Home Signature Clément Francomme : « il faut simplifier le développement d’applications blockchain »

Clément Francomme : « il faut simplifier le développement d’applications blockchain »

La technologie blockchain révolutionne le secteur de l’assurance. Concept très technique, il n’est pas toujours évident pour les marques du secteur de maîtriser cette technologie et toutes ces fonctionnalités. Dans ce sens, la startup Utocat, propose sa propre plateforme d’accès à la technologie blockchain. Nous nous sommes entretenus avec Clément Francomme, CEO et fondateur d’Utocat.

Alors qu’est-ce que Utocat ? Et comment est né le projet ?

Utocat a été créée en 2014. Nous sommes une société spécialisée dans l’édition de logiciel utilisant une technologie qui va révolutionner le secteur de la finance : la blockchain. Utocat propose pour cela sa propre plateforme d’accès à la technologie blockchain pour faciliter et accélérer les projets du secteur : Blockchainiz. S’appuyant sur l’expérience acquise auprès de ses clients, nous avons également développé Catalizr, solution de gestion des titres non cotés.

Quels sont les parcours des créateurs de cette startup ?

Je suis un entrepreneur engagé dans la blockchain depuis 2014, et je dirige Utocat, entreprise de 14 salariés proposant au secteur financier et assurantiel des solutions blockchain clé en main. J’avais auparavant occupé le poste de directeur informatique dans de grands groupes IT tels que Morpho. Je compte aujourd’hui parmi mes associés Laurent Koszyczek qui est également un spécialiste de la technologie blockchain ainsi qu’Alexis Mevellec qui développe la partie commerciale de la startup.

Quels sont vos produits/services et quelle(s) innovation(s) apportez-vous aux assureurs ?

Utocat propose Blockchainz aux assureurs. Il s’agit d’une plateforme permettant de simplifier le développement d’applications blockchain. Conscient de l’investissement humain et technique des assureurs afin de maîtriser la technologie blockchain, la plateforme propose de connecter les assureurs aux différentes blockchains afin de les exploiter plus facilement. Blockchainiz a récemment servi de support de développement à l’assurance paramétrique fizzy lancée par Axa. Il s’agit d’une assurance paramétrique basée sur la blockchain ethereum qui permet à ses clients d’être indemnisés automatiquement  lorsque leurs avions ont plus de 2 heures de retard.

Quel est votre business model ? Avez-vous fait ou allez-vous faire une demande de levée de fond ?

Nous fonctionnons sur un modèle SAAS avec une location annuelle par l’intégration d’une API pour nos clients. Nous souhaitons également favoriser les modèles ouverts comme l’open banking pour amener les banques à renouveler leurs modèles de rentabilité non plus basés exclusivement sur des logiciels propriétaires. Nous avons rejoint le programme d’accélération d’EuraTechnologies à Lille en 2015 et nous avons réalisé notre première levée de fonds de 500 000€ en septembre 2016. Nous sommes actuellement en recherche d’une deuxième levée de fond afin de développer le développement de notre second produit Catalizr.

Quels sont vos objectifs à court terme ?

Tout en continuant de développer nos activités autour de Blockchainiz, nous avons décidé de développer une solution clé en main utilisant la blockchain et qui a pour objectif d’automatiser la gestion des titres non cotés. Ayant compris la douleur administrative que ressentent les différents acteurs de la chaîne de traitement des titres non cotés, nous avons décidé de connecter en réseau ces derniers afin de numériser les procédures. Le but étant de capter, d’ici 1 an, 30% des entreprises ayant recours aux investissements non cotés.

Qu’attendez-vous des acteurs du secteur de l’assurance ?

Nous pouvons voir que les grands acteurs de l’assurance ont compris le potentiel que représente la technologie au regard des initiatives d’Allianz sur la thématique des transfert de fonds ou encore plus récemment Axa avec fizzy, l’assurance paramétrique sur les vols. Néanmoins, ces applications ne sont pas encore assez signifiantes pour provoquer un changement radical en faveur de cette technologie. Par ailleurs, il serait également intéressant pour ces acteurs d’insister sur le renouvellement de la perception de leur service en proposant plus de transparence et d’efficacité dans les services qu’ils proposent.

Quel message adresseriez-vous aux décideurs du secteur de l’assurance ?

La technologie blockchain est un des enjeux majeurs pour le domaine de l’assurance. De nombreuses applications sont possibles, c’est notamment le cas avec le développement des smart-contracts qui permettent d’automatiser des procédures tout en les sécurisant à moindre coût. Ces possibilités sont tout à fait accessibles à condition que les acteurs de ce secteur accordent du crédit à la blockchain. Pour autant, il ne suffit pas de vouloir faire de la blockchain, il faut également une vraie problématique qui peut se résoudre par le biais de l’utilisation de cette technologie.

Pour toute question, contactez Utocat.

Vous pouvez retrouver Utocat :

Jean-Luc Gambey 

Compte Twitter

Compte LinkedIn 

 

 

 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.