Home Enquête 1 automobiliste sur 2 fait usage d’un véhicule dont il n’est pas...

1 automobiliste sur 2 fait usage d’un véhicule dont il n’est pas propriétaire

Allianz France publie la 2ème vague de son baromètre[1] sur la prévention routière auprès des conducteurs. L’analyse de l’institut d’études GMV Conseil décrypte le rapport des Français à la voiture, tout en mettant l’accent sur les nouvelles mobilités via le développement numérique et les nouveaux services automobiles.

Premier constat : la voiture est un moyen de transport très répandu et très utilisé (82% des Français ont une voiture, 64% des Français conduisent tous les jours), dont les usages s’adaptent aujourd’hui :

  • aux nouvelles mobilités :
  • 48% des Français ont conduit un véhicule de prêt ou de location en 2016
  • le covoiturage (avec Blablacar par ex.) est entré dans les mœurs : 26% des automobilistes interrogés l’ont déjà proposé, 29% en ont déjà bénéficié et 30% l’envisagent
  • 4% des automobilistes interrogés ont proposé leur véhicule à la location (avec Drivy par ex.), 13% l’envisagent
  • 5% des automobilistes interrogés ont fait un échange de voiture entre particuliers et 11% l’envisagent
  • au développement numérique de la société française :
  • 72% des automobilistes interrogés utilisent au moins une application pour leurs trajets en voiture ou en moto, 83% possèdent un smartphone.
    L’intérêt pour une application de covoiturage domicile-travail à diagnostic automatique des trajets réguliers est plus marqué auprès des CSP +, des jeunes, des Franciliens.

Voitures semi-autonomes et autonomes : peu connues du grand public
Les automobilistes interrogés connaissent mal les technologies semi-autonomes telles que : régulateur de vitesse adaptatif, freinage d’urgence, assistance au changement de voie, dispositif de stationnement automatique. Ils les confondent facilement avec d’autres systèmes comme l’ABS (système anti-blocage des roues) ou l’ESP (système de contrôle de trajectoire).

Cependant, 68% ont la conviction que les véhicules semi-autonomes peuvent réduire significativement le nombre d’accidents de la route.

Concernant les voitures autonomes : 60% des automobilistes interrogés pensent qu’elles vont se développer très rapidement, 66% estiment qu’elles constitueront un progrès majeur pour la sécurité routière et 85% sont d’avis que ces voitures autonomes changeront la relation entre les conducteurs et leurs voitures. Petit  bémol : les défaillances possibles de ces systèmes semi-autonomes ou autonomes sont la principale source de préoccupation des Français intéressés (78%).

Des campagnes de prévention routière toujours efficaces

Malgré un historique d’accidents importants (62% des automobilistes interrogés ont déjà eu un accident, 1 automobiliste sur 2 a déjà eu un accident en tant que conducteur, 26% en tant que passager en voiture), 76% des automobilistes se sentent en sécurité sur l’autoroute, 67% sur les routes nationales ou départementales et 64% en ville, avec le sentiment de pouvoir agir sur les risques d’accidents de la route (68%).

77% des automobilistes interrogés se souviennent d’une campagne de prévention des risques d’accidents de la route au cours des 12 derniers mois et 59% affirment avoir adapté leur conduite suite à ces campagnes (plus d’attention, plus d’anticipation, arrêts plus fréquents, réduction de la vitesse).

Enfin, 2/3 des conducteurs interrogés ne savent pas que l’hiver est la période la plus dangereuse.

Quasiment tous les motards sont automobilistes…

Pour 87% des motards interrogés, la voiture reste le principal mode de transport. 68% des motards se servent de leur 2 roues le week-end, 37% l’utilisent au moins une fois par semaine pour aller travailler. L’usage des deux roues est motivé par la passion (38%) mais aussi par le gain de temps (25%) et la facilité à se garer (18%).

« L’étude confirme le succès des nouvelles mobilités automobiles (covoiturage, location et échange entre particuliers) liés aux nouvelles attitudes connectées 2.0 (détention de smartphones et utilisation fréquente d’applications). L’étude dévoile aussi 5 typologies de conducteurs : pour 18% d’entre eux la voiture qu’ils utilisent est un danger », analyse Pierre Labarraque, Directeur d’études chez GMV Conseil.

5 façons de vivre sa voiture :

  • La voiture passion concerne 22% des conducteurs : ils sont passionnés par l’automobile et adorent conduire. Pour eux, la voiture n’est pas un moyen de transport comme un autre et ils ne souhaitent pas la prêter à quelqu’un.
    Ce sont davantage des hommes, utilisant fréquemment leur véhicule, roulant entre 10 000 et 25 000 km/an.
  • La voiture statutaire concerne 16% des conducteurs : leur voiture symbolise leur réussite sociale et contribue à l’image qu’ils souhaitent donner d’eux-mêmes.
    Ce sont davantage des moins de 50 ans, roulant entre 25 000 et 50 000 km/an.
  • La voiture utile concerne 23% des conducteurs : c’est un moyen de transport comme un autre, relativement sûr et un moyen d’être plus libre.
    Ce sont davantage des plus de 50 ans et des retraités.
  • La voiture contrainte concerne 21% des conducteurs : pour eux, l’auto n’est ni une passion, ni un plaisir, ni même un moyen d’être plus libre. L’essentiel réside dans le bon fonctionnement de leur voiture, peu importe le conducteur.
    Ce sont davantage des petits rouleurs, moins de 10 000 km/an.
  • La voiture danger concerne 18% des conducteurs : leur voiture est synonyme de danger, ils ne se sentent pas en sécurité lorsqu’ils conduisent.
    Ce sont davantage des femmes, des mères au foyer, roulant moins de 10 000 km/an.

« Les derniers chiffres montrent que la prévention et la sécurité routière doivent rester des sujets prioritaires : en 2016, 3 469 personnes ont trouvé la mort sur les routes, en France (soit une augmentation de 6 % par rapport à 2013[2]) et 57 251 personnes ont été blessées. En tant qu’assureur, nous avons un rôle clé à jouer dans les habitudes des automobilistes. C’est le sens des actions que nous développons pour protéger nos clients : connaître et comprendre les nouveaux comportements des conducteurs est essentiel pour les accompagner et les informer.  Notre engagement est important pour contribuer à rendre les trajets plus sûrs, notamment en développant de nouveaux services », explique Edouard Binet, Directeur Technique Particuliers-Professionnels d’Allianz France.

[1] Pour réaliser ce baromètre, 3 350 Français de 18 ans et plus ont été interrogés par Internet entre le 29 décembre 2016 et le 16 janvier 2017.
L’échantillon est représentatif des Français âgés de plus de 18 ans titulaires du permis auto ou moto, soit 39 235 820 personnes (Source INSEE, Population totale par sexe et âge au 1er janvier 2016, France métropolitaine).

[2] Observatoire national interministériel de la sécurité routière –ONISR- 23/1/2017

Selon communiqué de presse

Laissez un commentaire