Assurance affinitaire « Notre exigence technique nous incite à ne pas aller trop vite »

0
707
Arthur Dénouveaux, Directeur études et innovations de MMA et Directeur de Covéa Affinity, dans le cadre du #3 magazine* “Dessine-moi l’assurance ” répond à nos questions et partage son positionnement sur le marché affinitaire.
Comment percevez-vous les évolutions du marché affinitaire, aussi bien au niveau des canaux de distribution que des offres ?

Le développement de l’assurance affinitaire est fortement corrélé à l’évolution du e-commerce. Il y a quelques années encore, personne n’avait imaginé qu’il serait possible d’acheter un billet de train en quelques clics, depuis son smartphone. L’assurance affinitaire accompagne ce boom du e-commerce et cette facilité d’avoir du digital partout, tout le temps. Il est donc évident que le marché de l’affinitaire va poursuivre sa croissance, déjà forte aujourd’hui. Les acteurs de l’affinitaire vont devoir s’intégrer de plus en plus, de manière très légère, dans tous les parcours de vente, sur tous les canaux. Il convient cependant de bien définir son business model, ce qui n’est pas évident dans un monde incertain. Les courtiers les plus digitalisés peuvent jouer un rôle en fournissant des parcours aux acteurs du e-commerce.

A la question n’êtes-vous que des porteurs de risques, que répond Covéa Affinity ?

Quant aux assureurs, ils doivent se demander s’ils veulent être uniquement porteurs de risques ou s’ils souhaitent apporter une valeur ajoutée plus complète à leurs partenaires et à leurs clients. Covéa Affinity possède un savoir-faire historique affinitaire et des partenariats durables, qui permettent d’apporter la meilleure valeur possible pour le client final. Il s’agit d’un vrai travail d’assureur et pas uniquement du portage de risques. Le savoir-faire d’un grand groupe comme le nôtre consiste à la fois à porter le risque et à conseiller, accompagner les partenaires dans une optique long terme. Nous sommes capables de répondre rapidement à des appels d’offres si nécessaire mais, en parallèle, nous avons une exigence forte à plusieurs niveaux : le niveau technique évidemment, mais aussi la qualité et la fiabilité de nos partenaires et un contrôle fort de notre délégation.

L’assurance affinitaire rencontre des problèmes d’images et de compréhension. Quelles sont, selon vous, les solutions pour y remédier ?

L’assurance affinitaire est trop souvent mal perçue, sûrement mal connue et mal comprise. Nous avons tous lu le rapport et les mises en garde relatives aux assurances liées aux téléphones mobiles. Il est essentiel de proposer une offre avec une plus forte valeur ajoutée pour le client final et de faire en sorte que les garanties d’assurances affinitaires soient bien comprises par celui-ci. Je pense que le régulateur nous aide à apurer le marché et à le faire monter en gamme. Il n’y a pas de raisons que l’assurance affinitaire soit mal aimée : il s’agit d’une réponse simple à un besoin qui doit être gagnant pour tout le monde, l’assuré, les distributeurs et l’assureur.

Est-ce que ce sont uniquement les quelques « vilains petits canards » qui ternissent l’image de l’affinitaire ?

Il existe une nécessité de pédagogie sur l’assurance affinitaire. Au moment de la vente, nous devons être irréprochables. Le vendeur d’assurances affinitaire n’ayant pas, comme métier principal, celui de vendeur d’assurances, il faut être certain qu’il a la capacité de bien expliquer ce qu’il fait et que le client comprenne ce à quoi il souscrit. Chez Covéa Affinity, nous avons la chance d’avoir des partenaires depuis de nombreuses années. Nous avons donc pu faire monter en compétences leurs équipes commerciales. C’est la raison pour laquelle nous ne sommes pas confrontés à ce problème. La solidité des partenariats est un gage de meilleure compréhension pour le client final. Le concept de marque blanche peut poser des problèmes de transparence, mais il est pertinent sur le marché affinitaire. La grande qualité de l’affinitaire, c’est quand même de vendre la bonne garantie, au bon moment, lors de l’achat principal, sans que cela se voie. L’assureur ne peut donc pas faire la communication lui-même.

Comment prenez-vous en compte l’innovation en matière d’assurance chez MMA et chez Covéa Affinity ?

Depuis quelques mois, je cumule les fonctions de directeur affinitaire et partenariats de Covéa Affinity et celle de directeur études et innovation de MMA. Le monde de l’assurance est en train de changer, à la fois en termes de risques adressables, de données et de parcours digitaux, qu’il s’agisse de la souscription, du self-care ou de l’indemnisation. Mon objectif est de nous intégrer dans les écosystèmes des start-ups et dans la FinTech. L’affinitaire chez MMA correspond à un socle historique fort, avec les constructeurs automobiles, mais aussi à une montée en compétences progressive sur des sujets digitaux, sur les nouvelles manières d’adresser l’affinitaire. Les deux approches que m’offrent mes deux postes se nourrissent bien l’une et l’autre. Covéa a fait le choix de ne pas avoir de Lab en interne, mais de déployer des initiatives un peu partout. Nous préférons organiser nos moyens dans des task forces qui nous permettent de nous spécialiser à chaque fois. Covéa Affinity souhaite notamment s’appuyer sur son expertise dans la sphère automobile pour accompagner la transition vers les véhicules électriques. Il s’agit d’un réel enjeu, parce que les garanties ne sont pas les mêmes que pour les véhicules mécaniques. Nous nous intéressons également aux nouvelles mobilités. Nous assurons déjà des trottinettes électriques en Espagne et demeurons attentifs. Notre exigence technique nous incite à ne pas aller trop vite. Nous souhaitons nous positionner sur des produits distribués largement, dans une démarche de mass market.

Sur un plan plus général, quelles sont les prochaines grandes échéances pour Covéa Affinity ?

Nous déployons actuellement notre plan de modernisation Apogée 2023. Ces dernières années, Covéa Affinity a connu une forte croissance. Pour la poursuivre, nous devons sécuriser l’activité et les flux financiers en renforçant notre contrôle de gestion, faciliter la diversification, transformer nos manières de travailler et continuer de miser sur la digitalisation, afin de proposer une offre flexible, adaptée aux besoins de nos clients.  Par ailleurs, le plan stratégique Covéa pour 2022/2024 sera dévoilé d’ici la fin de l’année. Nous allons le décliner au sein de Covéa Affinity, une démarche qui a beaucoup de sens pour nos 103 collaborateurs.

*ITW du magazine « Dessine-moi l’Assurance », production Vovoxx, en Décembre 2021, que vous pouvez télécharger gratuitement et sans laisser de datas. Le #4 de ce magazine est prévu pour Mai/Juin 2022. Si intérêt, n’hésitez pas à nous contacter.

Laissez un commentaire

Saisissez votre commentaire ici!
Veuillez entrer votre nom S.V.P