désormais consacrés à des tâches administratives peu valorisantes, comme la saisie et la collecte des données.

La recherche montre aussi que les acteurs de l’assurance souhaitent améliorer l’efficacité des professionnels en investissant dans des technologies, telles que l’intelligence artificielle et la compréhension et le traitement et du langage naturel (NLU/NLP pour Natural Language Understanding et Natural Language Processing).

Les nouvelles fonctionnalités qui en résultent, par exemple, l’extraction automatisée de données à partir de documents des clients, libéreront les souscripteurs de ces tâches répétitives.

Des données pour un but précis

Ces données ne sont utiles que dans la mesure où elles sont accessibles. L’information devient beaucoup plus précieuse et présentée aux preneurs de risque au moment où ils en ont le plus besoin. Il est particulièrement utile pour eux d’avoir à portée à main les éléments nécessaires à leur décision tout au long du flux de souscription.

Michael Reilly d’Accenture, décrit cette fonctionnalité comme une plateforme de souscription de troisième génération. Un tel outil améliore les flux de travail et les systèmes tout en contenant toutes les données dont les souscripteurs nécessitent pour l’évaluation des risques.

Lorsqu’elles sont intégrées au flux de travail, ces plateformes intelligentes et automatisées fournissent aux professionnels les informations dont ils ont besoin et quand ils en ont besoin.

Un réel apport à la souscription

Accenture pense que les plateformes peuvent apporter le véritable changement à la souscription que les solutions ponctuelles n’ont pas résolu efficacement à ce jour. Disposer de données au moment nécessaire est la clé de la transformation de l’assurance.

Les plateformes de troisième génération ont le pouvoir d’éliminer le temps consacré à l’administration des données et peuvent même aller au-delà de cette étape en fournissant des informations sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’assurance vie.

De tels éléments pourraient, pour illustrer, influencer le développement et la distribution de produits en identifiant et en traitant les opportunités sur de nouveaux marchés ou mal desservis.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P