Home Réseaux Anne-Véronique Herrewyn « Je suis ancrée dans une organisation digitale, sur mesure,...

Anne-Véronique Herrewyn « Je suis ancrée dans une organisation digitale, sur mesure, pour mes clients »

Anne-Véronique Herrewyn est agent général Aviva à Rueil-Malmaison. Ancienne salariée d’Aviva Assurances, elle a démarrée son activité d’agent général en 2013. Son agence compte deux collaborateurs dont un alternant. Axée sur les produits Vie et les Professionnels, Anne-Véronique est passionnée par ce « beau métier » et mets tout en œuvre pour atteindre la réussite avec enthousiasme. Nous avons décidé de publier l’interview flash d’Anne-Véronique sur son usage des réseaux sociaux.

Anne-Véronique, d’un point de vue général, le secteur de l’assurance est-il un secteur particulièrement adapté à l’usage des réseaux sociaux ?

Selon moi, le secteur de l’assurance n’est pas particulièrement adapté à l’usage des réseaux sociaux, car ce secteur n’est pas « sexy » pour les internautes. Aussi, il faut noter que c’est un domaine très vaste, très règlementé et non accessible à tous en termes de compréhension rapide.

Pensez-vous que les entreprises du secteur de l’assurance qui adoptent une stratégie média sociaux ont une longueur d’avance ? Pourquoi ?

Oui, aujourd’hui, les clients font ce qu’ils veulent, comme ils le veulent et quand ils le veulent. Nous n’avons pas le choix. La « stratégie média sociaux » se développe dans tous les domaines. Notre paysage assurantiel se transforme en même temps que les usages des prospects et clients qui utilisent les réseaux sociaux, pour exécuter des tâches de la vie courante, telles que réserver une place de concert, un hôtel, imprimer ses places de musée, commander un repas…. De la même façon, il doivent pouvoir trouver une solution à un besoin d’assurance, comme pré-ouvrir un sinistre en ligne le dimanche, imprimer une attestation d’assurance de chez eux, payer par carte bancaire en ligne leur cotisation, signer électroniquement ses devis et contrats, … . Il faut nous adapter et détecter tous les besoins potentiels d’un client ou d’un prospect afin d’offrir une proximité de services virtuels adaptée et garder, ainsi, une longueur d’avance. De plus, le client est désormais « multicanal », il fait ce qu’il souhaite, le moment voulu et de la façon qui lui convient.

A partir de quand avez-vous décidez d’aller sur les réseaux sociaux ? Qu’est-ce qui vous a décidé ? Comment cela s’est-il fait ?

J’ai commencé mon activité d’agent général, par un concours de circonstances, dans un centre d’affaires, loin du centre-ville de Rueil Malmaison, donc sans vitrine. Il n’y avait aucun passage de clients ou de prospects dans mes beaux et vastes bureaux ! J’ai donc mis en place beaucoup d’actions commerciales locales et j’ai créé, quelques mois après mon installation en 2013, ma page professionnelle sur Facebook, sur laquelle je postais des vidéos courtes et décalées sur l’assurance en général, mais aussi sur mes actions commerciales. Pour « sortir du lot », je mettais en place des actions de terrains comme celle de sponsoriser la Cathédrale de Nanterre, faire de la prévention routière dans la rue, imprimer des sacs à pain, publier des annonces presses, bref je débordais d’imagination pour me faire connaitre et obtenir des demandes de devis. Je ne savais pas trop quelles seraient les impacts de s’activer, il y a 5 ans, sur les réseaux sociaux. J’avais déjà une page LinkedIn que j’ai vraiment commencé à travailler en 2016, surtout par le développement de mon réseau relationnel. Enfin, j’ai créé une page Twitter pour compléter mon investissement, et j’ai déménagé entre temps… et récupéré une vitrine en plein centre-ville !

Quels sont les réseaux sociaux que vous utilisez ? Pourquoi ? Quel est votre rythme et le temps consacré à cela ?

J’utilise Facebook, LinkedIn et Twitter principalement. Conjointement à mon déménagement, ma notoriété a explosé sur les réseaux sociaux. Les clients passaient me voir à l’agence pour me rencontrer, et me donner leur avis ! Je proposais même à mes clients professionnels de leur créer leur page Twitter, ce qui leur plaisaient beaucoup. Mes actions commerciales se développaient et je les publiais en même temps sur mes trois comptes. Je prenais au moins 2h de mon temps par jour pour alimenter mes réseaux sociaux, aujourd’hui je consacre 1h par jour de mon temps. Je suis plus rapide et je n’ai plus besoin de travailler mes followers en nombre. Je me préoccupe plus du contenu. Je publie des sujets d’actualités classiques, touchant au domaine de l’assurance (règlementation, produits, nouveautés,…). Je publie également des liens de sorties à Paris, de la prévention et des vidéos que je réalise moi-même pour m’amuser, comme à mes débuts. De cette façon, je publie des contenus : sérieux et techniques, enrichissants et constructifs, mais aussi drôles et décalés. J’évite la morosité et la routine pour aller, aussi, explorer mes limites.

En tant qu’agent général, pensez-vous que cette activité sur les réseaux sociaux est indispensable pour l’activité de votre agence ?

Oui, cette activité est indispensable à mon activité et je ne peux plus vivre sans ! C’est une façon moderne de prospecter et d’obtenir des demandes via internet.

Quels sont, pour vous, les objectifs poursuivis dans l’utilisation des réseaux sociaux ?

Mes objectifs sont axés sur deux points. 1er point, les clients d’abord. Les réseaux sociaux permettent de travailler mon image, de gagner en notoriété et de faire parler mes clients. Si les clients me voient dans une publicité au cinéma à Rueil-Malmaison, qu’ils passent en rentrant chez eux devant mon agence qui se trouve à côté de la sortie du cinéma et voit une de mes publications sur mes réseaux sociaux, j’ai tout gagné ! Le second point concerne les prospects. Ils se manifestent par des demandent en « MP » (Message Privé sur Twitter) ou des leads qualifiés. Ils me connaissent sans que je les connaisse, ils m’appellent par mon prénom et deviennent mes nouveaux clients !

Pensez-vous que votre activité sur les réseaux sociaux est un facteur d’amélioration d’efficacité dans votre travail

Oui, j’optimise tous les moyens techniques mis à ma disposition. Ce qui me rend plus forte, plus efficace mais surtout plus rapide. Le soir, je réponds aux mails des clients ou aux sollicitations internet. Je suis ancrée dans une organisation digitale, sur mesure, pour mes clients, tout en étant proche géographiquement. Je suis partout. Je vois tous les jours des demandes internet ou je réponds le soir à des messages privés sur Linkedln. Je ne peux mesurer l’impact concret des réseaux sociaux, mais je suis consciente que sans cela j’évoluerai dans un univers « à l’ancienne ».

Avez-vous de nouvelles ambitions de l’utilisation des réseaux sociaux, dans le cadre de votre activité d’agent général ?

Bien sûr. J’envisage de créer une page Instagram avec des photos et des vidéos, mais avant cela, j’ai prévu d’investir dans un logiciel de montage vidéo.

Et pour conclure sur les réseaux sociaux ?

J’ai lu sur un mur, dans un couloir du siège d’AVIVA « Au pire, ça marche! » cela résume assez bien le choix de s’investir ou pas dans les réseaux sociaux. Finalement chaque agent général peut choisir son degré d’investissement, ce qu’il souhaite faire et qui il veut être !

Jean-Luc Gambey 

Compte Twitter

Compte LinkedIn 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.